Event en cours.

La poupée maudite. - Event Halloween.

Partagez | .
 

 « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 9:54


Dossier scolaire de Iroai S. Kisaragii

Fiche d'identité
❝ Et ooooh, tu m'reconnais pas ?

Nom : Kisaragii
Prénom : Iroai Soraru
Surnom : Kaoru par sa petite soeur, Soraruko par son ancienne petite amie pour l'embêter, Iro' par tout le monde et d'autres surnoms.
Age : 17 ans
Date de naissance : 3 novembre 1995
Lieu de naissance : Préfecture de Miyagi, Japon
Groupe : Musiciens
Option : Musique
Métier : Chanteur / Etudiant
Pouvoir : Koe Attention
Description du pouvoir :
Son pouvoir est sûrement l'un des plus simples qui pourraient exister : il attire l'attention. Enfin, " il " .. C'est plus précisément sa voix qui attire l'attention. Il suffit qu'il parle un tout petit peu pour que l'on se sente immédiatement attiré vers lui ( même quand il tousse, sisi /PAN ), ce qui a souvent tendance à lui causer des problèmes dont il, ironiquement, ignore la cause.

Caractère
❝ Eh ? J'ai la flemme.

Psychologiquement, on m'a souvent qualifié de gamin à cause de mes sales manies de fouiner dans ce qui ne me concerne pas. Obstiné et têtu, il est hors de question pour moi d'abandonner ce que je désire faire ou atteindre. Les soeurs de ma mère m'ont souvent dit que j'avais un mauvais caractère à cause de ma gourmandise, de ma paresse et aussi à cause du fait que je n'aimais pas perdre, mais bon, vous savez les vieilles mégères hein ..

J'aime profiter de la vie et la croquer à pleine dents avec un sourire qui reste souvent accroché à mon visage même si je ne suis pas forcément heureux dans ces cas-là. Cet air me donne un air niais d'après mon petit frère Takeru, mais au moins, je ne suis pas le genre de coincé pas foutu d'exprimer la moindre phrase compréhensible.

J'avoue être affectueux et sensible, et à cause de ça, on m'a souvent traité de fillette ou de tappette, mais les jugements des gens sont parfois assez stupides puisqu'eux-même le sont. Pourquoi me le reprocher alors qu'eux-même ne sont même pas foutu de changer chez eux ce qui leur dérange ? Oui, j'avoue aussi m'énerver assez rapidement, mais unîquement quand on me cherche des noises. Tu me cherches, tu me trouves. C'est facile à comprendre ce raisonnement même si 'faut quand même éviter de m'énerver parce qu'après j'vais péter un câble et croyez-moi, c'est pas qu'un peu ..

D'ailleurs, je sais bouder assez souvent, ce qui fait qu'il m'arrive d'avoir certaines personnes à dos qui me reproche cette qualité que je trouve pourtant assez pratique puisque les gens savent après ce qui va arriver.

Aventurier dans l'âme même si aucun membre de ma famille ne l'est, j'aime découvrir de nouvelles choses pour me procurer de nouvelles sensations. Dans ces cas-là, j'agis comme un véritable enfant ( et là, je l'avoue de nouveau ). En revanche, les bagarres .. C'est pas vraiment pour moi. Je suis pas très sportif même si mon corps n'exprime pas ce défaut. Par contre, les coupures que j'me fais avec rien du tout ou presque .. Si.

Je suis assez direct, prévisible et simplet, ce qui me vaut le titre de « crétin », mais au moins, on peut dire que je suis assez fier de l'être puisque les autres en rient. J'ai beau passer pour le bouffon de service, du moment que les autres sont heureux, moi tout me va. Enfin presque ..

De nature assez émotif & craintif, je pourrai hurler comme une fillette juste en voyant un scream sur mon écran d'ordinateur, que je fréquente très souvent. Oui, je suis un geek, j'aime les ordinateurs et tout le bordel, mais au moins, je suis un passionné. Mais pas que d'ordinateur hein ! ... De musique aussi. Et d'électronique ...
Physique
❝ 'faudrait que j'fasse plus de sport .. Mais nan.

Physiquement ... Eeeeeh, comment me décrire ... Tout les matins, j'ai beau me regarder tout les matins dans le miroir pour voir si j'ai pas une gueule de chimpanzé, je ne vois pas ce qu'il y a de différents de d'habitudes. Mes courts cheveux bleus nuit virant au violet qui étaient tirés vers ma gauche était la deuxième chose que je brossais après mes dents. J'avais beau les coiffer, ils revenaient toujours en l'air, me donnant un air de crétin qui a la tête dans le cul parce qu'il a pas assez dormi de toute la nuit. J'ai beau avoir des mèches rebelles, celles-ci me donnaient quand même un petit style. Un petit peu hein.

Mes yeux bleus avaient beau être beaux, ceux-ci n'en ressemblaient pas moins à ceux d'une fille, ce qui me valait le désagrément d'être pris pour l'une d'entre elles. Pas seulement à cause de mes yeux, mais aussi de mes cils qui étaient quand même assez longs. 'faudrait d'ailleurs que j'pense à les couper ... Mais bon.

Mon petit nez retroussé faisait souvent l'objet des moqueries de mes camarades, qui me disaient, en me comparant au physique enfantin que j'avais et qui n'a pas vraiment changé, que c'était le nez d'un gamin de 7 ans.

Mes joues rosées aussi bénéficiaient de ces remarquables compliments sauf qu'ils avaient droits à un petit bonus ; on arrêtait pas de me les tirer. Résultat, j'arrivais presque pas à parler sans bégayer et sans avoir mal. Ce qui faisait aussi qu'on se foutait de moi dans ces moments-là.

J'ai soupiré. Pourquoi est-ce que j'étais fais comme ça. Non mais sérieusement. On avait beau me dire que j'avais la voix d'un adulte quand je chantais tout en la gardant enfantine et émotive à cause de ma personnalité, regardez-moi ce physique de gamin quoi. Je sais, j'ai que 17 ans, j'serai adulte dans 3 ans, mais normalement, je devrai faire plus ... mec quoi ! J'étais à peu près désespéré. Même mes lèvres ressemblaient à celle d'une gamine de 7 ans. Petite et légèrement rosée, comme mes pomettes que les gens s'amusaient à trans er en celles d'hamster.

Dame nature, pourquoi être aussi cruelle ? Je sais pas moi, elle aurait pu me faire ce visage, okay, mais la corpulence et le poid aussi .. D'ailleurs je redoutais ce moment avec la balance. Rien qu'en soulevant mon pull de pyjama, j'ai bien vu que j'étais trop maigre.Okay, j'avoue ne pas être sportif vu que j'en fais jamais en dehors des cours, mais j'me dépense assez bien quoi. C'est pas non plus que je sois gros, oh non pas du tout, mais tout le contraire.

Je passais ma main sur mon ventre pour voir s'il n'y avait pas de fausses courbes mais également pour voir si je ne m'étais pas ramolli à cause des jeux vidéos, et étonnamment, j'avais toujours mes abdos et mes muscles, que l'on sentait parfaitement. Au moins quelque chose de bien dans ce physique de fille. Bon, et maintenant, reste plus qu'à confirmer ...

Je me suis approché de la balance et ai appuyé mon pied dessus pour l'allumer avant de le retirer pour qu'il se mette en marche. Une fois le zéro affiché sur l'écran, je suis monté dessus. J'ai fermé les yeux. Je streeeesse. Argh, pitié, pas de résultat de la mort ..

Après quelques secondes d'hésitation, j'ai rouvert un oeil avant d'afficher une mine surprise. 55kg. OUAT DA. Heum .. Vive l'ordinateur, je sais plus comment calcule l'indice. Quel boulet sérieux, faut vraiment que j'me remette à réfléchir correctement ...

Une fois redescendu de la balance, je me suis dirigé vers mon lit sur lequel se trouvait mon ordinateur portable avant de m'y assoir. J'ai rouvert l'écran avant de commencer à chercher tout simplement par un mot clé. Pendant que je tapais ma taille, j'ai vraiment remarqué que ma peau était blanche mais aussi que mes doigts étaient fins et longs ... Bonjour fillette. Maintenant, je crois savoir pourquoi on me prenait pour une fille. 16.1 c'est pas rien quand même ...
Histoire
❝ Toutes les histoires commencent par " Il était une fois ". Mais la mienne n'a pas commencé comme ça.


A veniiiir.

Et moi.
❝ Parce que .. bah moi hein.

Surnom : Soraru, Iroai, Kaoru, Konan, Polaris, Toriko et tout pleins de surnoms à partir de ces pseudonymes.
Niveau RP : C'est pas mon premier forum.
Où avez-vous connu le forum ? Partenariat
Qu'en pensez-vous ? Il est bleu donc seiks. ♥
Code du règlement :
Spoiler:
 





Dernière édition par Iroai S. Kisaragii le Sam 3 Aoû - 17:50, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 10:01

Bienvenue ! Bon courage pour ta fiche ! Je valide le code.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Acteur
avatarMessages : 105
Date d'inscription : 20/06/2013
Age : 27

+ d'infos :
Âge: 18 ans
Métier: Acteur
Infos:
Acteur

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 11:14

Bienvenue Smile

Bonne chance pour ton physique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 11:35

Merci pour l'accueil ♪

Merci encore, mais il me manque également l'histoire. :3 J'essaierai de finir cet aprèm ou demain.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
It’s nice, to be nice. ♥
avatarMessages : 443
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 24

+ d'infos :
Âge: 18 ans.
Métier: Mangaka
Infos:
It’s nice, to be nice. ♥

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 11:41

Bienvenue parmi nous ! Very Happy

Je suis ravie de te voir ici. Smile

Alors, petite chose : Tu dois avoir un pouvoir vu que ton personnage est admis à l'académie. Wink Tu n'es pas obligé d'avoir un grand pouvoir si tu ne veux pas. Tu peux aussi dire que ton personnage ne sait pas du tout l'utiliser et comme ça, il ne sera pas important et tu n'es pas obligé de le rajouter dans ton histoire. Wink

C'est un très jolie début d'histoire qu'il y a là. :3 Et très grand. xD

Bon courage pour la suite ! Wink

♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪



Spoiler:
 


Hikari écrit en darkviolet parce qu'elle le vaut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 11:49

Merci \o D'accodac, j'y réfléchirai ( et si j'ai pas à l'ajouter c'est encore mieux ).
Oh bah le pavé est loin d'être terminé xD

Merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 14:06

Haaaaaaaan ! Iroai ! ♥ Si je m'attendais à ce que tu viennes ici *w* (Ouais ouais, tu sais pas qui je suis, I know !)
Jolie début de présentation en tout cas ! Hâte de lire le reste !
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 15:38

Eh ? OwO Arrête ça me stresse quand les gens me reconnaissent mais moi non. ARGH. T'es pas Aki', ni Nix, t'as pas le style d'écriture d'Eddy, je pense que t'es pas Jude, Denji c'est mort, Rik aussi, ... Fuji ? Yoshi ? Non, c'est pas possible. Rocky ? Idem. T'as pas le style d'expression d'Usa ni Yumyum ou encore Koma, d'autant plus qu'elle est en vacances, Kai me parle pas aussi familièrement, Mifuyu non plus, Yazu c'est pas son style d'écriture, Anna non plus ... Thomas ? J'suis pas sûr, ça ressemble pas à son style aussi. ... Fuu ?
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 16:37

Bah, si, je suis Nix' x'D Tu remarqueras que j'ai le même personnage ici, et c'est bel et bien moi x)
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 16:41

J'me disais aussi, mais j'avais vu sur la fiche de Phoenix que t'avais posté comme si c'était une autre personne. J'comprend mieux pourquoi j'm'emmêlais ;.; VILAIN NIX. è.è J'te taperai plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mar 16 Juil - 16:45

Ouais, je sais, c'était pour faire genre *tousse*
Owi, frappe moi ♥ /PAN/

Bon stop le flood xD
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Musicien
avatarMessages : 230
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 22

+ d'infos :
Âge: 17 ans.
Métier: Chanteur.
Infos:
Musicien

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Mer 17 Juil - 8:39

Welcom (:

Bonne chance pour la suite (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Lun 29 Juil - 13:05

Je crois que j'aurai besoin d'un délai supplémentaire °A°' je suis sûr que j'pourrai pas finir l'histoire demain donc ... bah ... please ? ;; :patapé:
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
It’s nice, to be nice. ♥
avatarMessages : 443
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 24

+ d'infos :
Âge: 18 ans.
Métier: Mangaka
Infos:
It’s nice, to be nice. ♥

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Lun 29 Juil - 14:08

Délai supplémentaire accordé. Smile
Cependant, j'aimerais que ça soit finis avant lundi prochain, si possible. :3

♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪



Spoiler:
 


Hikari écrit en darkviolet parce qu'elle le vaut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Lun 29 Juil - 15:09

Merci ! Lundi prochain, c'est sûr que ça sera fini. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Actrice
avatarMessages : 158
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 24
Localisation : Quelque part dans l'académie

+ d'infos :
Âge: 18 ans
Métier: Actrice (de pub)
Infos:
Actrice

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Ven 2 Aoû - 10:00

THE roman qu'il est en train de nous concocter OwO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Ven 2 Aoû - 10:16

Et c'est rien de le dire vu que ça peut pas rentrer dans un seul message complet. xD
&je préviens que ce sera bientôt fini. \o
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Actrice
avatarMessages : 158
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 24
Localisation : Quelque part dans l'académie

+ d'infos :
Âge: 18 ans
Métier: Actrice (de pub)
Infos:
Actrice

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Ven 2 Aoû - 10:30

Je me réjouis de lire ta présentation dans l'intégralité dans ce cas \o/


Dernière édition par Yume Hoshiyo le Ven 2 Aoû - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Ven 2 Aoû - 10:31

Sérieusement ? Tu vas trouver que c'est long je pense. x)
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Actrice
avatarMessages : 158
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 24
Localisation : Quelque part dans l'académie

+ d'infos :
Âge: 18 ans
Métier: Actrice (de pub)
Infos:
Actrice

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Ven 2 Aoû - 10:45

Pour être honnête avec toi oui je la trouve très longue mais quand c'est bien rédigé ça ne me pose aucun problème (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Sam 3 Aoû - 17:52

Alors eeeeum ... J'ai fini l'histoire. Bonne nouvelle. MAIS. Elle est tellement longue qu'elle peut pas rentrer dans le premier post. &si j'essaye, je fais carrément buguer la page qui me fout une " maintenance " tellement c'est long. =w=' Donc je fais comment en fait ? xD
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Sam 3 Aoû - 19:49

Tu la postes à la suite x) C'est déjà arrivé xD
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Sam 3 Aoû - 19:58

Tu sais que jt'aime, toi & tes idées ? xD
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Sam 3 Aoû - 20:01



Toutes les histoires commencent
par " Il était une fois "

Cependant, la mienne n'a pas commencé comme ça.


« Tu vas rester sagement ici, d'accord mon chéri ?

▬ Oui maman ...

▬ Je reviens, je dois aller voir quelqu'un.

▬ Oui mamaaan .. »

C'était toujours comme ça avec maman. Etant le responsable de Mikuo-kun & Kohaku-kun, mes deux petits frères, quand elle me laissait seul pour ses voyages d'affaires, elle avait peur que je fasse une gaffe alors elle en faisait trop. Un peu trop. Peut-être était-ce parce que j'étais trop jeune à son goût ? Je n'avais que 9 ans à vrai dire ... Ou peut-être qu'elle craignait que je ne parte ? Tout comme était parti papa, grands frères Rihito&Kuro. Ca faisait quand même depuis mes 7 ans qu'ils s'étaient séparés. Parce que papa disait qu'il aimait trop maman pour la faire souffrir. J'ai pas compris pourquoi il disait ça. Mais bon. Maman me regardait d'un air légèrement attristé avant de me prendre dans ses bras et de m'embrasser sur le front pour se relever après puis partir pour revenir rapidement. A ce moment-là, c'était comme si j'étais seul au monde. Je détestais ce sentiment horrible. Vous savez, ce moment où vous vous sentez mal, que votre gorge se serre, vous avez mal au coeur comme s'il allait se retourner et vos yeux pleurent. Vous avez envie de rien mais de tout. Vous avez simplement envie d'un autre coeur pour vous réconforter.

« Onii-san, j'ai faaaim ...  », avait dit Mikuo, alias Konan, en arrivant près de moi et en s'accrochant à mon pull légèrement trop grand pour moi.

« On va manger quooi .. ? », demanda son frère jumeau, Kohaku.

Je les ai regardé du coin de l'oeil avant de soupirer et de sourire. Pour ne pas les inquiéter. Maman m'a dit que je ne devais jamais pleurer parce que j'étais un garçon. Un grand garçon. Mais la télé a dit que les garçons qui pleuraient pas, c'étaient des faibles alors que ceux qui pleurent, c'est des forts. Je voulais être fort. Pour maman. Pour mes deux petits frères. Pour ne plus qu'elle pleure dans son coin, dans sa chambre quand nous, on est dans nos chambres. Pour ne plus qu'ils soient tristes lorsque maman partait. Je voulais qu'elle sourit comme avant, comme quand elle était avec papa. Je voulais que tout le monde sourit insouciamment.

« On va manger des omurices, ça vous va ? », ai-je demandé sur un ton jovial et nullement forcé. La comédie était devenu une habitude pour moi. Chose que ne remarquais jamais personne. Tout ce que je voulais, c'était que l'on me remarque. Pas pour mon physique, comme le faisait mes tantes et mes oncles ainsi que tout mon entourage. Mais pour ce que j'étais intérieurement. Moi. Mes défauts. Mes faiblesses. Mon coeur.

« Ouaaais ! On peut t'aider ? Dis dis dis !? », demanda Kohaku, le plus surexcité des deux à cette idée.

« OUAAAAIS ! ON VA T'AIDER ! », s'écria le deuxième.

«  Si vous voulez, si vous voulez. Allez mettre un tablier, j'ai pas envie qu'on me gronde parce que vous vous auriez tâché vos vêtements nouveaux ! »

Ils ont esquissés un grand sourire niais avant de partir chercher les tabliers dans leur chambres en faisant la course pour avoir un bonbon. De ma part. J'ai élargis mon sourire quand ils me regardaient avant de le faire disparaître dès que je ne les avais plus dans mon champs de vision pour me retourner et allumer le feu. Oh maman, si tu savais.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Regarde mon petit Iroai, je te présente Aoriné ! C'est ta voisine. »

Maman esquissait un grand sourire tout joyeux en disant ça.

« Enchantée Kisaragii-kun ! Je suis Aoriné Ritsuko, je suis vraiment ravie te connaître ! Kisaragii-san m'a beaucoup parlé de toi, j'étais toute excitée à l'idée de te rencontrer ! »

Elle esquissait le même sourire que maman. Un sourire enfantin et innocent. Je me souviendrai toujours de ce jour tellement la ressemblance était frappante. C'était comme si elles avaient un air de famille. Sans vraiment m'en rendre compte, j'ai esquissé un sourire moi aussi à cause de ça.

« Enchanté de te rencontrer Ritsu-chan ! Ma mère m'a aussi beaucoup parlé de toi, je suis ravi de pouvoir enfin te rencontrer ! »

J'étais tellement déboussolé par cette rencontre que je ne savais même plus ce que j'ai dis par la suite. Mais tout ce dont je me souviens de ça, c'est qu'on s'était vraiment beaucoup amusés étant donné qu'Ao-chan était toute sale. Moi aussi d'ailleurs. Mais maman ne nous a pas grondé. Puisque le 3 novembre, c'était mon anniversaire. Je venais d'avoir 11 ans. Alors elle me laissait faire ce que je voulais. Et tout ce dont je n'avais pas pu avoir en cette date mémorable, comme l'amour de mon grand frère qui me détestait pour je ne sais quelle raison ou de nouveaux jouets comme ceux que j'offrais à mes petits frères en travaillait quelques fois pour la famille ou les voisins grâce à quelques petites tâches bien utiles, j'ai pu l'avoir grâce à cette nouvelle voisine ma foi, fort divertissante !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Les jours défilaient rapidement et j'étais déjà en vacances. Maman m'a emmené près des côtés de Kobe, à des kilomètres plus loin de Tôkyo, notre ville natale, en laissant les jumeaux avec un garçon que, apparemment, je connaissais. Le voyage avait été long et épuisant, c'est quand même pas rien que de faire six heures de routes en plus de quatre heures de pauses ! Dix heures en tout, et maman était fatiguée. Mais bon, c'était pas ça qui allait la raplaplasser ! En plus, Maman m'avait dit qu'elle avait une grande nouvelle à m'annoncer, alors j'étais tout excité comme une puce à l'idée d'être enfin en vacances ! Ca peut paraître marrant comme ça mais c'est à peu près le même sentiment que vous éprouvez quand vos parents vous offre un cadeau pas encore déballé. Vous avez envie de voir ce qu'il y a à l'intérieur, vous sautillez de joie tout autour en attendant le feu vert pour l'ouvrir et quand c'est le moment, vous sautez dessus tellement vous êtes content de pouvoir enfin ouvrir cette saleté d'emballage.

« Iro-kuuun ~ Ferme les yeux ! Et ne triche pas !

▬Mais mamaaan ..

▬ Allez mon chéri !

▬ Bouh .. »

Je n'aimais pas particulièrement fermer les yeux, sûrement parce que j'avais peur de ne plus rien voir. J'ai gloussé. J'ai pris une grande inspiration pour me calmer. J'avais peur. De quoi ? De rien du tout. Du noir. Du fait de les clore. Je ne savais jamais ce qui allait m'arriver, alors j'avais peur. Je détestais être pris au dépourvu, c'était tellement stressant. Et je stressais facilement à cause de la pression que l'on mettait sur moi. Pour mes notes. Pour mon éducation. Pour l'éducation de mes petits frères. J'en avais assez d'attendre.

« ... Je peux les ouvrir maintenant ?

▬ Oui, c'est bon ! »

J'ai esquissé un tout petit sourire caché pas si caché que ça. En ouvrant les yeux, quelle fut ma surprise quand devant moi se tenait maman et .. Kõsuke-nii* ! Il avait pas changé du tout en cinq ans ! Je croyais que de mes sept ans à mes douze ans, il aurait un tout petit peu changé .. Mais non. Le même visage avec la même peau blanche identique à la neige pure qui tombe en hiver, les mêmes yeux bleus ciels naturelles qu'il tenait de papa, le même faux sourire qu'il étirait légèrement pour ne pas donner l'impression de trop le forcé devant moi .. Oui, c'était définitivement bien lui.

Je me suis retenu de sauter dans ses bras puisque je savais parfaitement que je le dégoûtais. Va savoir pourquoi. Depuis que je suis né, il n'a cessé de se forcer à me sourire et à rester avec moi alors que je voyais très bien qu'il ne désirait qu'une seule chose : dégager. A chaque fois, il attendait impatiemment d'entendre des bruits de pas.

Peu importe qu'elles soient celles de maman ou de quelqu'un d'autre, du moment qu'il pouvait partir loin de moi. Quand il partait, j'avais l'impression d'être un monstre à ses yeux. On peut dire que dans ce genre de situations, je me sentais étrangement vide. J'avais mal au coeur. Une boule se formait toujours dans ma gorge et ça m'énervait. Parce que je pouvais pas parler sans pleurer comme un idiot. Je détestais pleurer. Maman s'inquiétait toujours à cause de ça, et j'obligeais encore plus Kõsuke-nii a rester avec moi alors qu'il voulait pas. J'aimais pas forcer les gens. C'était comme si moi, on me forçait à faire quelque chose que je voulais pas. Mais bon, je préférais ne plus y penser. Puisque c'était désormais les vacances, c'était l'occasion de se détendre !

*

Six jours étaient passés et c'était la fin de la semaine. On allait rentrer à la maison, à Tôkyo. J'étais content mais triste à la fois puisqu'on s'amusait bien ici. Maman aimait bien aller nager et Kõsuke-nii aussi. Moi, je voulais pas y aller. Parce que je savais pas nager. Au début hein ! Grand frère a bien voulu m'aider après avoir été légèrement forcé par maman vu qu'il avait « la flemme », mais après il l'a fait. Je sais pas pourquoi. On s'est amusés en nous jetant tout les deux de l'eau dans la figure ou en tirant le pied de l'autre pour qu'il tombe dans l'eau. C'était marrant. On a fait ça à maman, mais on a vraiment bien galérer ! Elle était graaande, donc du coup on était obligés de s'y mettre à deux pour la faire tomber ! .. Et on a pas réussi. C'est elle qui nous a fait tombé. Pour nous échapper, elle est sortit de l'eau en nageant viiite ! Même grand frère a pas pu la rattraper ! Ni moi, qui avait grandement progressé grâce aux leçons qu'il venait de me donner quelques heures auparavant.

Après quelques minutes d'amusements, on est sortit de l'eau avant d'aller se sécher avec les serviettes près de l'endroit où on avait posés nos affaires pour ensuite partir de la plage. Avec grand frère, on a couru pour rejoindre maman qui était déjà loin devant. On a fait la course et j'ai gagné. Mais je sais qu'il avait fait exprès de perdre.

Etant donné que maman était désormais à l'intérieur de la petite maison qu'elle avait acheté pour une durée d'une semaine, on est partit dans un endroit en hauteur, une « falaise » comme le disait Kõsuke. Mieux valait en profiter puisqu'après, ce sera trop tard. Le temps était en quelque sorte compter, alors je voulais en profiter au maximum. Pour ne pas regretter après. Je détestais ce sentiment. C'était trop triste. Le sourire valait bien mieux que ça. Surtout que les regrets font qu'on est tristes et qu'on se sente mal. Alors les autres, en te voyant, se sentent mal. Ou se fichent de toi. Et quand on se fiche de toi ...

« Eh oh ! Tu m'écoutes ou quoi !? »

J'ai sursauté avant de me retourner. C'était Kõsuke-nii, qu'on surnommait « Kuro-nii » à cause de ses cheveux noirs comme l'ébène -même si à vrai dire je savais pas trop c'était quoi-, qui était en train de me parler.

« Maman a dit qu'il fallait pas s'aventurer plus loin sinon elle pourra pas nous voir. En plus y'a une falaise juste devant. Crétin, regarde devant toi quand tu marches, tu vas finir par tomber.

▬ Ah ! Euh .. Oui ! ... »

Je voyais bien que mon comportement l'énervait. Pourtant, j'le faisais pas exprès .. En plus, quand grand frère m'en veut, je me sens .. toujours mal. J'ai l'impression d'être un idiot et j'ai juste envie de disparaître pour ne plus ressentir ce sentiment bizarre dans mon coeur. A cause de ça, mes jambes étaient engourdis et je devenais tout rouge. Enfin. J'avais cette impression.

« Pardon. ... »

Le mieux que je pouvais faire en ce moment, c'était m'excuser. Pour ne pas devenir encore plus gêné par ça. Je voulais pas me sentir coupable parce qu'après, j'me sentais mal. Très mal. Je baissais toujours la tête pour pas qu'on me regarde. Je sais pas pourquoi, une sorte de réflêxeEn attendant, Kõsuke-nii était resté silencieux. Je ne sais pas ce qu'il faisait sur le moment puisque j'avais la tête baissée, mais quand j'ai senti quelque chose sur ma tête, j'ai légèrement relevé la tête pour voir c'était quoi : la main de grand frère. Il m'a légèrement décoiffé avant de dire :

« Aheum .. Pardon. J'aurai pas dû dire ça comme ça. »

.. C'était juste incroyable. Juste incroyable à quel point une simple phrase pouvait rendre mon coeur étonnamment joyeux. Je ne savais même pas ce que je ressentais exactement. J'étais devenu tout excité, tout content, tout souriant, mon coeur battait à cent à l'heure et j'avais l'impression qu'il sautait. J'avais envie de courir partout. Comme un idiot, selon Kuro-nii.

« Les garçooooons ! Venez voir, il y a des boissons fraîches ! »

Kuro-nii a tourné la tête vers maman en criant qu'on arrivait. Moi, j'étais accroupi au bord de la falaise. Je regardais les vagues. Les jolies vagues bleues et blanches qui se fracassaient contre les pierres avant de retourner de là où elles venaient. C'était tellement joli. Tellement ...

« IROAI, ATTENTION ! »

Je n'ai pas vraiment compris ce qu'il s'est passé à ce moment-là. La seule chose que j'avais compris, c'est que quand grand frère avait crié, il était paniqué.

*

J'avais fermé les yeux parce que j'avais peur.

« I .. roai, ouvre les yeux ! Pitié, me dis pas que tu t'es évanoui. »

En entendant la voix de grand frère essoufflé, j'ai ouvert un œil puis l'autre. En voyant ce qu'il se passait actuellement, des gouttes de sueurs apparaissaient légèrement sur mon front. Mes mains, tenues par celle de mon aîné, étaient devenus complètement moites. J'avais soudainement chaud. A cause de la peur. De la peur de mourir. J'étais suspendu au vide avec pour seul issue de secours la main de mon grand frère et une branche auquel je m'étais accroché inconsciemment. Je tremblais. Mes mains tremblaient.

« Ne .. Me lâche pas, t'as compris ? »

Je savais pas quoi dire là. Je sentais bien que Kuro essayait de me remonter, mais il avait quand même du mal puisqu'il n'avait rien pour se soutenir lui-même. Il utilisait ses pieds pour support. Pour pas tomber avec moi. Je stressais. J'avais peur. Je repensais à maman. Aux petits moments avec elle. Comme quand elle dormait avec moi quand j'avais peur d'être seul. Avec Konan et Takeru. J'avais jamais eu confiance en moi et mes cousins me traitaient de peureux quand ils voulaient regarder des films d'horreurs; Ils voulaient me forcer à regarder, mais maman finissait toujours par m'aider à m'en sortir. Ils me traitaient aussi de fils à maman. Mais c'était ma maman. Alors je m'en fichais.

« Ecoute Iro'. T'es là ? C'est bon, t'es encore vivant ? »

Encore un blanc.

« Arrête de me foutre des vents s'teuplaît, j'ai pas envie de parler à un mur. T'es là ou pas ? T'es encore conscient ou pas ? »

...

« ... BON. Serre-moi légèrement la main -et quand j'dis légèrement c'est légèrement- si tu m'entend. »

J'osais pas parler tellement j'avais peur. J'avais peur de bouger et de faire le moindre faux pas. Comme dans les films. Quand ils plongent dans l'eau et meurent. Je veux pas. Je veux pas. Je veux rester avec maman et grand frère. Et Konan et Takeru. je veux pas mourir.

« Iro' .. ? »

J'ai légèrement serré la main de grand frère pour lui répondre. Pitié, remonte-moi. Remonte-moi, j't'en supplie. Je veux pas rester comme ça.

« Bon ... Iroai, tu veux remonter pas vrai ? Alors étant donné que là, j'peux pas te remonter à cause de la branche que tu tiens, va falloir la lâcher. »

J'ai levé la tête pour le regarder. Il avait l'air sûr de lui mais en même temps hésitant. J'avais peur qu'il ne me lâche. Mais en même temps, c'était mon grand frère. Je ne sais pas s'il m'aimait bien maintenant ou toujours pas, mais après tout les efforts qu'il a fait pour m'apprendre à nager et surtout, pour rester avec moi, il fallait bien que je lui donne une part de ma confiance. J'ai lâché la branche. J'étais désormais soutenu par un seul de mes bras. Qui ne tarderait pas à lâcher.

« Parfait. J'vais bientôt te remonter vu que j'ai trouvé un support. Okay ?

▬ M'oui ..»

J'essayais de rester neutre. Il ne fallait pas que je panîque. Surtout pas. Sinon j'allais faire n'importe quoi. J'avais peur. Mon coeur battait à cent à l'heure. J'ai fermé les yeux. Si jamais il me lâchait ..

« ... »

J'ai cru sentir l'air me transporter. Je sentais une sorte de pression comme si je tombais. Ce qui était le cas. Pendant quelques secondes. Grand frère a rattrapé ma main avant que je ne tombe quelques centimètres de plus en trop pour me remonter d'un seul geste du bras et de me prendre dans ses bras.

« Je suis désolé Iroai. Vraiment .. déso▬ .. »

Il était en train de pleurer. Etant contre son torse, je sentais ses battements de coeur. Il battait très fort et très rapidement. Il était essouflé. Je le laissais pleurer en restant dans ses bras de grand. Au début, je comprenais pas trop, j'essayais de me ressaisir. Puis quand j'ai compris, je me suis mis à pleurer. Je voulais remercier. Le remercier. J'avais enfin compris. S'il avait pris autant de temps, c'est qu'il était en train d'hésiter. Mais il m'a finalement remonté. J'étais bien trop content. Trop content que j'en pleurais. Merci. Merci. Merci. Je ne le dirai jamais assez. Merci grand frère.

*
Quelques heures plus tard, maman est arrivée en détalant avec les pompiers. Ils nous ont examinés rapidement avant de dire qu'on avait rien de grave. Juste des bobos qui nous valaient des pansements. Quand on est retournés à la maison, on a retrouvé Konan, Takeru et papa, que je voyais pour la première fois depuis cinq ans. On a bien discutés, très beaucoup, entre nous avant qu'il ne fasse un câlin à grand frère Kõsuke, qui avait quelques égratinues au genou droit et à la joue droite. Moi ? J'en avais aussi. Mais je faisais pas de câlins. Parce que Konan et Takeru étaient trop occupés à me dire que j'étais trop cool avec les pansements que j'pouvais pas en faire avec maman, qui riait de bon coeur en voyant que j'me la pétais avec. Ce jour-là, je m'en souviendrai toute ma vie.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Les semaines étaient passés à la vitesse d'un éclair et j'allais enfin commencer le collège. Je n'avais encore que douze ans, mais comme j'étais né en fin d'année, maman m'a dit que c'était pas grave. Elle m'a dit que je devais faire attention et que j'devais pas me laisser faire par les plus grands. Si y'avait un problème, j'devais le dire à Kõsuke-nii. Chose que je n'ai pas fais. C'est comme ça que j'ai commencé mon année scolaire. Ma toute première au collège. Le jour avant le vrai jour, j'ai retrouvé Aoriné. Elle était en pleine forme. Au contraire de moi qui était carrément crevé. Parce que pas motivé. Aha.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Solal'n, réveille-toi, c'est l'heure ..

▬ Hmmm ..

▬ Réveille-toi, on va être en retard !

▬ Encfore efinisq 'untes ..

▬ Tu sais que j'comprend rien ? Allez, lève-toi !

▬ Hm ..

▬ ALLEZ !

▬ J'ME LÈVE BORDEL DE MERDE ! »

Ce genre de conversation était devenu notre quotidien à Rin-chan et moi. Etant donné qu'on dormait ensemble quand elle venait à la maison pour dormir ( mais surtout pour faire des débilités avec moi, sauf que c'est un secret. ), le matin c'était elle qui faisait office de réveil, « pour éviter de te faire racheter de nouveaux réveils toute les semaines, toi qui est si doué pour les démolir en un balançage ». J'avoue, depuis que j'étais rentré au collège lors de mes 13 ans ( j'en avais actuellement 14 ), j'avais pris l'habitude d'avoir la flemme de me lever puisque je savais qu'elle était là. Si elle était là, tout irait bien pas vrai ? Alors je n'avais pas à m'en soucier. Ao était la seule fille avec laquelle je n'avais pas besoin d'étirer mes lèvres alors que quelque chose m'agace. Non, avec elle, je ne cachais rien du tout. Je ne lui cachais pas mes tristesses. Mes faiblesses. Tout ce que je voulais que l'on remarque chez moi, elle les a remarqué. Rien que pour ça je l'aime énormément. Non pas de là à être amoureux d'elle, loin de là ! Je la considère comme ma meilleure amie. Quoi de mieux qu'une personne aussi douce et gentille qu'elle pour confident ?

« Iroai, si tu ne t'habilles pas rapidement, j'te prendrai ton nutella ! »

Plus salope qu'elle tu meurs.

*

Après un petit déjeuner bien agité sans ma mère et mes petits frères, Aoriné et moi sommes partis au collège. C'était une journée comme toute les autres en apparence. Le soleil ne brillait que très peu mais pourtant, le ciel bleu était dégagé, le vent soufflait légèrement. J'adorais regarder le ciel et pouvoir imaginer des centaines de choses rien qu'en voyant ce bleu pur dont était coloré ce gigantesque océan. C'est d'ailleurs ce que je faisais en me laissant guider par Aoriné qui avait pris l'habitude de faire ça pour ne pas qu'il m'arrive quelque chose pendant que j'étais en train de rêvasser. A cause du fait qu'elle s'accrochait à mon bras durant ce genre de moments, les gens disaient que l'on sortait ensemble, chose qui était totalement faux. Pourtant, ce ne serait pas quelque chose de dérangeant ..

« Excusez-moi. »

Cette simple phrase m'a fait sorti de mes rêvasseries. Quand j'ai baissé la tête pour voir qui m'avait interpellé, c'était trop tard. La personne était déjà partit devant nous. Tout ce que j'ai pu voir, c'est que c'était une fille aux cheveux courts roux. Une fille assez grande quand même puisqu'elle faisait la taille d'Aoriné, qui avait un problème de croissance. Résultat, elle grandissait trop vite. .. Un peu trop même.

*

« Veuillez vous lever s'il vous plaît. Monsieur ...

▬ Merci. Bien le bonjour à vous tous, vous pouvez vous assoir. Je viens pour vous annoncer une grande nouvelle : une nouvelle élève fera son entrée dans notre collège. Viens, entre donc ... »

Une élève était entrée en silence dans la classe. La tête haute, elle avait l'allure d'une personne fière de sa personne. Grande et rousse. C'était la fille qu'on avait vu tout à l'heure avec Aoriné. .. Tiens d'ailleurs, celle-ci venait de me donner un coup de coude.

« Elle a l'air narcissique .. », m'a-t-elle dit en chuchotant discrètement.

J'ai regardé de nouveau la nouvelle, qui nous regardait tous avec ses yeux oranges -sûrement des lentilles-, avant de s'incliner et de dire respectueusement :

« Je m'appelle Arianne Walker. Je suis enchantée de vous rencontrer et j'ai hâte de pouvoir vous connaître. »

Elle nous a de nouveau regardé tous avant de se centrer vers Aoriné .. et moi. Les personnes qu'elle avait légèrement bousculé ce matin. Elle nous a chuchoté quelque chose avant que le proviseur n'aille lui dire de s'assoir juste derrière nous. Aoriné n'a même pas vu ce que la fille avait murmuré. De simples excuses.

« Non, je ne pense pas qu'elle le soit. », ai-je répondu à ma meilleure amie avec un petit sourire.
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Au fait, tiens.

▬ Eh ?

▬ C'est le CD que tu m'avais prêté.

▬ Alors ?

▬ C'était dur mais j'ai finalement réussi à la jouer à la guitare.

▬ C'est vrai ? Génial alors ! Tu me montres ?

▬ Mieux vaut aller un peu plus loin alors. J'ai pas envie que les autres fassent chier en s'ramenant.

▬ J'ai hâte ! ~ ♪ »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Sora ?

▬ ...

▬ Tu me fais toujours la tête ?

▬ ...

▬ Mais je te dis qu'elle racontait n'importe quoi .. ! Tu préfères la croire plutôt que moi ?!

▬ ...

▬ Tu sais très bien que je ne ferai jamais ça ... S'il te plaît Sora ...

▬ ...

▬ Je vais te laisser ... Bonne nuit Sora. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Regarde, regarde Sora ! Regarde comme il est beau cet oiseau !

▬ C'est qu'un oiseau tu sais ...

▬ Mais .. Oh regarde ! Il s'approche !

▬ ATTENTION UN CHAT !

▬ HEIN ?! OU ?!

▬ Haha, putain tu m'crois trop, c'pas possible ... Aïe ! Me tape pas, ça fait mal !

▬ Fillette va ! Tu t'es moqué de moi !

▬ C'est pas vrai ! .. Je disais juste que y'avait un chat pour rire de ta réacti— Aïe ! »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« ...

▬ Et bah alors Sora ? Toi qui était si content y'a quelque jours ..

▬ Tu me l'avais pas dis.

▬ Mais je voulais pas que tu sois triste.

▬ C'est raté ma vieille. Mais tu pars où ?

▬ A Sapporo.

▬  Hokkaido ? Carrément ? Bah putain ...

▬ Ils nous restent encore le téléphone et internet !

▬ Bah encore heureux tiens ! T'façon, j'aurai bien fini par avoir un moyen de te parler en harcelant une de tes amies.

▬ Oh le vilain ! T'es trop mignon ~

▬ Gn.

▬ Allez, viens là avant que je ne parte. »

Aoriné s'était approché avant de se blottir dans mes bras. Bien qu'elle était chiante et capricieuse avec moi, elle était la personne la plus adorable et la plus gentille que je connaisse et, à cause de ça, j'avais énormément mal au coeur. Je ne savais pas du tout ce que j'avais, mais j'avais du mal à parler alors j'essayais de prononcer le moins de paroles possibles. Elle savait parfaitement ce que je ressentais, alors elle parlait quand même, comme si je lui répondais correctement.

La vie a beau être jolie des fois, toutes les bonnes choses ont une fin, comme notre relation de meilleurs amis. On est repassé du grade de " BF " à simples amis. On vivait notre vie de notre côté bien qu'on ratait pas une occasion à la cam de déc0nner un peu histoire de ressentir ce petit moment de nostalgie. Et oui, mais il faut bien savoir tourner la page des fois vous savez. Chose que j'ai réussi à faire tant bien que mal ...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Quelques mois avaient passé depuis ce jour. J'avais désormais 15 ans et j'étais en dernière année de collège. Arianne, que je surnommais Aria, était devenue une très bonne amie, en partie parce que j'arrêtais pas de venir l'emmerder. Mais en même temps, ça ne semblait pas tellement la déranger vu comment elle devait s'ennuyer dans le brouaha de la classe avant les cours. Elle avait beau être une rebelle, au fond, ça se voyait qu'elle était une intello vu ses notes, même si elle ne voulait pas l'avouer.

Quand je lui demandais comment ça se faisait qu'elle avait des notes pareilles, elle disait que c'était normal avant d'essayer d'éviter le sujet. A vrai dire, je crois que j'm'en foutais un peu vu que j'avais quasiment les mêmes notes qu'elle sans pour autant copier, et puis de toute façon, mon grand frère m'aurait tué si j'avais fais ça.

« Hm .. Kisaragii-kun ?

▬ Yep ?

▬ Ca te dit d'aller manger une glace après les cours ?

▬ Pourquoi ?

▬ j'ai faim. »

*



« Dis ... Kisaragii-kun ?

▬ Hm ?

▬ Je peux t'appeler autrement ? Ton nom de famille est trop long et aussi ... Parce que je sais que si je t'appelle simplement par un de tes prénoms, ce serait impolie.

▬ ... De ?

▬ De t'appeler par un de tes prénoms. Comme Iroai-kun, Sora(ru)-kun, Iroko—

▬ Tout ce que tu veux mais pas Iroko.

▬ Soraruko-chan alors ?

▬ ...

▬ Je plaisante, je plaisante.

▬ Nh ... Mais pourquoi " ko " à la fin ?

▬ Tu ressembles à une fille, c'est pour ça.

▬ .. Ah. ... ... EH ?! »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Tu prend quel goût ?

▬ Vanille. Et toi ?

▬ Vanille & chocolat.

▬ C'est pas lourd tout ça ?

▬ Si, quand même.

▬ Tu vas grossir.

▬ Ce n'est pas délicat de dire ça aussi directement à une fille.

▬ Mais j'te prévenais juste qu'il fallait que tu fasses attention à ta ligne ..

▬ Parce que tu la regardes ? Mais quel pervers.

▬ Bah, c'est les garçons quoi ...

▬ En plus tu as insinué que j'étais grosse ..

▬ Quoi ? Mais j'ai jamais dis ça !

▬ " Que tu fasses attention à ta ligne " ...

▬ Dis pas ce que j'ai pas dis ! »


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[En cooours]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Iroaaai, lève-toooi, on doit nettoyer.

▬ M'uiiii ... Après.

▬ Non pas après. Tout de suite.

▬ Hm ..

▬ Iroai.

▬ Caalme, calme.

▬ Non pas calme. Dépêche-toi !

▬ T'as tes règles ou quoi ?

▬ En quoi ça te concerne ?

▬ Qu'est-ce que j'disais ..

▬ Allez.

▬ C'est bon, c'est bon, j'suis là ... »

Comme d'habitude, après les cours, je devais, avec Aria, ranger et nettoyer la salle de classe. Etonnamment, Ari avait été très silencieuse, elle qui était pourtant toujours contente de faire la débile après les cours et faire deux fois plus de bordel .. Bizarre.

D'ailleurs, aujourd'hui aussi elle avait été bizarre. Elle avait mis son uni e alors qu'elle le mettait jamais, préférant opté pour une tenue noire avec une grande veste aux manches coupées et un bermuda qui ressemblait à un legging. 'faut pas croire mais pour les autres, ça leur sautait pas aux yeux vu que sa tenue ressemblait aux habits qu'on doit porter obligatoirement pour le collège. Sauf qu'elle était blanche et bleu marine, pas noir ... Et c'est ce qui m'a tapé dans l'oeil.

J'ai beau être un garçon, j'fais quand même attention aux vêtements que je porte et que les autres portent, ce qui en ravit plus d'un qui se font toujours un plaisir de porter de nouvelles choses à cause de ça.

C'est quand même assez étrange, on se sent flatté pour un rien. Un compliment, un sourire, un rire ...

« Iro-kun ? »

Bang. Le balai m'a glissé des mains. Je l'ai rattrapé avant qu'il ne touche terre de l'autre côté. Aria n'a pas réagit. Problème en vue.

« Aheum, oui ? »

Blanc.

« ... Non laisse. »[/color]

.. Okay. Je sais pas si j'ai fais une gaffe ou un truc du genre .. ?

« ... J'ai fini. Je te laisse. »

Eh ?

« Hein ? Mais tu rentres pas avec moi ? Konan a envie de te voi—[/color] »

Elle était déjà partit.

*

Je venais enfin de finir de nettoyer de mon côté. Il était à présent 16h30. Wow. J'ai bien traîné moi. Bah quand même, j'y ai pris une heure quoi ... J'étais censé me taper des animes pour toute l'après-midi en plus ... Shit alors.

J'ai soupiré. Ecouteurs dans les oreilles et baladeurs en poche, je me suis mis à marcher vite pour rentrer rapidement à la maison. Portable en mains, j'écrivais un sms à mon grand frère pour lui prévenir que je rentrerai bientôt histoire qu'il puisse prévoir quand il pourra sortir.  Bah faut bien qu'il profite de sa vie aussi hein. Comme tout le monde quoi. Tch. Il fait noir. Merde. Et Aria qui m'a laissé tout seul ... Oui oui, j'ai toujours eu peur du noir depuis que je suis tout petit. Et alors ? Au moins je l'avoue. Ou pas.

L'ambiance nocturne me faisait me rendre nerveux alors qu'il était à peine 17h. En plus il faisait frisquet. C'est pas normal que le temps se dégrade aussi brusquement que ça même si on est en hiver. Quoique. Je sais pas vraiment en fait, j'fais pas attention aux dates et aux périodes. Je préfère amplement rester devant mon ordinateur au chaud. S'il fait froid, j'ai juste à rajouter, s'il fait chaud, à enlever. Simple, non ? De quoi rester tranquille pendant des ans et des ans. Et c'est ce que j'ai fais pendant 15 ans avec mes études. Un peu dur à gérer vu le niveau demandé, mais bon, dame nature m'a fait flemmard mais intelligent, donc ça va encore. Pourquoi elle m'a pas fais moins peureux ? C'est vachement chiant de sentir une bouffée de chaleur comme ça alors qu'on a des écharpes, il fait trop chaud, et si j'enlève ma veste, je crèverai de froid. Bah. Au moins je retiendrai comment tomber malade en dut forme.

La vitesse de mes pas avait ralentis, sûrement parce que je voulais profiter du froid. Pas que j'aime le froid, mais c'était quand même une sensation spéciale qu'on ressentait quand elle nous touche la peau. T'as froid mais tu te réchauffes juste après ... Les miracles du corps humain quoi. J'ai esquissé un petit sourire amère. C'est ce qu'aurait dit Aoriné ou encore Arianne. Elles sont pareilles ces deux-là.

D'ailleurs, je me demande ce qu'elles font actuellement ... Aoriné doit sûrement être en train de faire les boutiques, la connaissant. Elle devait sûrement crevée de froid comme moi vu comment la température est différente de Tôkyo et croyez-moi, c'est vraiment autre chose.

J'ai continué mon chemin en toute tranquillité avant d'entendre quelqu'un me parler. Je me suis retourné mais ... Personne. J'ai regardé de gauche à droite, derrière et devant moi. Oulah. Mes battements de coeur avaient accélérés. J'ai rêvé ? Sûrement. Je me suis arrêté pour reprendre correctement ma respiration. Mais des bruissements de feuilles derrière moi m'en ont empêchés. Aucune idée de ce que c'était mais je préférais ne pas regarder. Animal ? Tant pis. Autre chose ? Mieux valait courir à fond.

Le vent me fouettait le visage et autant dire que j'avais du mal à courir mais pourtant, j'y suis arrivé malgré le fait que j'étais littéralement crevé. Je me suis de nouveau arrêté pour reprendre mon souffle. Trop de sport tue le corps. J'étais crevé, j'avais chaud et j'avais froid à cause du froid de l'hiver et j'pense que j'étais bon pour chopper la crève. Bref, enchaînement de malade.

Je suis resté sur le côté d'une route pendant une dizaine de minutes comme un con qui attendait quelqu'un durant des heures et des heures. Bah heureusement que j'me suis remis en chemin parce que la pluie commençait à tomber. Et pas qu'un peu.

Une fois rentrer à la maison, j'ai enlevé les affaires que je portais avant de m'affaler sur le canapé.

*
« Konaaaan ? Ko-chan ? T'es là ?
▬ Yumi ! Tu sais il est où le lait ?
▬ Hey, Yumo ! Y'a quelqu'un sur le canapé ! Et c'est pas Ko ! C'est Kõsuke ? Youhoooou ! ~ »

Des voix d'enfants ? Et pas celle de Konan ni celle de Takeru .. Bizarre. J'essayais d'ouvrir les yeux, mais en même temps, je ne le voulais pas. Mais pourtant ...

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
▬ AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Je me suis brusquement lever. Son cri m'a tué. Elle a couru pour se cacher sous un meuble. C'était Konan ? Impossible. Même si, d'après ce que j'ai pu voir, elle avait les yeux vairons, c'était pas la même couleur que ceux de Ko. Bah .. ? J'ai rêvé ? C'est ça, j'ai rêvé ? Je me suis pincer les joues pour voir si je ne faisais pas un rêve. J'ai hyper mal. C'est pas un rêve. Ca devait être une erreur.

Je me suis dirigé vers la cuisine à cause du bruit que l'on entendait depuis le salon, et lorsque j'ai poussé la porte ... Un gamin me regardait bizarrement avec un jambon dans la bouche. ... DE OUAT ?

« Kõsuke ?
▬ ... Putain c'est quoi ce bordel ...
▬ ... T'as les yeux bleus ! T'es pas Kõsuke ! T'as la voix pas grave comme lui ! UN INTRUS ! YUMI ! FAUT L'ATTAQUER ! »

J'ai senti un poids dans mon dos me tirer par derrière avant de me traîner je ne sais où. L'autre me regardait méchamment avec sa nourriture dans la bouche. C'est quoi ça ?! Ils m'ont attaché à un poteau dans le jardin avant de se mettre à tourner. PITIÉ, AIDEZ-MOI !

*
Des fous. Voilà à qui j'avais affaire maintenant que j'avais rencontré ces jumeaux squatteurs nommés Yumi et Yumo. Depuis que Konan les avait rencontrés récemment, elle ne faisait que les ramener chez nous pour qu'ils nous bouffent tout le jambon et le lait.

D'après ce que j'ai compris, ces deux-là vivent dans un hôtel abandonné et Konan les a rencontrés avec Takeru en se baladant dans la forêt alors que Kõsuke le leur avait défendu. Même s'ils étaient assez sans gênes, ils étaient quand même assez sympas.

« YUMI, IL EST LA ! C'EST LUI QUI A PRIT LE LAIT ! »

Sympa ? Aheum, j'ai dis ça moi ?

*
Tut. Tut. Tut. Tut.

J'ouvrais lentement les yeux. Le portable de la maison sonnait. Je devais me lever. Plus facile à dire qu'à faire. En essayant de me lever, je suis tombé par terre. Ca fait mal. Je me traînais à moitié par terre pour atteindre le téléphone. Je tendais tellement ma main que j'en avais mal. Encore un peu ... Un tout petit peu ... Bingo.

« Allô ?
▬ ... Iroai ? »

Je me suis relevé en un éclair. Arianne ? Sa voix tremblait. Moi qui croyait qu'elle était venue simplement s'excuser. C'est si chiant que de demander pardon ?

« Arianne ? Qu'est-ce qu'il y a ?
▬ Est-ce que ... Tu peux venir ... S'il te plaît ? »

Ah non, c'est pas pour demander pardon. ET BAH OKAY. Aheum. AHEUM. Plus sérieusement, elle essayait de parler correctement mais c'était comme si elle allait pleurer, alors j'ai préféré ne pas plaisanter.

« Euh ... D'accord ... Mais t'es où ?
▬ Chez moi.
▬ D'accodac, j'arrive dans quelques minutes. »

Moi qui voulait manger du nutella dès mon réveil .. C'est loupé. Carrément. J'ai soupiré puis me suis dirigé vers l'entrée de la maison en prenant un de mes gilets qui traînaient par là au passage.

Après 15mn de marche, j'étais finalement arrivé devant chez elle. Depuis longtemps que je ne prenais pas la peine de sonner puisque j'avais toujours un double de ses clés, et puisqu'il semblait qu'elle n'avait pas fermée la porte, j'ai directement ouvert.

J'avais pas tilté au début, mais quand je l'ai vu recroquevillée sur elle-même, je venais de comprendre. Je me suis approché silencieusement vers elle avant de me mettre à sa hauteur et enlever son bras, qui cachait son visage.

« Aria .. ? »

Lorsqu'elle releva son visage pour ne plus que j'ai de gêne pour la voir, quelle fut ma surprise en voyant ses yeux gonflés et son visage couvert de bleus ... !

« Qu'est-ce qui t'es arrivé ?!
▬ Ce matin ... »

*

41mn. C'est le temps qu'à duré son récit sur sa mésaventure. Je n'ai pas vraiment retenu les détails, mais tout ce que j'ai retenu, c'est que quand elle était dans une ruelle sombre, elle a été agressée par un groupe de filles qui lui en voulait personnellement. J'avais déjà entendu dire que les filles étaient deux fois plus violentes quand elles s'y mettaient en se battant ... Mais là ... C'est pire que violent, c'était un massacre.

Non seulement elles l'avaient couvertes de bleus, mais en plus elles lui avaient coupés les cheveux. Pas que j'ai un quelconque intérêt pour -à vrai dire jm'en fous carrément même si j'tiens aux miens-, mais apparemment, la chevelure, c'est sacré pour les filles ... Et c'était aussi le cas pour Aria. La voir se retenir de pleurer me faisait mal. Mais la voir pleurer mais faisait deux fois plus mal.

« J'ai eu vraiment peur ...
▬ Eh ? Mais c'est pas toi la racaille des bacs à sables qui fait peur aux garçons ?
▬ ...
▬ Je plaisante, je plaisante. Là, là, c'est bon Arianne. Je suis là. »


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Takeru, tu m'préviens quand il est 20 s'teuplaît.

▬ D'accodac. »

Il était 15. Aujourd'hui, je devais sortir avec Aria pour l'aider à faire jenesaisquoi. Quand elle m'a appelé hier, elle n'a pas voulu me le dire mais bon, je lui fais confiance. Elle avait beau avoir une apparence de fille froide et distante, quand on sait briser la carapace avec de simples mots, c'est plutôt facile de voir l'intérieur ( sens figuré, merci ! ) d'une personne. On découvre alors rapidement que ce genre de personnes est comme nous mais avec un peu plus de complêxes émotionnels. Mais bon .. J'suis pas censé faire de la philosophie là, mais j'suis censé me préparer vu que le rendez-vous est à midi trente .. Et il est quelle heure là ? ... 12h20 .. Bah c'est bon j'ai le temps. ... ... ...

« TAKERU, POURQUOI TU M'AS PAS PRÉVENU QU'IL ÉTAIT 20 ?! J'T'AVAIS DIS DE M'LE DIRE PUTAAAIN !

▬ Oups pardon. IL EST 20 ! »

*

Après une préparation éclair, j'étais en train de courir pour la rejoindre sur la terrasse du café le plus proche de la maison, endroit où elle m'attendait. J'essayais de me grouiller, mais avec une besace .. C'est pas évident. Putain, j'espère qu'elle va pas m'en vouloir d'être arrivé 5mn en retard parce qu'avec Aoriné, je me faisais carrément incendier .. Elle était vraiment ponctuelle j'vous jure. M'enfin .. J'étais enfin arrivé à la table du café dans lequel elle était censée m'attendre. Oui censé, puisque là .. Elle était pas encore là. Je m'étais assis à une table avant de commander un coca pour patienter. J'étais tranquillement en train de siroter et, apparemment, le froid m'a fait me réveiller : peut-être qu'elle était encore en train de dormir ? Non impossible. Je sais qu'elle a du mal à se réveiller, mais pas quand elle a un rendez-vous, et encore plus avec moi. Elle serait incapable de me foutre un lapin. .. Je crois.

*
13h venait de sonner. Elle était toujours pas là. J'avais beau essayer de l'appeler chez elle ou sur son portable, elle ne répondait pas. Bon bah finalement elle m'avait trollé c'te connasse. J'ai soupiré. J'ai sué pour rien en arrivant. Rah, sérieusement, pas possible qu'elle me fasse ça quoi ..

Je me suis levé de ma chaise avant de payer et de me remettre à marcher. Avec un petit peu de mal mais je ne le laissais pas paraître. Hm .. Puisqu'il était rare que je sorte dehors et que je l'étais maintenant .. J'pouvais aller faire un peu les magasins non ? Et puis aller regarder les nouveaux jeux vidéos sortit .. Et m'acheter des CD aussi, j'ai déjà écouté en boucle pleins de fois mes CD, ça commence à devenir lourd à la fin ..

« Iro-kun ! »

Et peut-être que j'pourrai aussi acheter ..

« IRO-KUN !

▬ E— »

A cause du fait que je me suis retourné en réalisant qu'on m'appelait, j'ai failli finir par terre à cause de la personne qui m'avait sauté dessus -que j'ai eu le réflêxe de rattraper- mais également celle que je croyais m'avoir foutu un lapin : Aria.

En la faisant redescendre de mes bras, j'ai pu remarqué plusieurs choses de changés chez elle : ses cheveux, ses yeux, ses joues et ses lèvres ainsi que ses vêtements. Elle qui avait pourtant des cheveux mi-longs, elle semblait les avoir coupés pour qu'ils arrivent à ses épaules et même un peu plus court. Ses yeux étaient devenus plus pétillants. De même, ses joues rosées exprimaient parfaitement sa joie d'être là. Quand ses lèvres .. Ce sourire. Aria qui était pourtant peu souriante, elle avait changé du tout au tout en un an. Et ses vêtements. Elle portait souvent des gilets noirs et des pantalons assez masculins, mais aujourd'hui elle portait un haut gris qu'elle avait fait légèrement rentré dans sa jupe rouge. Arianne était tout simplement .. adorable.

En me rendant compte que je l'avais regardé trop longtemps, j'ai détourné les yeux. Argh. Je sentais bien que mes joues étaient devenus trop rouges. Mais le pire était le sourire que j'avais envie d'esquisser. J'ai caché mes lèvres avec ma main droite qui la couvrait. Mon coeur battait trop fort. J'avais l'impression que les battements s'accéléraient de plus en plus et qu'ils allaient finir par le faire éclater. Quel abruti. J'allais finir par devenir une tomate trop mûre à la fin. C'est pas possible, elle était trop mignonne.

En voyant comment mon état avait changé à cause de sa nouvelle apparence, elle avait rit.

« Hihi, tu es trop mignon comme ça Iro-kun .. Mais bon, c'est dommage que je ne puisse pas m'amuser encore plus en te regardant dans cet état. Tu viens ? Je te rappelle qu'on a pas toute la journée ! Enfin .. Façon de parler. »

Pitié tuez-moi.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Iroai, tu es vraiment trop mignon ! Tu as hurlé comme une fillette ..

▬ Tais-toi ! C'est pas ma faute si j'ai été surpris !

▬ Mais quand même ...

▬ En plus normalement c'est l'inverse !

▬ Comme quoi la nature est bien faite des fois ...

▬ Hey ! Ca voulait dire quoi ça ?! »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Iroai ?

▬ Hm ?

▬ Est-ce que tu m'aimes ?

▬ Evidemment, sinon je ne sortirai pas avec toi !

▬ Tu m'aimes comment ?

▬ Grand comme la muraille de Chine !

▬ Uh ?

▬ Je plaisante. Rien ne pourra égaler jamais l'amour que je te porte.

▬ Hm ...

▬ Je t'aime Aria. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Dis Iroai ?

▬ Hm ?

▬ Tu savais que tu avais une lampe dans ton coeur ?

▬ Eh ? Une lampe ?

▬ Oui. Si un jour elle s'éteint, je te promet que je te la rallumerai. Mais si jamais la mienne s'éteint ... »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Alors Iroai ?

▬ Hmm ?

▬ Hâte d'aller en vacances à la plage ?

▬ J'serai loin de mon ordi donc non ...

▬ Et pour Aria alors ?

▬ ...

▬ Bah tu vois. ~ »

Kuro-nii est un sadique. Il savait parfaitement comment j'étais avec Aria. J'avais beau être son petit-ami, je n'arrivais pas à me faire à l'idée de la voir en jupe tout les jours. Pas que j'ai jamais vu de filles avec des jupes, au contraire ! C'est juste que sur elle, contrairement aux autres filles, ça me fait l'effet d'une bombe si je peux le dire. Mais le pire, c'est que cette semaine on part en vacances. Aria en maillot de bain ... Okay, je me sors ça de la tête, oulah. Les hormones, les hormones donc c'est pas ma faute.

Même si j'avais 15 ans, j'allais très bientôt avoir 16 ans donc j'ai bien le droit de rêver un peu non ? En plus, c'était pas comme si j'l'avais jamais vu comme ça .. Heum ... .. HEUM HEUM, bref.

Actuellement, on attendait les filles, c'est à dire Konan & Aria. " On " ? Bah ... Kõsuke-nii, Takeru & moi-même. Les parents ? Bah ils étaient trop occupés donc on pouvait et surtout, on voulait pas les déranger pour des trucs comme ça. Malgré leur personnalités extrovertis, ils préféraient le boulot pour oublier l'autre à cause de leur divorce. J'ai jamais compris pourquoi ils s'étaient séparés alors qu'ils s'aimaient tant, et ça, ça en crevait l'oeil qu'ils s'aimaient vraiment. Seulement ...

D'après ce que j'ai entendu, maman trompait papa et papa il voulait pas qu'elle soit triste alors il l'a quitté. J'étais en train de me ronger l'ongle.

Même si ça faisait depuis bientôt 7 ou 8 ans voire plus, je sais plus, cette affaire me tracassait. C'était stupide de quitter la femme qu'on aime pour ne pas la rendre triste vu qu'elle sera affectée par cette séparation, non ? Surtout que c'était pas rien vu qu'elle avait quand même 4 garçons avec les mêmes traits de visage, donc c'était obligé qu'on le lui rappelle ... Rah sérieusement, c'était trop compliqué. Pourquoi les adultes étaient aussi compliqués ?

« Onii-san.

▬ Hm ? Qu'est-ce qu'il y a Takeru ?

▬ Elles sont là. »

J'ai levé la tête pour les voir, et en effet, elles étaient enfin prêtes. Konan était vêtu d'un t-shirt blanc et d'un short bleu clair et Aria ... En t-shirt et jupe. Plus courte. Je suis tombé de ma chaise.

*

Après cette petite mésaventure contre le sol froid de la cuisine et un trèèèès long voyage, on est finalement arrivé à cette foutue plage. Au lieu d'aller ranger nos affaires, les plus jeunes avaient déjà filés dans l'eau. Evidemment, Aria les a accompagnés et j'ai dû resté pour aider Papa & Kuro. Après une demi-heure de galère complète -en particulier avec les affaires de Ko-, on a pu aller sur la plage. Kuro & papa ont préférés se reposer, et moi aussi d'ailleurs. J'étais tranquillement à l'ombre en train de me reposer sous le parasol quand j'ai senti .. de l'eau froide sur moi.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

▬ Hahaha ! Onii-chan a crié comme une fillette !

▬ Oh, voyons Konan, c'est méchant, il dormait tranquillement ..

▬ Mais Aria-chan, c'est toi qui a dit qu'il fallait faire ça !

▬ Mais Konan, il fallait pas le dire ..

▬ ARIA ... TOI ... TU VAS EN BOUFFER DE L'EAU !

▬ KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Voilà comment avait commencé mes fabuleuses vacances. Ou presque.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« ARGH C'EST CHAUD C'EST CHAUD C'EST CHAAAUD !

▬ Evidemment triple crétin, ça vient de sortir du four !

▬ De l'eau de l'eau !

▬ DEFENFNFDNFZEOTJ

▬ DE L'EAU VITE !

▬ Euh ... Sur le bar.

▬ Kaoru-nii est tout rouge.

▬ On dirait une tomate.

▬ BANDE DE S .. EAAAU !

▬ Hein ? »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Iro-iro ! Regarde ! Une étoile filante!

▬ Fais un voeu alors.

▬ Mais .. Je sais pas lequel ...

▬ Tu dis que tu veux plus de poitrine Konan ! AÏE !

▬ Idiot, ne lui dis pas ça !

▬ Maaaais-euh .... Sinon toi tu peux le faire ? MAIS ! »

*

« Alors ? T'as fais quoi comme voeu ?

▬ Qui, moi ? Avoir pleins de nouveaux jeux vidéos ! Et toi ?

▬ Haha, idiot ! Plus sérieusement ? Moi ... Je te le dirai si tu me dis le tien.

▬ Eeh, vilaine. Réaliser mon rêve le plus cher.

▬ Et donc .. ?

▬ Jt'ai dis mon voeu, maintenant dis-moi le tien !

▬ Mais quel fourbe ... J'ai demandé à ...

▬ ... ?

▬ ... rester à tes côtés. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« LÂCHE-MOI IROAI !

▬ Ah tu vois, jt'avais dis que j'me vengerai !

▬ D'ACCORD MAIS LÂCHE-M▬ blublublublu .. MAIS T'ES MALADE ?!

▬ Heeey, tu m'as dis de te lâcher ! »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Je regrette d'avoir demandé de rester à tes côtés.

▬ Ah bah c'est pas ma faute, 'fallait bien penser aux conséquences !

▬ Mais regarde-moi ! Je suis toute trempée de la tête aux pieds !

▬ ...

▬ ... REGARDE AUTRE PART !

▬ J'ai pas pu m'en empêcher, pardoooon.

▬ Je regrette sérieusement. Je regrette. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« C'est dommage que ce soit le dernier jour ..

▬ Pas faux mais bon, on a quand même bien profité, non ?

▬ M'oui mais bon.

▬ Mais c'est booooon Ariaaaa, on reviendra l'an prochain !

▬ Si tu le dis ...

▬ Onii-chan, onii-chan ! Regarde, viens-voir ! Regarde comme les vagues elles sont jolies !

▬ Konan, fais attention à ne pas tomber !

▬ Allez, viens, on va aller voir puisque Ko-chan semble si excité. »

J'ai même pas eu le temps de dire un truc pour riposter qu'elle avait pris ma main et me traînait -oupresque- jusqu'à ma petite soeur, ou plutôt mon petit frère puisque Konan, de son vrai nom Karagenki, était hermaphrodite.

Une fois arrivés jusqu'à celui-ci, je me suis rendu compte que les vagues que regardait Konan .. étaient situés en bas d'une grande falaise. De quoi avoir le vertige. Pourtant, il ne semblait pas du tout avoir peur puisqu'il avait penché sa tête dans le vide. Aria a voulu aller le récupérer ... mais non.

L'endroit où était aller Ko était trop peu sûr mais il ne s'en était pas rendu compte. La seule chose qu'Aria a pu faire, c'est inverser sa place avec lui pour ... tomber à sa place. Mon coeur a fait un tour en me rendant compte de ce qui allait suivre.

« ARIANNE ! »

J'ai sauté dans le vide.

*

Je ne crois pas en Dieu, ni au paradis. Je ne crois pas en la chance ni au hasard ou encore aux miracles. Mais si jamais ces choses existent réellement ..

La vitesse à laquelle j'allais me coupais le souffle. Les larmes me venaient aux yeux. Mon coeur battait à cent à l'heure. Un moment intense mais pourtant si terrifiant.

Au moment où je toucherai l'eau, le choc sera peut-être trop brutal. J'ai beau être un garçon, j'ai toujours aimé vivre même si je faisais des bêtises. Grand frère me disait toujours de profiter de la vie à ma manière pour en profiter au maximum. Et comme un crétin, je la jette comme ça. Seulement ...

« Ne laisse jamais partir la personne qui compte le plus à tes yeux. Poursuis-la. Ne la repousse pas. Ca reviendrait à la chasser. »

Mais pourtant. J'ai beau ne pas la laisser partir, je suis en réalité un véritable trouillard qui se cache derrière ses airs de gars courageux. Je revis la même chose que ce que j'ai vécu durant cette scène. Ces vacances. J'ai peur. J'ai peur. Plus que tout au monde. Pas pour moi, mais pour Aria. Ca m'est égal de mourir si c'est pour elle. Après tout, je ne devais pas la laisser.

Je vous en supplie Dieu. Faites que je puisse la sauver. Je vous en supplie. Je ne peux pas me résigner à ne plus l'entendre me réprimander gentiment. A ne plus la voir sourire et rire à pleine dents. A ne plus pouvoir toucher ses douces mains. A ne plus pouvoir l'embrasser avec passion. Je vous en supplie. Faites que je puisse la sauver. C'est mon rêve le plus cher.

*

On dit souvent que la mort est une fin rapide. Pourtant, ce n'est pas le cas. A vrai dire, je ne le suis pas encore mais j'en suis proche. Si j'expirais l'air que j'avais inspiré juste avant de toucher violemment l'eau avec Aria dans mes bras pour ne pas qu'elle subisse trop de blessures, je serai mort, la laissant seule dans le noir de l'océan. Il était hors de question que je la laisse seule. Hors de question de que je l'abandonne comme ses parents l'avaient abandonnés. Je refuse l'idée de la voir de nouveau triste et renfermée comme avant. Je refuse le fait qu'elle ne me sourit plus comme quand elle était seule avec moi. Joyeuse. Radieuse. Magnifique.

On m'a souvent dit « te fais pas de faux espoirs, c'est pas ton véritable amour. ». J'ai beau répondre que je sais, je pense en réalité tout le contraire. Le véritable amour ? Foutaise. Tout ce qui importe, c'est d'aimer. Aimer. Aimer à en crever. J'ai beau être un adolescent de 15 ans, je sais ce que je ressens même si je suis parfois peu sûr de moi. Malgré le fait que je portais une écharpe, je frissonnais légèrement pour faire en sorte de ne pas inquiéter Aria, que je gardais fermement en mon emprise.

Je regrette. Je regrette de ne pas avoir fait plus de c0nneries pour sentir ce sentiment d'excitation quand tu as peur de te faire coincer. Je regrette de ne pas avoir plus pris soin de mes petits frères. Je regrette de ne pas avoir plus ri avec mon grand frère en jouant aux jeux vidéos quand il détournait le jeu. Je regrette de ne pas avoir fait plus de câlins à mes parents. Je regrette de ne pas avoir pris autant soin de mes amis que d'Aria.

Mais surtout, ce que je regrette le plus, c'est de ne pas avoir dit « je t'aime » assez de fois à Arianne.  J'ai peur de ne pas lui avoir dit assez ces mots banals mais pourtant si affectueux et rassurants. Ces mots qui font bondir ton corps à t'en exploser les cordes vocales tellement tu hurles quand tu es seul pour exprimer ta joie. J'ai peur. Et Arianne a, je pense, dû le ressentir puisque sa tête était contre mon torse. Mon coeur battait bien trop vite. Elle a levé sa tête pour me regarder dans les yeux avant que mon regard ne se dirige vers ses lèvres.

Même si j'avais du mal à les garder ouvert à cause de l'eau salée, j'ai pu parfaitement distinguer ses mots que mimait ses douces lèvres rosées. Sûrement ses derniers.

« Je t'aime. »

J'étais on-ne-peut-plus surpris de cette réaction. Je ne suis pas le genre de gars qui répéterai « je t'aime plus que n'importe qui. Tu es la seule. Je te suis dévoué corps et âme. » ou un truc du genre puisque cet espèce de genre de promesse est un véritable mensonge. Je ne le dirai pas. Mais je le montrerai. J'ai souris avant de me pencher vers elle pour l'embrasser.

Je t'aimais. Je t'aime. Et je t'aimerai comme un fou Arianne.


Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   Sam 3 Aoû - 20:02



Il pleut, il pleut bergère ( suite ) ♪
Dis-moi, pourquoi ton corps est aussi froid ?

Je détestais ce corps d'incapable. Je détestait mon caractère de connard. Je me détestais tout simplement à cause de mon incapacité. Tout les jours, Arianne venait me voir avec cette voix qu'elle avait auparavant, cette voix qui pourrait s'éteindre d'une minute à l'autre tant elle serait envahie par sa tristesse passée. Je me détestais réellement. Tandis qu'elle se mettait à pleurer discrètement, j'étais incapable de bouger ne serait-ce que le petit doigt. Je sentais bien qu'elle avait peur que je ne l'abandonne comme ses parents l'avaient abandonnés -mais d'une autre manière. J'avais honte de ne pas pouvoir la réconforter en la prenant dans mes bras pour qu'elle s'y love tranquillement afin de se sentir mieux. Je rageais. Malgré tous les efforts que je fournissais pour essayer d'ouvrir un œil, je ne pouvais pas. J'en étais incapable. Je n'étais tout simplement pas assez fort pour …

*
Je ne sais combien de temps s'est écoulé depuis la dernière fois que j'ai entendu Arianne. Une semaine ? Deux semaines ? Je n'en avais aucune idée puisque j'ignorais même l'année actuelle. Les jours ? Aussi. A part quand un membre du personnel parlait avec un de ses collègues en se disant qu'ils iraient manger au resto' ou je sais pas quoi. Mais bon, de toute façon, qu'importe, du moment que je puisse me réveiller vite …

*
La présence d'Aria me manquait, même si elle était légèrement comblée par Konan et Takeru. Konan qui était pourtant si surexcité d'habitude, était moins bavard que d'habitude. C'était assez pesant, mais comme Takeru avait pris la relève en me parlant comme si j'étais réveillé -enfin je le serais légèrement normalement-, et me racontait tout ce qu'il se passait dehors, comme s'il savait que je me demandais comment se passait la vie de dehors.

« Tu sais, aujourd'hui, puisqu'on est mardi, on a pu terminer plus tôt la journée, donc du coup, on a décidé de passer même si on est un peu en retard. Rihito-nii a dit qu'on pouvait rester jusqu'à 17h vu qu'après, on doit aller l'aider à la maison mais il va venir nous chercher. Tu le connais, il a peur qu'on disparaisse comme ça. Tiens d'ailleurs ..

▬ La dernière fois, il nous a crié dessus parce qu'on est partis suivre un chat ! Son pelage blanc était tout doux …

▬ Oui mais c'est Konan en fait qui a voulu le suivre ..

▬ Hey ! T'as pas refusé ! MECHANT !

▬ Arrête de crier! Tu vas casser les oreilles d'Iroai-nii !

▬ fnENGHGNNGG. »

J'ai souri. Même si je ne passais plus de temps avec eux à cause de mon état, ils n'avaient pas du tout changés et c'était, en quelque sorte, assez rassurant.

« Oh ! Regarde, regarde Takeru-nii ! Iroai-nii a sourit !

▬ Ah oui !

▬ Youpiii ! Il nous entend ! Il m'entend si je fais ça ? Bleeeuh !

▬ Konan.

▬ Pardon. »

Au moins, ils se réjouissaient déjà de mon réveil comme la plupart des personnes qui étaient venu me voir. Je crois que je savais pas qui c'était les ¼ du temps vu que les voix se confondaient de temps en temps étant donné qu'ils parlaient à peu près tous en même temps … Chose pas vraiment évidente, 'fin j'me comprend quoi.

Mes deux petits frères ont continués à me raconter leurs vies, et ces choses de la vie qui pourtant m'ennuyait, me devenait soudain captivantes. C'est sûrement dû au fait que je rêvais de reprendre ma vie d'avant. Les murs blancs et l'odeur de la peinture fraîche dans l'hôpital dans lequel j'étais ( d'après Kuro-nii hein, moi je sais pas vraiment en fait. ) étaient peu attirantes. J'étais immobile, alors repenser à marcher normalement me faisait rêver. Être dans cet état était loin d'être marrant même si on croit que ça l'est puisque tout le monde nous apporte des cadeaux et qu'on loupe les cours, et bah non. C'était vraiment, mais vraiment de la merde complète. Pourtant, quand on vous raconte ce qui se passe pendant que vous, vous êtes dans jenesaisquelétat, vous êtes en quelque sorte attiré. Pour moi, c'était plus que ça, La façon dont eux le disaient était comme quand j'étais enfant, quand mon père me racontait des histoires en prenant différent tons selon les personnages et les situations. En y repensant, je ris au fond de moi. J'espère pouvoir tous les retrouver. Et faire comme avant …

*

Lorsque le temps se rafraîchissait, ça devait être soit le matin très tôt, soit le soir. Je pouvais très facilement deviner quelle période de la journée il était à cause de ma sensibilité à la température. Et je ne sais pas comment, mais je me réveillais en quelque sorte. A chaque fois que ça arrivait, j'entendais un « tut, tut » juste à côté de moi. Je sentais également des trucs sur mes bras qui étaient assez gênants, mais à mon plus grand malheur, je ne pouvais pas les enlever. Tellement chiant …

*
L'après-midi, il arrivait parfois que des gens s'affolent autour de moi à cause du bruit que j'entendais si souvent me déranger devenir plus lent et moins régulier. En même temps, je me sentais … Comment dire. Plus tranquille. Je ne me fatiguais pas à rester éveillé. C'était comme si … Je m'endormais profondément. Mais bien plus qu'actuellement …

*

« Oniii-chaan ! Tu sais quoi ?

▬ Kõsuke-nii a un petit-ami !

▬ Et attention hein ! C'est pas une ! Mais UN ! Tu te rend compte ?

▬ Kõsuke-nii devait se sentir dépassé par les différentes situations actuelles quand même. Il avait tellement de travail, les voyages avec les parents se sont triplés, il a dû apprendre de ces leçons en un mois … En plus, comme il est délégué, il a trooop de travails avec ses nouvelles tâches alors qu'il a trop pleins de trucs à faire et à cause de ça, il s'est évanoui à l'école récemment ! C'est même son petit ami qui l'a porté.

▬ C'était tellement classe de les voir comme ça ~

▬ Konan le trouve beau. Pff.

▬ Aaaan, t'es jalooooux ! Mais ses cheveux blancs et ses yeux rouges sont tellement cools ~ En plus il est grand et sportif ! On dirait Kuro-nii mais avec des cheveux blancs ! Comme quoi, qui se ressemble s'assemble ! »

Ca sent les stéréotypes des filles ça …

« Physiquement ils se ressemblent mais mentalement, c'est autre chose ..

▬ Eh ? Qu'est-ce que tu veux dire ?

▬ Et baah .. Bah … Il est capricieux ! Il pense souvent à des choses pas bien. Il est flemmard ! Et .. euh … EUH …

▬ Tu vois, tu regardes que ses défauts ! Il a pleins de qualités ! Il est beau, il est sportif, il est gentil, attentionné, affectueux, souriant, serviable, il hésite pas à faire le travail de Rihito-nii quand il est fatigué  …

▬ … Oulah. D'où tu sais ça toi ?

▬ .. Euh … …

▬ TU LES REGARDES QUAND ILS SONT ENTRE EUX  ! OH LA …

▬ C'EST .. C'EST PAS VRAI !

▬ T'ES UNE VICIEUSE KONAN !

▬ C'EST PAS VRAI ! C'EST PAS VRAI J'TE DIS ! »

Uhu, on en découvre des choses à propos de Konan dites-moi. En plus de nous faire chier à choisir de parler de sa personne au masculin ou au féminin parce qu'elle est hermaphrodite, elle tombe facilement amoureuse et est perverse .. Ah, à 10 ans ça le fait pas. Son intelligence aussi d'ailleurs. Et … Takeru aussi tiens.

*
Les jours passaient de plus en plus vite d'après ce que j'entendais, mais pourtant, pour moi, c'était toujours le vide. Le noir complet.

Chaque fois que je tombais une fois de plus dans l'inconscience -en gros quand j'dormais quoi, sisi-, je me trouvais dans une pièce sombre. J'avais beau marché pendant plusieurs minutes ( enfin, c'était mon impression ), je tombais et retournais au point de départ qui se trouvait près d'un espace blanc. Je voulais arrêter de m'épuiser et y entrer, mais une personne me retenait toujours en me prenant par le poignet.

Quand je me retournais, j'étais dans l'impossibilité de déterminer son identité, si c'était quelqu'un que je connaissais ou non. Même si j'essayais de me dire que je la connaissais, je n'arrivais jamais à me souvenir d'elle. Seulement, je la voyais me sourire de temps en temps, avec ses courts cheveux bruns qui se laissaient voler par un vent imperceptible …

*
J'avais l'impression que cette torture durait des ans et des ans. Je tombais, me relevais mais toujours rien. Au lieu de suivre la lumière qui me guidait près de l'espace blanc, je m'enfonçais de plus en plus dans les ténèbres avec cette personne qui me montrait le chemin en prenant bien soin de tenir ma main pour que je ne m'éloigne pas. D'un côté, j'avais peur, mais c'était comme si elle voulait mon bien en m'aidant de la sorte, alors je la suivais sans un mot. Et puis .. Ces mains douces … Elles me rappelaient tant celles d'Arianne. Son physique de jeune fille aussi. Elles se ressemblaient mais leurs vêtements et leurs façons de faire n'étaient pas semblables, alors j'essayais de ne pas y penser pour ne pas trop me turlupiner les méninges avec ça.

On a continué comme ça pendant un bon moment avant qu'elle se n'arrête, et en bon crétin, je me la suis pris dans le ventre. Fack it, ça fait trop mal. Mais je n'avais pas eu le temps de me plaindre qu'elle m'avait poussé dans un trou ou un truc du genre. OH LA SALOPE. Moi qui croyait qu'elle était sympa .. C'était loupé ! Enfin .. D'après ce que je pensais hein. Parce que là … Je sentais quelque chose de très étrange … Comme si … Je bougeais mes … doigts ?

« Kõsuke-nii ! Rihito-nii ! Regarde, regarde ! Il a bougé ! Et pas qu'un doigt mais plusieurs ! Oh ! IIH ! Regardez, regardez !

▬ Que … Konan, appelle les médecins ! »

*
« Tu le veux ?

▬ Passe.

▬ Prend-le.

▬ J'peux pas.

▬ Handicapé va. Aah~

▬ NAAAAAAAA▬

▬ HAHA, TIENS DANS TA GUEULE !

▬ rdpece f'endoirasse !

▬ Hm ?

▬ TIENS !

▬ EEEEH ! »

On était le 1er avril et c'était la rentrée. Ca faisait déjà depuis 3 semaines que j'étais sorti de l'hôpital et j'étais de nouveau en pleine e même si j'avais parfois du mal à refaire bouger correctement mes membres alors le matin, je devais faire des exercices -dont j'ai complètement oublié le nom- pour remettre mon corps « en état ». C'était d'ailleurs à cause de ça que Rihito-nii, l'abruti à mes côtés qui venait de me balancer une tartine de nutella dans la face, se foutait de moi. J'ai soupiré avant de filer pour aller au lycée. J'avais maintenant 16 ans depuis quelques mois déjà. La vie avait repris son cours.

*
Je venais tout juste d'arriver. Le fait de courir de nouveau me brûlait les cuisses, mais un truc de malade. Je pouvais pas plier les jambes pour me reposer sans avoir mal. J'suis fatigué. La journée commençait bien. Je me suis adossé au muret près du portail avant de fermer les yeux pour me concentrer sur ma respiration. Inspire, expire. J'ai rouvert mes paupières avant d'entendre une voix masculine qui m'était familière : Daisuke. C'était un gars qui avait pas vraiment d'importance à mes yeux au début, mais pendant que j'étais dans le coma, il venait très souvent me rendre visite en prétendant être mon meilleur ami et que donc, il se devait de venir me voir. Chose totalement fausse devenue réelle au fil du temps, en particulier durant les trois semaines qui ont suivi mon réveil. Même si je ne le connaissais pas vraiment, à part dans le club de sport dans lequel on était tout les deux -et à vrai dire c'était uniquement du tennis même si j'aidais de temps en temps d'autres clubs-, il m'a pourtant aidé aussi bien moralement que physiquement. Résultat ...

« Ah mais le voilà enfin le bienheureux qui dormait tranquillement pendant que nous on s'tapait les cours !

▬ C'est ça ouais. « Bienheureux » ? Mon cul ! Arrête de dire des conneries Dai' et avance, tu bloques le passage.

▬ Oooh mais quelle gentillesse ! C'est comme ça que tu me remercies d'avoir pris tes cours ?

▬ T'as été forcé.

▬ Ah ? .. Ah oui c'est vrai. »

*
Bon dieu, j'ai envie de partir. Même si c'est la première journée, c'est déjà ennuyeux. Daisuke me regarde bizarrement avec son sourire ultra bizarre. Je flippe. Il me montre une feuille avant d'en faire un origami. Un avion en papier. Le prof se retourne pour nous expliquer comment ça fonctionnera au lycée. Dai me balance son avion qui va, non en ma direction mais vers celle du prof à cause de la fenêtre ouvert. Le prof se la reçoit en plein sur le nez et lance un regard noir à Dai avant de lui dire qu'il est collé. J'ai ri. Je me suis pris une heure de colle.

*

« Huhu ..

▬ Daisuke, arrête de rire, on va s'faire tuer ..

▬ Tu dis ça mais tu ris aussi ..

▬ Ta gueule et écris.

▬ Pfuhahaha …

▬ Arrête, il avait juste un papier scotché dans son dos l'prof ..

▬ Mais y'avait écris « J'ai un erbeth. » haha ..

▬ T'es vraiment con ...

▬ Pfuh … HAHAHAHA !

▬ Putain mais DAISUKE, je venais de FINIR ma punition !

▬ Oh, mais qui ai-je entendu crier dans ma salle de cours ? Heure de colle supplémentaire. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Les journées se ressemblaient toutes. Comme d'habitude, je continuais à plaisanter avec Daisuke. Bien qu'on le faisait tout le temps, ce n'était pas lassant mais tellement excitant de faire des bêtises encore plus hautes que les anciennes. Aujourd'hui, c'était le cas même si à vrai dire, c'était rien du tout.

Après une heure de colle longue et chiante, on est tous les deux partis acheter une boisson au distributeur situé près de l'entrée de l'établissement. On avait assez la flemme de rentrer tout de suite chez nous, surtout qu'il insiste toujours pour me raccompagner -va savoir pourquoi- alors que je suis en pleine e, mais puisque ça me dérangeait pas du tout, bah j'le laissais venir quoi. Dai s'est dirigé vers le parc de la ville &à vrai dire, je m'en foutais complètement, je me contentais de le suivre en buvant tranquillement ma boisson. Enfin .. en essayant. Parce que c'était chaud. Et comme un con j'me suis brûlé la langue en touchant le liquide. Je suis devenu tout rouge et j'me retenais de crier. 'faut savoir que j'peux crier pour un rien donc … Ce serait pas vraiment étonnant j'dirais.

Arrivé devant un banc, on s'est posé. Le soleil brillait étonnamment fort alors que la météo avait prévu des nuages et tout le bordel des mauvaises journées avec les orages et tout. Daisuke regardait les gens passer pendant que moi, je regardais le ciel bleu. Rien qu'en le voyant, ça me faisait penser à avant l'hôpital … Une falaise. Le bruit des vagues. Arianne. Mes yeux se sont agrandis. Arianne. C'était elle. C'était elle la personne que je voyais pendant mon coma. Je venais de le réaliser en repensant à elle. Qu'est-ce qu'il lui était arrivé ? Je me suis brusquement relevé, ce qui a attiré l'attention de Dai qui m'a regardé.

« Qu'est-ce qu'il y a ?

▬ Aria.

▬ Hein ?

▬ Qu'est-ce qui est arrivé à Arianne ?

▬ J'ai froid.

▬ Hey oh, j'te parle.

▬ Oui oui. »

Il essayait de détourner le sujet. Mon cœur a raté un battement. J'ai commencé à stresser. J'avais chaud. Mes mains commençaient à devenir moites. Je les ai serrés. Je redoutais le pire.

« … On rentre ?

▬ Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

▬ …

▬ Hey, arrête de m'foutre des vents ! En plus attend-moi, tu marches trop vite ! J'ai encore du mal ! Eeeeeh ! »

J'ai limite couru pour le rattraper. Dans l'endroit où on allait, l'air se refroidissait de plus en plus. J'ai souvent tendance à être une tapette dans les endroits sombres et je sais pas du tout pourquoi. Du coup, je faisais tout pour rester près de mon meilleur ami sans pour autant laisser paraître ma peur.

Au bout d'un moment, il s'est soudainement arrêté et .. j'me suis pris son dos. La vache, sa colonne vertébrale fait hyper mal. Daisuke était devenu silencieux et regardait une tombe. Je me suis reculé en me disant qu'il y avait sûrement un problème, et quand j'ai vu ce qu'il regardait, mon souffle s'est coupé. Je voulais dire quelque chose, mais c'était impossible. Aucuns sons ne voulaient sortir de ma gorge. J'étais trop abasourdi par ce que je voyais actuellement.

« Ta réponse. On ferait mieux de rentrer, il commence à faire froid. »

Et il avait raison. Le temps s'était étrangement rafraîchit. Le ciel bleu de tout à l'heure avait laissé sa place à un ciel couvert. … Shit. Ils avaient pas prévu ça. On s'est mis à courir en vitesse avant que la pluie ne se mette à tomber, et d'après les gros nuages gris de la mort qui tue, bah .. ça allait arriver.

Une fois devant chez moi, Daisuke a voulu rentrer tout de suite étant donné qu'il pleuvait des cordes, mais je l'ai forcé à rentrer pour ne pas qu'il attrape froid. C'était fou à quel point il faisait chaud à l'intérieur. Konan s'est précipité vers lui en demandant si on était sous la pluie depuis longtemps. Daisuke a répondu que non avec un léger rire même s'il était entièrement trempé. Pendant qu'il bavardait tranquillement, j'étais resté derrière, muet. Je regardais fixement le sol en me rongeant les ongles. Je ne pensais pas. Je ne réfléchissais pas. Je ne faisais rien dans ma tête. Je regardais simplement le sol. J'ignore pourquoi, mais c'était la seule chose que je voulais regarder. Je suis resté comme tel pendant au moins cinq minutes avant que quelqu'un ne me mette une serviette sur la tête pour que je sèche mes cheveux : Rihito.

« Bah alors ? Qu'est-ce que tu fais à rester planter là ? Enlève tes chaussures idiot !
▬ Hein ? Ah ... Euh ... Oui.
▬ Tu vas bien ? Tu veux pas manger quelque chose ?
▬ Oui oui ... Non merci, je vais monter directement. »

Avant qu'il n'ait eu le temps de répliquer, je suis parti en me précipitant dans les escaliers qui se trouvaient juste à côté de la porte d'entrée. Je me suis arrêté en arrivant à l'étage supérieur. Je ressentais comme une sorte de malaise mais pourtant, j'ai continué à marcher jusqu'à ma chambre avant de sauter sur mon lit et de doucement fermer les yeux ...

*
Quelques semaines passèrent. Je sortais de moins en moins souvent dehors et restait cloîtrer dans ma chambre en restant devant l'écran de mon ordinateur ou de mes jeux vidéos pendant des jours et des jours sans en sortir, ce qui m'a valu une sacré perte de poids alors que j'étais déjà assez maigre comme ça.
Konan et Takeru avaient beau insister pour que je fourre le nez dehors, je refusais catégoriquement à chaque reprises. Et ce, même si mon grand frère Kõsuke me le demandait gentiment. Je savais bien qu'il se sentait mal pour moi vu ce que j'étais devenu, mais je lui faisais savoir qu'il avait pas à être comme ça.
On peut dire que je suis devenu complètement asocial à force tellement ça m'agaçait, mais aller dehors me fait me sentir mal alors je préfère nettement rester à l'intérieur tranquillement au lieu de m'emmerder dehors. Kõsuke me reprochait le fait d'être devenu inexpressif par rapport à avant, reproche que j'ignorais totalement, tandis que Rihito, lui, ne faisait rien du tout contre ma « dépression » comme l'avait qualifié Tsukio, le petit ami de mon deuxième frère aîné. Au contraire, il donnait l'air de s'en foutre complètement en me tenant compagnie pendant que je jouais.
Au début, il ne disait rien, mais au fur &à mesure des jours, il se moquait de moi quand je perdais. Ce qui avait le don de m'énerver ...

*

Comme tout les matins, j'ouvris les yeux difficilement à cause des rayons du soleil qui pénétraient lentement dans la pièce dans laquelle je dormais. Au lieu de me lever directement pour aller faire ma toilette matinale habituelle, je suis resté cloué dans mon lit, le regard dans la vague. Le bruit de mon réveil me cassait les oreilles même s'il était peu bruyant. J'attendais. J'attendais encore et toujours. J'attendais de sentir le sol légèrement bougé à cause du fait que tu t'avançais en courant à moitié pour venir dans ma chambre me réveiller en me disant que l'on allait être en retard. J'attendais de te voir prendre un air irrité en me criant dessus. J'espérais pouvoir de nouveau te voir sourire après une blague idiote que j'aurai faite puis me pardonner avec un bisou sur le front avant de me dire de m'habiller rapidement. En y repensant, j'avais mal. Mon cœur se serrait. J'avais du mal à respirer. Je me suis enfoncé dans mon lit pour ne plus que l'on voit ma tête sortir de la couverture. Replié sur moi-même, j'ai commencé à me mettre à pleurer comme un enfant, personne que j'étais totalement malgré mon âge. Je savais que je ne pourrai plus jamais te revoir.

*

Les mêmes reproches, encore et encore, ils continuent d'insister. Sors un peu, ça te fera du bien je te l'assure, etc. n'avait quasiment aucun effet sur moi. Je me contentais juste de continuer à regarder mon écran, silencieux ...

*

Les jours étaient tous les mêmes. Si seulement je les comptais. Je sortais tôt de ma chambre pour la toilette matinale avant de retourner dans mon coin et m'assoir sur ma chaise, les genoux contre mon torse pour me remettre à taper sur les touches de mon clavier que je fréquentais maintenant tout le temps.
Depuis peu, ils avaient tous arrêtés de m'embêter à propos de mon comportement, et c'est comme si je sentais mon dos se libérer d'un énorme poids même si ça me semblait assez étrange qu'ils arrêtent brusquement comme ça.
Un petit sourire s'afficha sur mon visage. Maintenant, je pouvais ...

« Je peux te parler ? »

... pas me relaxer.

« Eh ? Bah ... oui. La porte est ouverte, tu peux rentrer. »

J'ai détourné les yeux de mon ordinateur pour voir qui c'était. Au début surpris de voir un albinos devant moi, je me suis vite rendu compte que c'était en fait Tsukio.

« ... Tu ne voudrais pas sortir un peu ?
▬ Hm ... Pas envie.
▬ Et pour les autres alors ?
▬ Pas envie.
▬ C'est pas une question d'envie ou pas mais de politesse tu sais.
▬ Hm ... Si c'est pour me parler de ça, tu peux très bien abréger tu sais.
▬ Tu peux très bien être poli tu sais. Réagis un peu ! Regarde-toi, on dirait un crétin !
▬ Ca change rien de me dire ça, je sais.
▬ Tu dis que tu sais, tu sais encore et encore ... Mais je ne pense pas non.
▬ T'es pas ma mère, t'as pas à me dire ce que j'ai à faire.
▬ Et bah, encore heureux que je ne le sois pas sinon jt'aurai déjà foutu une claque !
▬ Bah vas-y, essay— »

J'avais atterris par terre à cause de son coups de poing qui étais censé être une claque. Ah. Donc c'était du foutage de gueule complet son truc, c'est ça ? C'était juste pour m'foutre un pain ? Tss, sérieusement.

Je me suis doucement frotter la joue avec ma main, qui me brûlait horriblement tant il m'avait frappé fort. Sa réaction m'avait surpris puisque je pensais qu'il bluffait, mais apparemment quand il dit quelque chose, il tient sa parole et ça me posait problème, puisque la prochaine fois que je répondrai, 'faudra que je fasse gaffe ...

Une fois dépoussiéré, j'ai relevé la tête pour le regarder et lui répondre « correctement », mais quelque chose d'encore plus surprenant venait de se dérouler devant mes yeux.

Grand frère Rihito avait débarqué comme ça dans ma chambre en voyant la porte légèrement entrouverte alors que normalement je la ferme correctement, avant de se précipiter sur Tsukio pour le frapper avec ses poings. Il n'avait pas vraiment compris sur le moment, mais lorsqu'il a enfin capté, il a mit ses mains devant son visage pour se défendre et a donné un coup de genou dans le ventre de Rihito pour le faire reculer et ainsi, reprendre un peu son souffle et enlever la trace rouge sur sa joue droite à cause de ses lèvres, qui avaient été un peu coupés au passage.

Ça a continué pendant je ne sais combien de temps puisque pendant ce temps, j'avais filé en douce pour aller prévenir Kõsuke-nii, qui était dans la cuisine sur son portable.

En me voyant 1) en dehors de ma chambre &, 2) affolé, il a tout de suite compris que y'avait quelque chose qui clochait puis est partit en haut. Je l'ai suivi avec la peur au ventre. A propos de Rihito. Il ne s'était jamais mis à agresser quelqu'un comme ça, brusquement et aussi violemment. J'avais peur de voir ce qui allait se passer.

Arrivé devant la porte de ma chambre, Kõsuke l'a poussé. Il a tiré une de ces têtes. J'ai penché ma tête sur la droite pour voir ce qu'il se passait et ... oh god. Rihito était positionné sur le ventre de Tsukio non pas pour faire des choses vilaines au deuxième sens -aheum-, mais au premier sens. Genre ... Etrangler. Vous voyez le genre ? Bah c'est ce qui se passait actuellement.

L'albinos essayait d'enlever les mains de mon grand frère, mais apparemment, celui-ci effectuait une trop grande pression pour qu'il le puisse. Il suffoquait et essayait de bouger pour pouvoir respirer, en vain. Rihito lui bloquait sa respiration.

Kuro a couru vers Rihito avant de lui dire d'arrêter. Seulement, celui-ci ne voulait pas l'écouter et l'ignorait alors qu'il parlait à Tsukio.

« Toi ... Tu le retouches encore UNE fois, ta tête j'te la tranche ! T'as compris ?! »

Sa victime ne répondait rien, alors il lui a donné un coup. Kuro, agacé, a alors frappé son aîné au niveau de la joue, et ... à vrai dire ... j'aurai pas aimé être à la place de Ri-chan puisque ça a fait un bruit assez bizarre.

*
Après cet incident, je me suis remis à agir normalement. ... En gros comme toutes personnes normales. Je remettais le nez dehors, au plus grand plaisir de ma famille qui me le faisait bien savoir en m'emmerdant comme d'habitude. J'avais beau me sentir content, il y avait quand même quelque chose qui clochait. Et pas qu'un peu ... comme le nutella qui se ne trouvait dans aucuns des recoins de la maison.

*

La nuit, je sortais souvent dehors pour m'assoir sur l'herbe et regarder les étoiles dans le silence et le froid.

J'imitais souvent un téléscope en faisant prendre à mon pouce et mon index la forme d'un cercle avant de le mettre devant une étoile particulièrement luisante. J'ai fermé les yeux.

Aria.

*

Iroai par ci, Iroai par là ... Depuis que j'étais redevenu comme avant, ou plutôt que j'avais repris mes habitudes, on m'appelait de tous les côtés pour occuper les jumeaux ou pour un service. C'était épuisant alors je partais me cacher dans la chambre des parents. Parce que c'était la seule chambre non-utilisée dans la maison mais aussi la plus calme. J'en profitais pour m'allonger et dormir un peu pour me relaxer ... Ce qui n'était pas le cas d'aujourd'hui. Shiroi-nii, alias Tsukio, venait de pousser la porte. Argh. Depuis la dernière fois, on avait assez discuter à propos de ma dépression et c'était toujours pas fini. PITIE. Pas de blabla. DODO.

« Iroai ?
▬ C'est encore à ce sujet ?
▬ Pas du tout. »

... Hein ? ... Ca sent la merde. Il s'est approché de moi avant de me tendre une enveloppe.

« Tiens. »

Je l'ai regardé, un peu étonné, avant de prendre ce qu'il me tendait et de l'ouvrir.

« C'est quoi ?
▬ Lis. »

J'ai baissé les yeux avant de tirer lentement la feuille que contenait l'enveloppe.

« Iroai,

Si un jour tu lis cette lettre -et je l'espère bien-, j'aimerai que tu saches certaines choses. Si jamais une autre personne la trouve, s'il vous plaît, brûlez-la.

Je ne sais que dire au début de cette lettre, et tu peux très bien me prendre pour une idiote, ton avis est peut-être le plus important pour moi, mais qu'importe.

Depuis le tout début, je me suis sentie attiré par toi. Comme toutes les autres jeunes filles je dirais … Enfin, comparé à elles, ce n'était pas ton physique qui m'attirait, mais ta voix.
Ta voix est, comment dire … Rassurante. Ou quelque chose du genre. Je ne saurai la qualifier correctement tant elle est indescriptible, mais t'entendre, même de loin, était quelque chose qui apaisait mon cœur.

Les journées avaient beau me sembler longues et moroses, elles ont pourtant été illuminés par ta présence et l'amour que tu portais à mon égard. Est-ce que tu savais ? Quand quelqu'un t'aime, le tempe est toujours beau. C'était ce que je ressentais avec toi même si je n'osais pas le dire.

Pourtant, malgré tout cela, je ressentais comme une sorte de problème dans cette relation. Ce n'est pas que je ne t'aimais pas ou plus, loin de là rassure-toi ! C'est juste que j'ai l'impression d'être une source de problème pour toi …

Par exemple, la dernière fois, tu es arrivé en retard en cours pour moi uniquement parce que j'avais eu un problème de la circulation, et tu as également loupé une journée entière uniquement parce que j'avais de la fièvre ! De plus, je sais que les bagarres n'ont jamais été un coup de cœur pour toi, mais tu le faisais quand même quand on m'embêtait … Mais surtout.

Depuis cet incident, je ne cesse de penser à tous les moments que nous avons passés ensemble. C'est comme si j'avais peur qu'ils ne disparaissent brusquement, tout comme toi.

Durant ton long sommeil, je venais tout les jours te voir, et puis un jour, alors que j'étais venue, les battements de ton cœur ont commencés à ralentir. Les médecins se sont pressés autour de toi et ont fermés la porte. C'était comme si tu étais en train de mourir sous mes yeux. C'était un sentiment horrible. Je ne saurai pas du tout quoi faire sans toi …

Plusieurs jours plus tard, je t'ai retrouvé dans ce même état-là, et mon cœur a raté un battement. Penser que tu pourrais mourir d'un instant à l'autre me fait énormément souffrir et imaginer ma vie sans toi serait comme .. une tartine de nutella sans nutella comme tu le dirais.

Durant cette période, on peut dire que j'ai commencé à faire une dépression et à redevenir comme avant. Quand je me remémorais ton souvenir, j'essayais de rester tel que j'étais devenue. Seulement, c'était tout bonnement impossible …

Lors de ses nuits d'insomnies froides et sombres, je rêvais de te revoir. Je rêvais que tous redevienne comme avant. Pouvoir sentir tes lèvres sur les miennes. Rien que penser à ça me fait frissonner. Mais le problème, c'est que dans ton état actuel, c'est une chose qui n'est pas réalisable.

Je suppose que toi aussi tu dois y penser, car dans ton coma, tu bougeais légèrement les doigts, ce qui montrait que tu m'entendais. J'imagine que tu devais essayer de te réveiller ...

J'ai espéré, espéré et encore espéré durant six mois. Six longs mois. Mais j'ai craqué. Vers la fin de cette lettre, je me met maintenant à pleurer en repensant à toi et j'écris sûrement des bêtises tellement mes yeux sont en train de se noyer dans mes larmes. Encore et encore. Te rejoindre serait le meilleur moyen de pouvoir tenir de nouveau ta douce main enfantine. Sentir ton odeur de chocolat au lait. Rêver. Rêver et encore rêver pour sortir ne serait-ce qu'un tout petit peu de ce cauchemar. Alors rêvons. Rêvons jusqu'à la bonne fin mon Soleil*. Il n'y a aucune raison de pleurer puisque nous nous reverrons très bientôt. J'en suis sûre.

Arianne. »


Mes mains tremblaient. Tsukio détournait le regard. De l'eau coulait le long de mes joues. Mon coeur me faisait mal. C'était une blague, c'est ça ?

« C'est toi qui l'a écrite ?
▬ Loin de là. C'est Arianne elle-même.
▬ Mais ... Comment ça se fais que tu la connaisses ... ? Je te connaissais même pas avant.
▬ Hmm ... Et bien ... Je sais pas si on te l'a dit ou pas, mais durant ton coma, j'ai rencontré ton grand frère. Par la même occasion, en venant chez lui -et chez toi- pour la première fois, j'ai rencontré ta petite amie qui lisait une histoire pour les jumeaux. Et .. Bah ... Voilà quoi. »

Je serrais la feuille dans mes mains. Je rageais intérieurement. Arianne. Arianne. C'est de ma faute. Comme un crétin je m'étais mis à pleurer. J'avais trop mal.

*
Encore. Encore et encore la même dispute sur le même sujet. Rihito & Tsukio. Encore une bagarre qui tourne mal parce que je réagissais mal. Tsukio qui se faisait encore cogné presque à mort. Sur le coup, j'ai eu peur. J'ai eu peur de le voir mort tant Rihito le frappait. Alors je me suis interposé en demandant à mon grand frère d'arrêter. Il a réagit trop tard. J'ai fini par terre. Je ne sais pas du tout ce qu'il s'est passé après. Juste des cris.

*
Rêver jusqu'à la bonne fin ?

Mes poings se mettaient à me faire mal. Rêver reviendrait à recommencer à me noyer dans mon souvenir. Me noyer dans mon souvenir reviendrait à me faire retomber dans la dépression. Retomber dans la dépression me ferait me suicider à cause de la tristesse. Tss. Ne me fais pas rire.

*
« Iroai ?
▬ Hm ?
▬ Tiens.
▬ C'est ... ?
▬ Un dossier d'inscription.
▬ .... Eh ? »

* Arianne a joué sur la prononciation des mots. « Soraru » se prononce « Solal » en japonais. Soraru = Solal = Solar = Solaire = Soleil.


Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Je mentirai si je disais n'avoir aucun désir, alors je laisse mes rêves luir aux yeux de tous. » • Iroai Sora ( UC )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [probleme réglé] Apres avoir formaté mon ordi...
» Tome 8 - [SPOILER] Aprés l'avoir lu...
» Tu crois m'avoir comme ça ? |Cedric|
» En avoir plein le slip...
» C'est ce qui s'appelle avoir chaud au cul...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hōtōna :: Secrétariat :: Inscription :: Inscription Acceptée-