Event en cours.

La poupée maudite. - Event Halloween.

Partagez | .
 

 Comme un bras de fer, mais sans les bras. [PV Rakel-Sigvard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
Sportif
avatarMessages : 23
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23

+ d'infos :
Âge: 16 ans
Métier: Employé au fast food
Infos:
Sportif

MessageSujet: Comme un bras de fer, mais sans les bras. [PV Rakel-Sigvard]   Ven 23 Aoû - 3:10

« Comme un bras de fer, mais sans les bras »


Sac de sport, check. Bouteilles d'eau, check. Sourire colgate, check.

Soldat, en position.

Le soldat, c'est Ryan. L'Australien, le pétillant, le coureur. La position, c'est l'angle du couloir, les yeux rivés sur la porte de la salle de dessin qui ne va pas tarder à s'ouvrir. La cible, c'est Rakel-Sigvard, que Ryan, après avoir essayé pendant cinq minutes de se souvenir qu'il est théoriquement censé l'appeler Björnson-sempai, a définitivement renommé Rakel. Le Suédois, l'effrayant, le peintre. Et la mission, c'est d'inciter ledit peintre à se joindre à lui pour un palpitant jogging. Parce que sans rire, avec des jambes et une musculature pareilles, c'est un crime de rester enfermé à manier le pinceau.

Quand il veut initier quelqu'un aux joies de la course à pied, Ryan peut se montrer déterminé, obstiné, collant même. Aujourd'hui, la colle a fait place à la glu. Ce qui n'est pas plus mal, au fond, car malgré toute sa ténacité et sa bonne volonté, Ryan n'a jamais réussi à se montrer très convaincant face à Rakel. Toujours, des arguments de poids, une motivation sans faille et un sourire scintillant. Et toujours, presque deux mètres de muscles nordiques et un regard peu avenant qui fissurent en moins d'une minute ladite motivation.

Mais cette fois-ci, c'est la bonne. Il n'échouera pas. Il a soigneusement préparé le terrain. Il a tout étudié, des horaires de l'option art appliqué à la probable pointure de sa cible. Lorsque les élèves sortiront innocemment de la salle, il sera là, des baskets à la taille de Rakel dans une main et des barres de céréales dans l'autre. Et ensuite, go go go camarade, direction la piste de course. Comment Rakel pourrait-il refuser ? À sa place, jamais Ryan n'aurait le cœur de décliner un jogging entre amis si gentiment imposé.

« Heeey Rakel ! »

La sonnerie retentit. L'opération commence. En deux temps trois mouvements, le soldat Ryan traverse le couloir, zigzague dans la foule et se poste face au géant suédois, en équilibre sur la pointe des pieds pour ne pas avoir l'air ridiculement petit. Visage enjoué, regard brillant, bien que camouflé par ses lunettes aux verres aujourd'hui teintés de violet. Il peut le faire.

« Ça faisait longtemps, Bro ! »

Bon, d'accord, ça doit faire une semaine à tout casser. Que voulez-vous, on est un stalkeur déterminé ou on ne l'est pas ! Ryan reprend sa respiration une dernière fois, prêt à affronter le regard continuellement assassin de son vis-à-vis, brandit fièrement son sac de sport, relève courageusement la tête, et plante ses yeux dans les siens. Soldat, à vos armes...

« Ça te dit d'aller courir un peu ? »

Feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Comme un bras de fer, mais sans les bras. [PV Rakel-Sigvard]   Ven 20 Sep - 18:59

Le japon a une très mauvaise influence sur son métabolisme, et sur son caractère.... Déjà parce que ça fait trois semaines qu'il est malade. En plus parce que les japonnais qui veulent cette fichue copie de matisse repeinte l'enquiquine tout les deux jours pour savoir s'il a finit, et en fin parce que e faisant tache dans le paysage japonais, il se récupère des boulets d'un peu partout... Même dans l'académie!

Ca fait trois semaine qu'il est malade, donc mal de gorge, migraines qui lui font froncé les sourcils, humeur massacrante, et autre. et ça fait presque plus qu'un mioche le suit de près, un mioche qui a l'air très très lourd. Un mioche dont la motivation reste encore obscure.

Et aujourd'hui, cours de dessin, voila que le mioche peut être aperçue près de la porte. Ca va être l'occasion d'avoir droit à une nouvelle vague de regard persistant pendant un moment, puis d'un petit couinement de terreur avant une fuite en quatrième vitesse.

Qu'est-ce qu'il a hâte de se retrouver dans ce genre de situation, ou l'Homme lui montre encore une fois à quel point il peut faire peur....

Conclusion, Rakel a une humeur de chien, et le cours de dessin n'aide pas, puisque la musique choisie et imposé est un truc étrange nommé Gnwamgnawm styiles©, et que le dessin imposé est une tortue en couche rose... Où ces japonais on trouvé une torture est une grande question, mais le pourquoi de la couche rose en est une autre...

Mais le cours touche à sa fin. Enfin!

Rangeant ses affaires le suédois prend son temps avant de s'approcher de la porte. La petite foule S'éparpille dans le couloir, pendant qu'une tête qu'il a l'impression de connaître se faufile entre les corps. Le "stalkeur"....

« Heeey Rakel ! »

Il s'approche, il est là.. Il a presque l'air inoffensif, s'il ne brandissait pas d'une main une pair de chaussure et de l'autre des sorte de barre de céréales (peut on vraiment considérer ça comme de la nourriture?). Il a un air positivement radieux, presque maniaque. Un grand sourire, les joues rayonnantes, le regard presque invitant. C'est louche, super louche, surtout que c'est dirigé vers Rakel, alors que bon, ça n'arrive jamais ça....

« Ça te dit d'aller courir un peu ? »

Ah.... Voila la raison de cette rencontre, enfin, de cette tentative d'approche en territoire hostile de la part du blond. Il fait parti de ces gens du sports, complètement monomaniaque braqué sur leur catégorie, et obsédé par l'idée de recruter des gens....

Génial.

Rakel va devoir discuter avec cet autre espèce, alors que, de une, il est malade, de deux, il a pas le morale, et de trois.... Faut il une troisième raison? Donc c'est parti, regard fixe dans les yeux lumineux qui semblent perdre un peu de leur éclat à cause de l'ombre que provoque la stature du suédois. Raclement de gorge sinistre, inspiration profonde.

".... De quoi?"

Non, ça ne devais pas être menaçant. Foutu rhume
Revenir en haut Aller en bas
 

Comme un bras de fer, mais sans les bras. [PV Rakel-Sigvard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blaze, Layali-Joy ▬ Oui mais jamais sans moi !
» Je suis Ariel, mais sans la queue.
» Noël est le seul jour de l'année où les hommes se conduisent comme les oies du Périgord, mais sans se forcer. | Willow & Kassim & Zohra
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ▬ Caëlyn
» Zimbabwe: Un titre honorifique mais sans réel pouvoir pour l'opposition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hōtōna :: Salle d'attente :: Corbeille :: Les RPs-