Event en cours.

La poupée maudite. - Event Halloween.

Partagez | .
 

 Pomme & Fenouil ; Lekha.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Dim 25 Aoû - 22:48

Dossier scolaire de Lekha Milo Fehnelis

Fiche d'identité
❝ I’m a Banana.

Nom : Fehnelis
Prénom : Lekha Milo
Surnom : Lek, Fehny, et n’importe quel autre surnom que vous pourriez lui trouver.
Age : 25 ans.
Date de naissance : 22 Juillet 1988
Lieu de naissance : En Roumanie, mais on sait pas vraiment où.
Groupe : Personnel
Option : //
Métier : Chef Cuisto de la cantine !
Pouvoir : Le Chapeautager.
Description du pouvoir : Le Chapeautager, c’est un jeu de mot moche et idiot qui réuni « Chapeau » et  « tager » « Potager ». En fait, grâce à ce don, il peut faire pousser instantanément tout types de fruits, légumes, et herbes aromatiques dans des chapeaux. Il a évidemment un chapeau fétiche ( qui répond au nom de Jack ), duquel il arrive à extraire les meilleurs fruits possibles. Il est surtout spécialisé dans les fruits et les herbes aromatiques, mais faire des légumes n'est en rien un défi pour lui, même si les légumes ont tendance à lui donner une forte migraine. La Pomme est son fruit de prédilection, et toutes les personnes qui ont goûté à une de ses pommes vous diront la même chose : "Mon dieu késskecé bon !" Eh oui, ses pommes sont très très très bonnes. Vous voulez goûter ? Y'a qu'à demander ! En plus, il vous les donne gratuitement, n'est-ce pas trop gentil ?

Caractère
❝ I’m a Banana.


« Lekha ? Heu… Je ne crois pas me souvenir… Ah mais si ! Bien sûr que si ! C’était le gosse un peu bizarre et toujours un peu à l’écart. Mais il était sage et gentil, il a jamais enfreint les règles, il me semble. Je me demande bien ce qu’il à pu devenir, ce gamin, d’ailleurs… » Une Madame à l’Orphelinat paumé quelque part à en Roumanie où se trouvait Lekha pendant sa tendre enfance.

Toujours à l’écart, un peu bizarre, sage, gentil… Voilà l’image qu’il renvoyait lorsqu’il était enfant. Il ne se mêlait pas aux autres, se contentant d’observer, et on l’entendait que très peu… son but était qu’on ne le remarque pas… Oh mon dieu comme il a changé. Maintenant, c’est plus ou moins tout le contraire. En grandissant, il s’est largement affirmé, puisqu’il a même eu sa période rebelle où il s’en prenait à plus faible que lui. Mais cette période lui a passé aussi vite qu’elle est arrivée, et il est encore aujourd’hui bien peu fier d’avoir agi ainsi.

Mais en tout cas, maintenant, il n’est plus question d’être à l’écart ! Lekha est sûrement une des personnes les plus avenantes et les plus sociales qu’il vous sera donné de rencontrer. Il parle à tout le monde et essaye sans cesse de se faire de nouveaux amis. Bon, c’est pas toujours concluant.. Mais on peut pas lui reprocher de ne pas essayer, au moins !

L’humour, c’est son truc. En particulier l’humour noir, les blagues vaches qui semblent méchantes mais qui, venant de sa part, ne le sont jamais. Il sait user de l’humour plus traditionnel aussi. Le problème cependant est que, comme il semble toujours être en train de déconner, on finit par plus savoir s’il est sérieux ou non.

C’est le genre de gars toujours ( mais vraiment toujours ) de bonne humeur. Il est toujours souriant, pétillant, rayonnant et tout et tout. Il apporte la joie de vivre autour de lui… enfin du moins il essaie. N’aimant pas voir les gens malheureux, il tente souvent de remonter le moral à ceux qui le sont… mais on ne peut pas vraiment dire qu’il sache trop s’y prendre. Alors chacune de ses tentatives se terminent souvent dans des situations plutôt gênantes où le pauvre Lekha ne sait plus où se mettre. Eh oui, il n’a toujours pas compris que l’humour ne peut pas s’utiliser dans toutes les situations…

« Moi j’ai toujours su qu’il y avait quelque chose qui clochait chez ce garçon. Il voulait pas se marier avec ma fille. Pourtant ma fille est belle. Et on est riche. V’voyez, avec des arguments pareils, c’est obligé que ce gamin soit pas net pour refuser. »Une amie de la « maman » à Lekha, qui voulait absolument le marier avec sa fille.

Mais lui il voulait pas se marier avec cette fille. Enfin, avec une fille et tout court. Et pour cause ; il est gay. Et il ne s’en cache pas, bien au contraire. Bon, il n’ira pas non plus le crier sur les toits, mais si on lui pose la question, il y répondra sans baisser les yeux.

Il aime bien draguer tout ce qui bouge… même si ça ne va généralement pas plus loin que ça. Il s’amuse, mais il ne cherche rien de plus. En effet, les relations de couple, c’est pas tellement son truc. Enfin, ça l’a été, mais suite à une relation qui s’est mal terminée, il est à présent plutôt réservé sur ce sujet et fera tout pour l’éviter. Et il dit lui-même qu’il n’est pas prêt de se remettre avec quelqu’un, même si on lui donnait tout l’or du monde.

Et il est important de noter que Lekha n’est pas une folle… enfin pas toujours.

« Lekha c’était un grand malade. Il faisait vraiment flipper, avec ses fruits, ses herbes, ses chapeaux… un vieux fou fétichiste des légumes et des chapeaux. Il prend des airs innocents, mais faut pas s’y fier. Un grand malade j’vous dis. » L’ex de Lekha… celui avec qui ça s’est mal terminé et qui a vacciné Lekha contre l’amour.

Alors oui, Lekha aime bien les chapeaux, notamment parce que tout son don repose là-dessus. Et il les collectionne, leurs donne des noms, fait en sorte de les garder propres… Enfin voilà, il s’en occupe comme n’importe quel collectionneur s’occuperait de sa collection. Il est capable de passer des heures dans un magasin de chapeau, alors si un jour vous voulez vous en débarrasser pendant un certain temps, foutez le dans un de ces magasin en début d’après-midi et revenez le chercher le soir.

Et pour ce qui est de l’histoire des légumes là… Eh bien, il est végétarien. Certes, c’est assez pratique lorsqu’on a le pouvoir d’avoir des fruits et des légumes à volonté, me direz-vous. Mais voilà, les légumes, les fruits et les herbes aromatiques, c’est sa grande passion, plus encore que les chapeaux. Il est capable de passer des heures aux fourneaux rien que pour tester de nouveaux plats dont il à eu l’idée pendant la nuit. C’est pour cela que parfois, il prend quelques airs de savant fou, à mélanger herbes et légumes à la façon d’un alchimiste. Enfin.. c’est surtout que lorsqu’il cuisine, il prend toujours un étrange sourire… un peu glauque. C’est sûr que quand on s’y attend pas, ça peut surprendre. Oh et puis, il vaut mieux éviter de le déranger pendant qu’il cuisine… un coup de poêle est vite parti, vous savez.

Mais attendant, ses plats sont toujours un régal. Et ouais, c’est pas pour rien si monsieur travaille dans la cuisine, maintenant.

Physique
❝ I’m a Banana.


Lekha n’a pas un physique difficile, il faut bien l’avouer. On peut même sans problème dire qu’il à plutôt été gâté de ce côté-là. Son regard est d’un violet profond et foncé, qui parfois tente à tirer vers le bleu nuit, sans jamais pourtant se rapprocher du noir. Ses cheveux par contre, le sont, noirs. Il les porte courts, laissant les mèches aller un peu où elles le veulent sans pour autant donner un air négligé. Quelques unes de ses mèches lui retombent devant le visage, cachant parfois légèrement ses yeux. Ses traits sont fins et bien dessinés, sans disproportion aucune.

On peut par contre lui reprocher un certain manque de muscle. En effet, il n’est pas très sportif et ce n’est pas son régime presque exclusivement composé de légumes et de fruits qui va arranger les choses. Alors voilà, adieux les abdos sexy, et bonjour les côtes saillantes… bon ok, j’exagère un peu, mais ce n’est pas loin. Il n’est pas spécialement grand, mais pas petit non plus, puisqu’il tourne autour du mètre soixante quinze.

Pour ce qui est de son style vestimentaire, on peut dire s’habille avec classe. Il est toujours relativement bien sapé, et ses vêtements sont toujours parfaitement repassés. Même ses tabliers sont repassés, c’est pour dire. Il ne sort jamais sans un chapeau. C’est généralement Jack, son chapeau préféré, qui l’accompagne. Pour reconnaitre Jack parmi les autres chapeaux, c’est très simple : Jack est très sobre, puisqu’il est entièrement noir sauf à sa base, où il est entouré d’un ruban blanc.

Histoire
❝ I’m a Banana.


Lundi 20 Août 2012

Il est 15h30, c’est ce qu’indiquent les aiguilles de la montre de Lekha. Il est devant une porte, la main posée sur la poignée. Il hésite, il n’a pas envie de passer cette porte. Il se retourne, voit qu’on le surveille, et se retourne immédiatement vers la porte. Il inspire profondément et appuie sur la poignée, poussant en même temps la porte, s’engouffrant à contre cœur dans le bâtiment. Il regarde autour de lui, c’est un immeuble comme un autre, sauf que cet immeuble héberge les bureaux de certains spécialistes. Il s’approche des escaliers, observant un panneau.

 « Docteur Dereck… au quatrième. » il lance des regards à droite puis à gauche en fronçant les sourcils  « Y’a un ascenseur ? »

Lekha trouve finalement l’objet de sa convoitise et s’avance jusqu’aux portes de l’ascenseur, s’arrêtant devant puis repartant vers les escaliers en grommelant. Eh oui Lekha, l’ascenseur est en panne. Pauvre Lekha… obligé de monter quatre étages d’escaliers.

Mais comme il est fort et courageux, il vint au bout des quatre étages d’escaliers sans une seule égratignure. Il avança le long d’un couloir, lisant chacun des panneaux sur les portes. Un dentiste, un ostéopathe et un psy… son psy. Enfin, son futur psy, puisque cela allait être sa première visite. Il enleva son chapeau et se recoiffa, puis après quelques secondes d’hésitation, il entra dans la salle d’attente du Docteur Dereck. Il fût soulagé de voir qu’il n’y avait personne et s’assit sur une des chaises, posant Jack sur ses genoux.

Sa montre affichait maintenant 15h45. Une porte s’ouvrit, Lekha sursauta légèrement. Un homme bien habillé s’avança vers lui, lui tendant la main pour la lui serrer. Lekha resta assis, les deux mains posées sur son chapeau, levant des yeux ronds vers l’homme. Un silence s’installa, pendant que le docteur continuait de lui tendre la main et que Lekha l’observait comme s’il était un drôle d’animal. L’homme finit par laisser retomber sa main, Lekha la suivit des yeux.

« - Monsieur Fehlenis ?
- Fehnelis.
- Ah, oui, excusez-moi.
il lui désigna la porte ouverte et s’y dirigea Venez avec moi. »

Le Psy avançait, Lekha restait figé sur sa chaise. Il ne voulait pas y aller, ah ça non. Le psy se retourna, lui lançant un regard appuyé, se disant sûrement qu’il aurait un sacré boulot à faire avec ce gars là. Lekha se leva alors, épousseta Jack en entra dans la pièce. Alors que le psy refermait la porte, Lekha observait tout autour de lui. Le psy lui désigna un fauteuil et lui demanda de s’installer. Pour la première fois depuis son arrivée, Lekha s’exécuta sans analyser le potentiel danger de la manœuvre… De toute façon, maintenant il y était et il ne pouvait plus rien faire… A part s’échapper en courant par la porte, peut-être…

« - Bon alors.. Je vous écoute, pourquoi êtes-vous venu me voir ?
- Parce qu’on m’a forcé. »


Ce n’était en rien un mensonge, on l’avait plus ou moins forcé à venir consulter un psy. Pour tout dire, ce n’était pas la première fois… sauf que les fois d’avant, il s’était toujours défilé au dernier moment.

« - Je crois savoir que ce n’est pas la première fois que vous prenez rendez-vous, en plus. Mais c’est la première fois que vous arrivez jusqu’à mon cabinet.
- Vraiment ? »


Le regard de Lekha se fit fuyant, et il se racla la gorge alors que le psy affichait une sorte de sourire amusé. Il ne voulait même pas savoir ce qui faisait sourire le psy de cette façon. 

« - Bon, Monsieur Fel-
- Fehnelis. FEH. NE. LIS. Pas si compliqué que ça quand même.
- Un peu tout de même. D’ailleurs, ce nom, c’est de quelle origine ?
- Je sais pas.
- Tout de même, vous ne savez d’où vous venez ?
- Si bien sûr, mais j’ai été adopté. Alors mon nom… il a pas forcément grand-chose à voir avec l’endroit d’où je viens.
- Ah ? »


Lekha n’avait pas prévu de continuer à converser sur ce sujet, car il n’était pas tout à fait à l’aise avec cela. Pourtant le regard appuyé du psy semblait vouloir à tout prix lui extirper les paroles directement de la gorge. Il avala sa salive et posa son regard sur le Docteur.

« - Je suis né en Roumanie. Je peux pas vous dire la ville exacte, puisque personne ne me l’a jamais dit, mais l’orphelinat était près de Brașov, donc je suis peut-être né là-bas, qui sait. il marqua une pause, déplaçant son regard vers le mur plutôt que vers le psy. D’après les femmes qui s’occupaient de moi à l’orphelinat où j’étais, le jour où ma mère m’avait amené à l’orphelinat, elle semblait malade au point de ne plus tenir debout sans aide, elle crachait ses poumons dès qu’elle inspirait un peu trop profondément, et son visage et ses bras étaient marqués. Elles m’ont raconté ça le jour où je leur ai demandé pourquoi j’étais là, et pas.. pas dans une famille normale comme la plupart des autres enfants. Enfin, je pense que vous voyez ce que je veux dire, c’est le genre d’interrogations normales pour un enfant abandonné dans un orphelinat.
- Et votre père ?
- Mon père ? On ne m’a jamais mentionné que ma mère. Alors je ne peux rien vous dire sur mon père. »


Le Psy griffonna des choses dans son petit carnet. Lekha aurait aimé pouvoir savoir ce qu’il écrivait à son sujet. Le docteur releva enfin son nez du calepin et sourit à Lekha, comme s’il éprouvait une sorte de compassion pour son patient.

«  - L’Orphelinat en Roumanie, comment était-ce ? »

Lekha ne s’attendait pas à cette question. Comment était-ce ? T’en souviens-tu, Lekha ? Il se passa une main dans les cheveux et haussa les épaules.

« Comme tous les orphelinats, je présume. Ce n’était pas le grand luxe, loin de là, je me souviens de plusieurs hivers qu’on a passés sans chauffage… Mais au moins on avait un toit, on avait de quoi se nourrir, et celles qui s’occupaient de nous nous aimaient vraiment. On peut pas dire qu’on avait vraiment à se plaindre » Un sourire se dessina lentement sur ses lèvres. C’est vrai, il se souvenait des quelques années qu’il avait passées là-bas, et il se souvenait que jamais durant ces années-là il n’avait été malheureux. « Bon, y’avait des endroits où ça tombait un peu en ruine… mais justement, les plus grands aidaient à remettre tout cela d’état. C’était pas de l’exploitation, tout le monde le faisait de son plein gré… au point même où les plus jeunes se battaient presque pour aider. Bref, on s’amusait bien quoi. C’était pas des mauvaises années, contrairement à ce qu’on pourrait croire. Enfin… »

Il s’arrêta, sans reporter le regard sur le docteur. A la place, il observait Jack, qui était sagement posé sur ses genoux. Du bout d’un doigt, il effleura le ruban blanc… blanc comme la laine immaculée d’un petit chevreau innocent. Le Psy éleva la voix, sortant Lekha de ses songes dans un très léger sursaut.

 « - Et avec les autres enfants ? Vous vous entendiez bien ? 
- Heu… »
il fit non de la tête Je me mélangeais pas trop. J’étais souvent seul dans mon coin, j’observais les autres… mais je m’en contentais.
- Pourquoi cela ?
- J’étais bizarre. Par rapport aux autres. Et puis terriblement timide, je me sentais jamais vraiment à ma place, alors je m’isolais.
- Et vous faisiez quelque chose de particulier, lorsque vous vous isoliez ?
- Il y avait un genre basse-cours, à l’orphelinat. Avec des poules, des chèvres et tout le tralala. J’y passais beaucoup de temps. On j’étais devenu proche avec ceux qui s’en occupaient. Et un jour, y’a un bébé chèvre qu’est né sous mes yeux… alors ils me l’ont offert, en quelques sortes. Ils m’ont laissé lui donner un nom, et m’en occuper aussi… donc dès que je voulais, j’allais voir mon bébé chèvre. C’était comme ça que je m’occupais.
- Vous l’aviez appelé comment ?
- Jack.


Un court silence s’en suivit. Court mais lourd.

« - Et ce chevreau, vous avez continué à vous en occuper longtemps ? »

Lekha fit craquer ses doigt et baissa les yeux tout en secouant négativement la tête.

« Je me souviens qu’à cette époque là, ils vendaient beaucoup de choses… Mais je faisais pas vraiment attention. Je devais avoir un tout petit moins de sept ans… Ouais, ça devait être ça puisque c’était vraiment juste avant de me faire adopter. Et donc, un jour, je suis allé voir mon bébé chèvre sauf que… quand je suis arrivé, ils étaient en train de le faire monter dans un camion. Alors je suis allé voir, vous savez, un gosse c’est curieux.. j’échappais pas à cette règle. Enfin, je suis toujours curieux, mais là n’est pas le sujet.

Sans s’en rendre compte, il s’était arrêté de parlé, et s’était mis à fixer le vide. Ce qu’il s’apprêtait à révéler avait été LE grand traumatisme de son enfance.

« Mr Fehnelis ? »

Lekha reporta son regard vers le psy, l’air un peu perdu. Il baissa les yeux, voyant l’homme se hâter d’écrire sur son petit carnet. Il se racla la gorge avant de reprendre.

« - C’était un camion de boucherie. Quand je suis allé voir pour leur demander ce qu’ils faisaient avec mon bébé chèvre, un des types s’est retourné vers moi avec un sourire malsain et un regard plein de perversion, je me souviens encore de ses yeux vitreux et de sa voix de gars dérangé.
- Qu’est-ce qu’il vous a dit ?
- Une truc du genre « T’en fait pas gamin, tu le retrouveras sûrement bientôt… dans ton assiette. » Et ce détraqué, en voyant ma réaction, il avait rien trouvé de mieux que d’exploser de rire et de taper dans l’animal.
- Je vois… continuez.
- Heu.. bah, après ça, j’ai refusé de me nourrir pendant trois jours, puis on a fini par m’obliger à manger… Mais j’ai plus avalé un seul morceau de viande depuis, c’est juste inconcevable pour moi. »


Le psy gratta encore sur son papier, jusqu’au moment où un « bip » aigu et sonore déchira le silence. Le psy se leva, alla tapoter sur un genre d’alarme posée sur son bureau et se retourna vers Lekha avec un grand sourire.

« Eh bien Mr Fehnelis, il semblerait que notre séance d’aujourd’hui soit terminée ! Etrangement, je pensais que vous serait un cas plus difficile, mais en fait, vous êtes bien sympa. On se revoit… disons… dans trois semaines ? »

Lekha hocha la tête, se leva, et sorti en vitesse du cabinet après avoir tendu quelques billets au psy. Enfin, l’épreuve du psy était passée… certes, elle allait recommencer trois semaines plus tard, mais il aurait au moins le temps de s’y préparer.

Lundi 10 septembre 2012

Avant d’ouvrir la porte en bas de l’immeuble, Lekha s’arrêta, posa une de ses mains sur sa tête, et ouvrit de grands yeux. Jack, il a oublié Jack. Il se retourne, l’idée de retourner le chercher lui ayant effleuré l’esprit… mais il regarde ensuite sa montre. Il est presque en retard, et refaire un aller retour n’est même pas concevable. Tant pis, il devra aller chez son psy sans Jack.

Lekha entra donc dans le bâtiment et lança un coup d’œil vers l’ascenseur. Toujours en panne. Il soupire, prenant pour la deuxième fois les longs escaliers menant à l’appartement utilisé par le psy. En montant les escaliers, il ne pût s’empêcher de passer ses mains dans ses cheveux à plusieurs reprises. Les jours où il sortait sans être couvert d’un chapeau étaient rare, et cela lui faisait bizarre de sentir ses cheveux à l’air libre. Enfin, de toute façon, il aurait du l’enlever une fois à l’intérieur… mais tout de même. 

Une fois en haut, il toqua à la porte et entra ensuite pour y trouver le psy, déjà dans la sa salle d’attente. Lekha esquissa un sourire en se recoiffant.

«-  M’sieur Fehnelis, j’ai cru que vous ne viendrez pas, aujourd’hui. 
- Désolé, un imprévu avant de partir. »
Le psy sourit et lui indiqua le cabinet.
« Vous connaissez le chemin. »

Lekha hocha la tête et se dirigea à l’intérieur de la seconde pièce, s’installant là où il était installé lors de sa première visite. Par reflexe, il leva sa main pour retirer le chapeau de sa tête, et ses sourcils se froncèrent lorsqu’il ne senti rien d’autre que le vide sous ses doigts. Le psy s’assit en face de lui, son petit carnet entre les mains. Il le feuilleta un instant puis releva les yeux vers Lekha. 

« Donc. On en était au moment où le chevreau est mort. »

Lekha hocha la tête et regarda ses mains, se demandant là où il pourrait bien les mettre, étant donné qu’il n’avait pas son chapeau pour les y poser. 

« - Mr Fenhelis, un problème ?
- Nan nan… j’ai juste oublié mon chapeau chez moi, c’est un peu perturbant. Mais je survivrais ! »


Le psy pencha la tête sur le côté avant de sa hâter de griffonner quelque chose sur son carnet. Lekha fronça les sourcils, continuant de se questionner se ce que le psy pouvait bien écrire dans ce carnet. 

« - Bon, on reprend ?
- D’accord.
- Donc après ça, vous vous êtes empêché de manger, c’est ça ?
- Oui.
- Et arpès ?
- Après… heu,  il ne s’est pas passé grand-chose. J’ai été adopté trois mois plus tard. C’était des grecs, qui habitaient en Roumanie depuis une dizaine d’années.
- Ah, vous voyez que vous savez d’où vient votre nom.
- …Vous trouvez vraiment que Fehnelis a une consonance grecque ?
- Hm.. bon, passons, c’était comment, cette famille ? »


Lekha haussa les épaules en levant les yeux vers le plafond… Comment était-ce ? Il réfléchissait, ne sachant pas vraiment quoi répondre. 

«  - C’était… assez sympa, en fait. Ca a été un peu difficile au début avec leur propre fils, mais avec le temps il m’a accepté et on est vite devenus inséparables. 
- Ils avaient déjà un fils, donc ?
- Oui, s’ils m’ont adopté, c’est parce qu’ils venaient de perdre leur second fils, on qu’on leur avait dit que ça aidait, d’adopter un enfant.
- Je vois. »


Il griffonna encore dans son carnet, Lekha avait perdu son regard dans le vide, et on y lisait une certaine mélancolie. 

« - Et c’est tout ce que vous avez à me dire sur votre séjour dans cette famille ?
- Heu.. oui, sûrement. Enfin, vous savez, il ne se passait pas grand-chose. On a beaucoup voyagés un peu partout dans le monde, ils étaient riches, donc on peut dire que la vie a été très compliquée, v’voyez.
- Je vois. Et avec leur fils, donc ? »


Lekha détourne le regard et fit craquer la jointure de ses doigts. 

« - Aurais-je touché un sujet sensible ?
- Non non. Je vous ai dit déjà, on s’entendait comme de vrais frères. Et.. et.. et c’est tout.
- Pourquoi vous réagissez comme ça alors ?
- Mais je réagis pas comme ça ! »


Le psy sourit et son crayon marqua une fois de plus le papier de son petit carnet. Lekha, pendant ce temps, soupirait en se passant une main dans les cheveux. 

« – On est arrivés ici, à Paris, quand j’avais seize ans.
- Ah oui, c’est vrai, je me demandais comment vous étiez passés de la Roumanie à la France.
- C’était pour mes études.
- Vos études ?
- J’ai fait des études de cuisine. Mes… parents, pensaient que c’était mieux de m’inscrire dans une école à Paris pour terminer ma formation.
- Ils avaient pas tort.
- C’est vrai. Mais c’était pas sur ce sujet que je voulais partir.
- Ah bon ?
- Oui, je cherchais simplement à répondre à votre question.
- Oh. Je vois, je vous écoute.
- On est sortis ensemble, leur fils et moi. Enfin, on peut dire plus que simplement sortis… On s’est cachés jusqu’à notre majorité… et on été plutôt mal reçus par ses parents. Très mal reçus même. Mais ça nous a pas empêché de rester ensemble. On s’est loué un appartement, et on a vécu là-bas un bon moment ensemble. »


Lekha s’arrêta, même si le psy semblait en attendre plus. Aucun des deux ne parlait. Ils devaient sûrement chacun attendre que ce soit l’autre qui reprenne la parole, mais rien de tel ne se passa. Lekha n’était pas décidé à en dire plus, et le psy décelait sûrement sans problème que ce n’était pas pour rien s’il s’était arrêté ainsi dans son récit. Mais au moment où il s’apprêtait à lui forcer la main, Lekha se leva en regardant sa montre et en plongeant son autre main dans sa poche arrière, en sortant son portefeuille. Il récupéra quelques billets à l’intérieur et les déposa devant le psy.

« On écourte la séance d’accord ? J’ai quelque chose à faire, je viens de m’en rappeler. »

Et avant même que le psy n’eut le temps de se lever de son fauteuil pour le retenir, Lekha était sorti de la pièce, laissant en plan le docteur qui n’avait pas vraiment compris ce qu’il venait de se passer. Mais pour Lekha, c’était fini, il ne retournerait jamais chez un psy.


En février 2013.

Finalement, Lekha y est retourné, voir son psy. Pas tout à fait de son plein gré, mais au moins, il y est retourné. Il se retrouvait alors dans la même situation que la toute première fois où il était venu, la main posée sur la poignée de la grande porte du bâtiment, souhaitant tout sauf y entrer. Mais il se résigna finalement à entrer, se dirigeant instinctivement vers les escaliers, s’imaginant qu’aucune petite fée bienfaitrice n’était passée réparer l’ascenseur. Et il avait raison de toute façon. Une fois en haut, il s’avança une nouvelle fois jusqu’à la porte du psy, retira son chapeau et se passa un coup de main rapide dans les cheveux pour se recoiffer. Prenant une grand inspiration, il toqua à la porte et entra de suite. A l’intérieur, le psy semblait être déjà en train de l’attendre.

« - Monsieur Fehnelis ! Vous êtes enfin là !
- Croyez moi, je suis pas là par pur plaisir.
- J’imagine. Veuillez m’en excuser.
- Vous m’avez vraiment prit pour un dépressif suicidaire ?
- Eh bien…
- Vous m’avez presque harcelé, et vous êtes allés jusqu’à prévenir mes amis ! Comment vous avez eu leurs numéros d’ailleurs ?
- Heu… secret professionnel. Mais je m’inquiétais pour vous ! Vous ne répondiez plus, et puis vous étiez parti d’une façon bizarre.
- Oui, j’ai pris des vacances, excusez moi de pas être à la disposition de mon psy.
- Je vois, je ne vous en veux pas. L’important c’est que vous êtes là aujourd’hui. Et entier. »


Le psy lui sourit et lui indiquant l’entrée de la seconde pièce.

« - Vous entrez ?
- Ecoutez, je pense pas que-
- Vous voulez pas continuer à me raconter tout ce que vous avez à me raconter ?
- J’ai plus rien à vous raconter.
- Ah bon ? Vous voulez pas me dire ce qu’il s’est passé avec votre frère adoptif, alors ? »


Le regard violet de Lekha se fit un instant assassin, puis se radoucit en même temps qu’il baissait les yeux. Il ne voyait pas comment il pourrait lui parler de cela ? De toute façon, se serait trop compliqué à expliquer. Il releva les yeux vers le psy.

« – C’est compliqué.
- Je suis psy, je suis habitué à ça.
- Oui mais… Puis, j’ai pas envie de passer pour un fou.
- Ne vous inquiétez pas pour ça. »


Lekha soupira puis entra dans la seconde pièce, allant s’installer dans le fauteuil où il avait maintenant presque prit l’habitude de s’installer. Le psy, quant à lui, s’assit en face. Mais cette fois, il n’avait pas son petit carnet. Lek posa Jack sur ses genoux et en tapota le bord.

«  - Je vous écoute.
- On a été ensemble jusqu’à l’an dernier et.. ‘fin, ça s’est plutôt mal terminé.
- Oui, ça je l’avais plus ou moins deviné.
- Il a voulu demander une ordonnance restrictive contre moi. »

Le psy ouvrit de grands yeux et pencha la tête
« - Mais… ça existe pas, en France.
- Oui, heureusement. Sinon il l’aurait sûrement eu.
- Mais.. pourquoi il a voulu faire ça ? Qu’est-ce que vous lui avait fait ?
- Rien… rien du tout.
- J’ai étrangement du mal à vous croire. »


Lekha se racla la gorge et se recoiffa, regardant furtivement à droite puis à gauche.

«  - Bon, d’accord. On s’est disputés..
- Pour quelle raison ?
- Il m’a lamentablement plaqué après m’avoir avoué être allé voir ailleurs plusieurs fois depuis quelques mois.
- Et vous l’avez mal prit, donc.
- Evidemment. J’suis gentil mais pas con.
- Et vous avez fait quoi ?
- J’ai un peu pété un câble et je l’ai poursuivi à travers l’appartement en le tapant avec la première chose qui m’est passée sous la main.
- C'est-à-dire ?
- …Un concombre et une poêle. »


Le psy étouffa un rire. Sûr qu’il s’attendait à tout sauf à ça. Lekha fronça les sourcils en remarquant que ses petits malheurs amusaient son psy.

«  - C’est pas si drôle que ça, vous savez.
- Pardon, c’est juste que j’ai imaginé et la scène et… »


Lekha croisa les bras, visiblement contrarié.

«  - Je vous paie pas pour que vous vous foutiez de ma gueule…
- C’est vrai. Vous avez raison. Désolé. Donc. Je devine que vous ne l’avez pas tué ?
- NON ! Je suis pas du genre à tuer des gens. Et puis de toute façon, il m’a enfermé dans la salle de bain pour que je me calme, donc j’aurais pas pu le tuer.
- Je vois… vous avez été enfermé longtemps ?
- Oh.. juste assez longtemps pour me laisser le temps de manger le concombre et de laver la poêle. C’est une amie qui est venu m’ouvrir, parce qu’il lui avait demandé de le faire. Je l’ai plus revu depuis, et je compte pas le revoir.
- D’a…ccord… »


Le psy fixait Lekha, Lekha fixait le vide devant lui. Un sourire étira ses lèvres et il reposa le chapeau sur sa tête, ajustant correctement les mèches qui tombaient devant ses yeux.

« - Vous avez eu ce que vous vouliez ?
- Plus ou moins, mais arrêtons nous là pour aujourd’hui. »


Lekha hocha la tête pendant que le psy se levait et se dirigeait vers son bureau. Il ouvrit un carnet et le parcourût des yeux.

« - Je peux pas avant dans trois mois.
- En septembre alors. Je pars au Japon tout l’été.
- D’accord, allons pour septembre alors. »



En été.

Le psy était arrivé tôt à son cabinet ce jour-là. Sur son bureau, il remarqua directement le petit voyant rouge qui clignotait. Un message vocal ? Il s’avança et appuya sur le bouton pour écouter le message. Qu’elle ne fût pas sa surprise lorsqu’il entendit la voix de l’un de ses patients, qu’il était censé voir dans peu de temps. Voilà ce qu’il disait ;

«  Docteur Dereck ? Bonjour, c’est Lekha Fehnelis. ‘Fin, je pense pas que vous m’avez oublié… Enfin bref, je vous appelle pour annuler le rendez-vous de septembre. Vous savez que je suis au Japon et il se trouve que je compte y rester un peu plus longtemps que simplement durant l’été. J’ai trouvé du boulot là-bas, cuisinier dans une académie. Enfin voilà. Merci quand même, et aurevoir. »






Et moi, et moi, et moi.
❝ Et oui, c'est moi.

Surnom : Shiza
Niveau RP : Moyen
Où avez-vous connu le forum ? j'étais Haruka
Qu'en pensez-vous ?

Code du règlement : Validé by Kitkat





Dernière édition par Lekha M. Fehnelis le Mer 18 Sep - 17:17, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Lun 26 Aoû - 10:35

Je love ton personnage x'D La colocation avec Klaus va être géante sérieusement x'DDD (Limite ils auraient pu finir ensemble)
Bref, bon courage pour la suite ♥
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Acteur
avatarMessages : 105
Date d'inscription : 20/06/2013
Age : 27

+ d'infos :
Âge: 18 ans
Métier: Acteur
Infos:
Acteur

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Lun 26 Aoû - 11:49

Re-bienvenue à ce que j'ai compris Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
It’s nice, to be nice. ♥
avatarMessages : 443
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 23

+ d'infos :
Âge: 18 ans.
Métier: Mangaka
Infos:
It’s nice, to be nice. ♥

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Lun 2 Sep - 19:54

Euh bah re-bienvenue ! xD *a dû mal à suivre*

♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪



Spoiler:
 


Hikari écrit en darkviolet parce qu'elle le vaut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Mer 18 Sep - 17:19


Hé, Merci ! o/ ( mieux vaut tard que jamais, qu'on dit, hein. )
Bon sinon, après avoir pagayé à contre courant en pleine tempête dans l'océan pacifique avec une barque en bois et une pagaie cassée... j'ai finalement fini cette fiche 8D
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Mer 18 Sep - 17:31

Voilà une bonne chose de faite ♥
Je n'ai rien à redire - à part que tu m'as tué avec ta poele - donc je te valide !
Bon jeu à toi ~
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
It’s nice, to be nice. ♥
avatarMessages : 443
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 23

+ d'infos :
Âge: 18 ans.
Métier: Mangaka
Infos:
It’s nice, to be nice. ♥

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   Jeu 19 Sep - 7:37

Et voilà je t'ai mis un beau rang ! Very Happy

Bon jeu sur le forum. Smile

♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪



Spoiler:
 


Hikari écrit en darkviolet parce qu'elle le vaut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pomme & Fenouil ; Lekha.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pomme & Fenouil ; Lekha.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le baiser flambé de Pomme
» Fantômes et... pomme d'amour (pv) (terminé)
» vc de la pomme vs astana [annulé]
» (M - 1pers) Ma Pomme [acidulée] d'Amour
» La vie est une pomme que j'ai décidé de croquer à pleines dents; Elisha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hōtōna :: Secrétariat :: Inscription :: Inscription Acceptée-