Event en cours.

La poupée maudite. - Event Halloween.

Partagez | .
 

 Haruka Mitsukane ( fini )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Haruka Mitsukane ( fini )   Sam 25 Mai - 16:34

Dossier scolaire de Haruka Mitsukane

Fiche d'identité
❝ Haruu, Kaa Kaa ♫
Nom : Mitsukane
Prénom : Haruka
Surnom : Haru, Mitsu, Mimi.
Age : 16 ans
Date de naissance : 19 Janvier 1997
Lieu de naissance : Köbe.
Groupe : Normaux
Option : Informatique et Science Physique
Métier : Aucun ça s'fait pas, l'exploitation des mineurs !
Pouvoir : Matérialisation "d'armes".
Description du pouvoir : Il peut, grâce à sa pensée et à un peu de concentration, créer des sortes d'armes. Souvent pas plus grandes qu'une dague ( bien qu'il soit capable de créer plus grand, mais ça à tendance à lui refiler la migraine ), elles ont la particularité de ne pas être vraiment faites de matière, mais plutôt d'un espèce de "nuage" virant entre le violet et le noir et qui a tendance à briller. Ces armes sont cependant incapable de tuer ou de laisser de blesser gravement, mais se faire poignarder avec fait particulièrement mal et laisse toujours une cicatrice.

Caractère
❝ I must confess that I feel like a monster


Haruka est un petit génie des sciences et de tout ce qui touche aux chiffres. Les chiffres, c’est carrément sa passion, sa raison de vivre et il a tendance à en voir de partout. Il voit la vie et le monde comme une grande équation et il fera des calculs dans sa tête à n’importe quelle occasion, car il paraît que ça l’aide à réfléchir et que s’il répond à une question sans avoir fait un minimum de calcul dans sa tête, il répondra forcément à côté de la plaque.
Mais de toute façon, il répond toujours à côté de la plaque. Il est dans un monde à part, et avoir une discussion construite avec lui relève du défi. Notamment d’ailleurs parce qu’il ne vous écoutera probablement pas, car il faut attirer son attention pour pouvoir lui parler, sinon il ne fera rien d’autre qu’admirer le ciel et de dire des phrases dans le vent par moment, se contentant de faire acte de présence à vos côtés. Mais c’est pas vraiment sa faute, disons qu’il n’est simplement pas habitué à l’être humain. Lui-même ne se considère pas comme tel, et se voit plutôt comme un genre de machine qui a été mal programmée. Alors forcément, cela rend les échanges parfois un peu compliqué et, même lorsqu’on réussi à attirer son attention, il se peut qu’il décroche totalement au bout de cinq minutes et qu’il se remette à contempler le ciel. Parfois, il se mettra aussi à avoir une conversation avec lui-même et, si on lui demande avec qui il parle, il répondra tout naturellement « Avec les gens dans ma tête, pourquoi ? ». Oui, il est un peu… spécial.
Il possède cependant une sorte de « face cachée » ( entre guillemets parce qu’on la devine facilement, quand même ), une version complètement cinglée de lui. Cette « face cachée » peut apparaître à n’importe quel moment, sans prévenir, il changera juste d’un seul coup. A partir de là, il devient imprévisible, cognant avec ses poings dans les murs ou se recroquevillant dans un coin, arrachant des pages de livres ou se mettant à rire frénétiquement, ou à chanter à tue-tête dans chants macabres. Pendant ce genre de « crises », il n’hésitera pas à blesser les gens autour de lui, une lueur malsaine brillant dans ses yeux. L’espace d’un instant, il devient un peu un monstre, une machine déréglée, comme il le dit si bien. Après ses « crises », il a tendance à être faible, fatigué, et à ne plus savoir où il est, alors il préfère aller s’enfermer quelque part, essayant de se remettre de son énième « déréglage ». Beaucoup se demandent comment cela se fait qu’il ne soit pas interné quelque part… hé bien, c’est un secret.
Mais tout cela ne fait pas de lui un méchant garçon car, malgré ses petites excentricités, il se révèle être quelqu’un de gentil dans le fond, bien qu’il n’ait jamais vraiment eu d’ami pour le connaître sous cet angle là. Bon certes, il faut réussir à le supporter et à passer outre sa personnalité changeante et ses difficultés pour communiquer avec un être humain, mais au bout du compte, ça vaut sûrement d’essayer de le connaître un peu mieux.


Physique
❝ La beauté est indissociable du regard de celui qui voit.


Pas très grand et plutôt maigrichon, Haruka fait un peu peine à voir. On dirait qu’un coup de vent pourrait le briser en deux, mais ne vous méprenez pas, il n’est si fragile que cela… enfin, ça c’est ce qu’il veut bien faire croire. Il ne pratique jamais de sport et cela se voit assez vite, vu que les muscles sont à la limite de l’inexistence chez lui.
Ses yeux sont colorés par une étrange couleur dorée assez peu banale. Un doré clair qui fait ressortir le noir profond de ses pupilles. Ses yeux ont tendance à donner l’impression de ne pas être de la même taille, mais c’est juste parce qu’il a l’habitude de garde son œil droit toujours un peu « pincé », ce qui a tendance à renforcer son apparence de fou. Mais si un jour vous le voyez ouvrir grand les yeux, ou relâcher son « pincement », alors vous vous rendrez compte qu’ils sont de la même taille.
Il garde ses cheveux courts ( mais pas trop quand même, entre le court et le mi-long ) mais ne les coiffe jamais, à part à coup de « passages de mains pour rabattre les mèches qui lui tombent devant les yeux », mais sinon, il se fou bien de sa coiffure. Ses cheveux sont un peu… verts. Ou bleu-verts. Enfin on sait pas vraiment, on voit juste qu’il y a du vert clair dedans, quoi.
Sa peau est très blanche, n’étant pas très fan du soleil, on lui dirait même parfois un teint maladif. On remarque aussi des cicatrices un peu partout sur son corps : autour de ses poignets, de ses jambes et sur son front, en haut à gauche. Elles se ressemblent toutes, et sont semblables aux « cicatrices » des poupées lorsqu’on les recoud. Ce sont des marques qu’ils s’est fait tout seul, en voulant tester ses armes sur lui-même ( oui, quand je vous disais qu’il est un peu fou ), voulant voir si ça pouvait couper des membres… heureusement pour lui que non, d’un côté. Celle sur son front était cependant accidentelle, puisqu’il juste envoyé une de ses dagues en l’air et qu’il n’a pas réussi à la rattraper autrement qu’avec son front.
Pour ce qui est du style vestimentaire… hé bien certaines fois, vous le verrez porter des vêtements assez classiques, d’autres fois beaucoup moins. Il se fiche bien de la mode, et s’habille un peu comme il veut et comme il peut surtout. On le voit parfois se balader avec un parapluie, même s’il fait beau temps, c’est juste qu’il aime bien les parapluies.


Histoire
❝ Ce n'est ni sur de la plume ni sous des couvertures qu'on parvient à la gloire. Qui sans elle conserve sa vie laisse sur la terre pareil vestige de soi que fumée dans l'air et écume dans l'eau.


Chapitre I . Introduisons par une introduction.

Il n’y a pas eu d’hôpital, d’infirmières, de médecins, rien de tout ça. Il est venu au monde sur un canapé troué et recouvert de tâches, expulsé du corps d’une femme à l’allure maladive, à moitié morte sur le canapé. L’enfant pleurait, et ce fût les mains maigres, rongées et froides de son père qui vinrent le réconforter. Le premier bain de l’enfant, il se passa dans une bassine qui empestait la moisissure, dans une eau presque froide, mais c’était le mieux qu’ils avaient pu faire. Ils n’avaient jamais voulu de cet enfant, mais il semblerait que quelque chose se soit mal passé du côté du firewall. Ils avaient à peine assez d’argent pour s’acheter de quoi vivre, ils avaient à peine assez d’argent pour leurs « consommations », qu’est-ce qu’ils allaient faire d’un gosse ? L’homme lavait l’enfant, jetant des coups d’œil à sa femme agonisante sur le canapé tâché de sang. Puis il regardait encore le petit garçon qu’il tenait dans ses mains… il ne pouvait se résoudre à l’abandonner, c’était leur enfant, même s’ils n’en avaient pas voulu.

Chapitre II. « Enfance » 

Il grandit un peu comme il put, entre son père qui avait un léger penchant pour la boisson et sa mère qui n'en avait rien à foutre de son fils. La mère était européenne, d'ailleurs, et le père Japonais. La mère n'était jamais là et, quand elle rentrait, elle se hâtait dans la chambre et disparaissait, n'en sortait qu'au moment où elle allait repartir. Elle fût inexistante dans la vie de son fils, et c'était le père qui en prenait le plus soin, si on peut appeler ça « prendre soin. ». Haruka était livré à lui-même, forcé à hurler tout l'air de ses poumons pour que l'on se souvienne de le nourrir.
Mais, malgré tout, il grandit. Seul, il avait été forcé de s'inventer des amis imaginaires pour pouvoir jouer un minimum. Ces amis étaient une part entière de lui et de sa vie, et certains d'entre eux semblent ne pas l'avoir quitté. Mais là n'est pas le point. Il allait bientôt avoir six ans lorsque sa mère ne rentra pas un soir. Lui, enfermé dans son monde et dans l'espèce de cagibi qui lui servait de chambre, il ne s'en était pas rendu compte. Pour lui, sa mère était un étrangère, elle ne l'avait jamais traité comme une mère est sensée traiter son enfant, et il avait finalement compris qu'il faisait mieux de la laisser tranquille. Alors il ne remarqua pas tout de suite sa disparition. C'est son père qui le lui dit, lorsqu'il été sorti de sa chambre pour essayer de se trouver à manger. Même si, au fond, cela lui avait fait de la peine, il semblait plutôt ressentir de l'indifférence pour sa disparition. Il ne su cependant jamais si elle était morte ou si elle s'était simplement barrée avec quelqu'un d'autre, ou seule. Dans tous les cas, pour Haruka, la vie continuait comme d'habitude.
Au plus le temps passait, au moins leurs conditions de vie semblaient bonnes. Haruka tombait souvent malade et était tellement maigre qu’il aurait pu passer sous une porte. Mais, toujours que plus isolé dans son monde, il ne se rendait même pas compte de sa condition. Il avait neuf ans lorsqu’on vint le « sauver ». En fait, il se souvint vaguement avoir entendu tambouriner à la porte et qu’ensuite, on l’avait mis dans une voiture et qu’on l’avait emmené loin de chez lui. Cela s’était passé tellement vite qu’il n’avait eu le temps de sortir de son monde pour comprendre ce qu’il se passait. La voiture le conduisit dans un endroit, qui semblait être une sorte de commissariat où l’entendaient un homme et une femme qui lui semblaient bien plus jeunes que son père. On lui apprit alors qu’il s’agissait là de sa tante, la sœur de son père, et de son mari, l’oncle d’Haruka, donc. C’était eux qui avaient appelé pour signaler un « mauvais traitement » sur Haru, alors qu’il n’en avait jamais été le cas. Il ne comprenait pas trop, certes il n’avait jamais trop à manger, il ne disposait pas de la dernière technologie à la point, mais personne chez lui pourtant n’avait jamais levé la main sur lui. Ou alors, si cela était arrivé, il n’en avait pas eu conscience… mais c’était fort peu possible.
On lui avait posé des questions, auxquelles il avait à peine répondu par manque de réponses, puis on l’avait fait examiner par un médecin et on l’avait finalement laissé tranquille. Il n’avait pas dormi cette nuit là, et très peu la nuit qui suivit. Le troisième jour, il apprit qu’il allait partir vivre avec sa tante et son oncle et il s’y contraignit, sans réjouissance certes, mais sans le contraire non plus. Il se pliait simplement à ce qu’on lui disait, il n’avait pas le choix.
Chez sa tante et son oncle, c’était un tout autre monde que celui qu’il avait connu jusque là. Leur maison était grande, dans un des ces quartiers qu’il n’avait jamais pensé pouvoir exister. Et la maison. Grande. Une vraie maison. Il eu du mal à se faire à cette nouvelle vie, mais il finit par s’y faire et ne regretta plus jamais sa vie d’avant. Pour le mettre à niveau dans le but de lui faire prendre l’école lors de la prochaine rentrée, son oncle et sa tante lui avaient payé plusieurs professeurs afin de le mettre à niveau. Cela se passa sans grande difficulté, il apprenait vite et bien, au plus grand étonnement de tout le monde. Il se révéla rapidement être particulièrement intelligent, surtout dans les matières dîtes de « scientifiques ».
Ainsi, la vie continuait pour Haruka, que les amis imaginaires n'avaient pas quitté, bien au contraire.

Chapitre III. Victime

Il commença l'école lors de la rentrée qui suivit son arrivée chez sa tante. Cela fût particulièrement difficile pour lui, car il ne connaissait rien de tout ça et, jamais durant sa vie, il n'avait vu autant de monde. Très solitaire et renfermé, il n'est s'est pas fait d'amis le premier jour, ni les jours qui suivirent. Mais au moins, il avait de bonnes notes. Il était premier presque partout et, selon sa tante et son oncle, c'était cela qui importait le plus.
Au début, on ne faisait pas vraiment attention à lui. Enfin, au tout début, on le dévisageait, disait qu'il était bizarre et tout, puis au bout d'un moment, on se lassa et on arrêta les commérages et Haruka devint partie intégrante de la décoration de l'école. Il ne cherchait même pas à se faire des amis, il s'en foutait royalement, la solitude ne lui était de toute façon pas étrangère.
Et puis, au bout d'un moment, on finit par le prendre en victime. Et il n'avait pas grand chose pour se défendre : de un, son isolement continuel l'empêchait d'être capable de rétorquer et d'user de la répartie et de deux, sa condition physique – bien que meilleure qu'avant – ne lui permettait pas de se battre ou quoi que ce soit. Alors il encaissait et s'isolait deux fois plus.
C'est à ce moment précis, qu'il commença à développer ce « côté sombre » de sa personnalité. A force d'être seul et devoir encaisser toutes sortes de choses, il commençait peu à peu à nourrir des envies de vengeance, l'envie de faire du mal à son tour. Il en rêvait mais était incapable de passer à l'acte... de toute façon, comment pourrait-il faire pour faire du mal à quelqu'un ? Maigre et petit comme il l'était, il n'y avait rien de plus simple que de le jeter au sol.
Le « côté sombre » prenait de plus en plus de place dans sa tête. Il était là à chaque fois qu'il croisait le regard d'une de ces personnes qui s'amusaient à l'emmerder. Maintenant, au lieu de s'écraser, il leur rendait parfois leurs regards, lorsqu'il l'osait, lorsque le « côté sombre » pointait le bout de son nez. Mais il lui fallu plusieurs années pour enfin décider de se manifester. Haruka avait alors quatorze ans lorsque le côté sombre en eu assez de rester dans l'ombre. Cette fois là, il avait répondu à un type particulièrement arrogant et ce dernier avait ramené un ami à lui pour fracasser Haru. Le coinçant contre un mur, deux montagnes contre une petite branche fragile, c'était lâche, certes, mais c'était de cette façon que cela fonctionnait. Il sentit alors monter en lui toute la haine qu'il avait réprimé ces dernières années et avait essayé de les frapper, s'imaginant dans sa tête à quel point cela serait plus facile s'il avait des armes... des couteaux ou n'importe quoi d'autre. Et ce fût comme par magie que ses mains se remplirent d'une étrange substance et, lorsqu'il réussit finalement à porter un coup à la poitrine d'un des gars, ce n'est pas son poing qui le toucha, mais cette étrange substance, qu'il observa pendant un moment après, lorsque son « agresseur » agonisait par terre et que son ami avait prit la fuite.
Il avait donc un pouvoir, couplé à une double-personnalité qui deviendrait bientôt difficile à contrôler. Ce pouvoir, il l'accepta de suite, et s'amusait grandement avec toutes les armes qu'il créait. Lors d'un de ses moments de crise, il voulu tester l'efficacité des lames en se coupant un main... exercice qui échoua et qu'il recommença sur son autre main, puis sur ses jambes. Lorsqu'il redevint normal, il comprit que les seules choses que pouvait faire ses lames étaient une grande douleur et des cicatrices facilement reconnaissables. Il fût à la fois déçu et rassuré, au moins il était sûr qu'il ne risquait pas de se suicider avec son pouvoir.

Chapitre IV. Monstre

Sa famille, autant compréhensive qu’elle était, avait du mal à accepter Haruka et son don. Ils avaient peur de lui, de lui et du second Haruka qu’il cachait. Et ils n’étaient pas les seuls à le craindre : à l’école où il allait, les bruits couraient vite, et ce fût sans difficulté que les trois quart de l’école furent mis au courant de l’étrange capacité d’Haru. Alors eux aussi, ils avaient peur de lui. Ceux devant qui il baissait les yeux étaient maintenant ceux qui baissaient les yeux devant lui. Rapidement, il passa du rang de victime à celui de persécuteur. Lui ne voulait de mal à personne pourtant, et il ne comprenait pas vraiment pourquoi tout le monde le craignait ainsi. Mais au moins, pensait-il, il avait la paix maintenant.
Mais il y eu un jour où même les professeurs ne supportaient plus de devoir lui faire cours. Le « risque » qu’ils prenaient en l’ayant dans la même pièce qu’eux, de plus que l’accumulation des cicatrices sur le corps du garçon, tout cela en était trop pour eux, et ils réussirent finalement à le faire virer de l’école. Sa famille prit alors la décision de le placer pendant un temps dans un endroit « spécialisé », où on pourrait le soigner. Et il parti dans cet endroit, y restant plusieurs mois.
Puis il revint un jour, soit disant soigné, en réalité bourré de médicament qui donnaient l’impression qu’il était soigné. Il n’avait plus utilisé son pouvoir et l’autre Haruka n’était pas venu depuis longtemps, alors, d’après sa famille, tout allait bien.
Le temps passa encore un peu, puis un jour, on lui annonça qu’on allait l’inscrire dans une académie où il serait parmi des gens « comme lui ». Il avait alors repensé à l’endroit d’où il sortait à peine et refusa au début d’entrer dans cette académie. Puis il céda, il était de toute façon obligé. Sachant cela, il se remit à pratiquer son don, car il avait rapidement compris ce que « comme lui » signifiait. Et, à mesure qu’il se remettait à créer ses armes, l’Autre Haruka recommençait à lui rendre visite, comme avant. Il était redevenu lui-même.

Et il était maintenant en route pour cette académie où il vivrait parmi l’élite, entouré de gens aux pouvoirs similaires au sien.
to be continued…



Et moi, et moi, et moi.
❝ hakuna matata.
Surnom : Shiza
Niveau RP : Baw… ça dépend, mais pas trop mauvais, je pense.
Où avez-vous connu le forum ? Sur un Top-Site.
Qu'en pensez-vous ? Il est cool. Et puis les codages, vous vous imaginez pas le temps que j’ai passé à m’amuser avec les titres qui tournent et les « boites » qui grossissent :s’amuseavecrien :. Pis j’aime bien le contexte itout. ‘fin pour l’instant, c’est que de positif Very Happy.

Code du règlement : Kari' valide !





Dernière édition par Haruka Mitsukane le Mar 4 Juin - 15:32, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
It’s nice, to be nice. ♥
avatarMessages : 443
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 23

+ d'infos :
Âge: 18 ans.
Métier: Mangaka
Infos:
It’s nice, to be nice. ♥

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Sam 25 Mai - 17:14

Bienvenue parmi nous Very Happy (vi, je le redis encore une fois. xD)

Bonne chance pour ta fiche !

Je suis contente que tu aimes mon codage. Smile J'me suis éclater à le faire. xD

Si tu as un soucis, n'hésite pas à nous contacter. Smile

♪♫•*¨*•.¸¸❤¸¸.•*¨*•♫♪



Spoiler:
 


Hikari écrit en darkviolet parce qu'elle le vaut bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Sam 25 Mai - 17:18

    Bienvenu fu fu fu !~
    Bon courage pour ta fiche.~
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Sam 25 Mai - 17:21

Bienvenue ~
J'te souhaite bon courage pour la suite !
Et mumuse toi bien parmi nous, c'le plus important !

En passant, j'te valide le code ~
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Musicien
avatarMessages : 230
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 22

+ d'infos :
Âge: 17 ans.
Métier: Chanteur.
Infos:
Musicien

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Dim 26 Mai - 12:44

Welcome !

Bonne chance pour ta fiche (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Mar 4 Juin - 15:35

Bon, merci déjà ( même si je vous ai dis déjà merci, mais on s'en fou, hein. )

Bref. Il est fini. Et je suis extra-super-ultra désolé d'avoir mis autant de temps, mais j'ai eu des petits imprévus qui m'ont laissé relativement peu de temps...
Je m'excuse aussi des fautes qu'il doit y avoir... mais j'ai un peu la flemme de me relire, en fait.
Bref, voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Mar 4 Juin - 18:20

J'ai tout lu ! *se félicite lui-même*
C'est tout bon, sauf une chose ~ Il te manque un avatar ! Sans ça, je ne peux pas te valider.
Une fois mis, préviens moi, et je te validerais sur le champ o/
Love love ♥ *Plains Haruka tout de même*
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Mar 4 Juin - 18:31

Bravo \o/

Par contre... l'avatar je l'ai mis ._. je peux même faire un screen pour le prouver. Mais j'ai remarqué que imgshack avait un léger bug en ce moment, je vais héberger sur un autre hébergeur, en espérant que ça marche Oo.

EDIT J'ai hébergé ailleurs, ça marche ?
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   Mar 4 Juin - 21:30

Je viens 3 heures après, excuse moi x)

Maintenant ça marche !

Je te valide donc, bon jeu à toi, fais ton fou partout, et n'oublie pas d'aller te recenser et tout le blabla ~
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Haruka Mitsukane ( fini )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Haruka Mitsukane ( fini )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hōtōna :: Salle d'attente :: Corbeille :: Fiche de présentation-