Event en cours.

La poupée maudite. - Event Halloween.

Partagez | .
 

 Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
Sportive
avatarMessages : 21
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23
Localisation : Candy Mountain

+ d'infos :
Âge: 18
Métier: éboueuse
Infos:
Sportive

MessageSujet: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Dim 11 Aoû - 21:09


Comme tout conte à la hauteur de sa réputation, notre histoire commence un beau matin où le soleil, chatouillant la Terre de ses éblouissants rayons, promet une chaude journée à venir. C’est la lumière qui a réveillé l’adolescente, bien avant que son alarme ne sonne mais les préparations pour la randonné ne lui ont pas permis de s’attarder sur l’état du ciel jusqu’à maintenant. Charlotte est désormais assise dans le bus près de la fenêtre et peut observer à loisir les quelques nuages dans le ciel. On en compte pas assez pour craindre le pluie ce qui est une bonne chose quand on s’apprête à crapahuter dans les bois.

Elle détourne son regard de la vitre pour jeter un coup d’œil à son vieux sac à dos posé sur ses genoux. Il a fait son temps l’ami et même si elle se balade peu souvent en forêt depuis son arrivé au Japon, il lui faudrait en acheter un nouveau. Charlotte passe sa main sur la fermeture de la grande poche de son sac, il n’y a qu’un miracle qui peut expliquer pourquoi elle ne sait pas encore cassée. Du coin de l’œil, Elle aperçoit un troue dans la poche avant mais ce n’est pas nouveau. Le coupable de cet odieux crime ? Son trousseau de clés. Elle n’avait pas prêtée une grande attention à se troue qui était dix fois plus petit quand elle l’avait découvert, mais  le temps ne referme pas ce genre de blessure. Au contraire, désormais, elle ne pouvait plus rien mettre dans cette petite poche car elle risquait de semer, tel le petit poucet, ses effets personnels. Malgré tout, il tenait encore la route ce sac et jusqu’à ce que la couture de l’anse  droite, qui semblait fragile, ne cède elle continuerait de l’utiliser.

Cette conclusion faite, elle regarde à nouveau l’extérieur qui semble défiler de plus en plus vite à mesure que le bus s’éloigne de la ville. La route qui les emmène au point de rendez-vous longe les bois. La forêt ne lui inspire pas de la crainte mais il faut admettre qu’elle en impose : de sa petite place dans le bus, Charlotte ne peut pas voir par delà l’orée de la forêt. Si certains sont effrayés pour si peu, il lui en faut plus à Charlotte pour que son sixième sens s’alarme. Elle aime la nature : les fleurs et les arbres de la même manière que les insectes et la boue. Pour l’instant, elle est encore trop attachée au confort que lui offre la ville mais elle sait qu’un jour elle prendra son sac à dos sur les épaules pour partir s’installer -convenablement- plus près des petites bêtes et au milieu des végétaux. Le bus roule alors sur un nid de poule et la fait subitement sortir de sa rêverie. Se trouvant alors un peu bête, Charlotte mit les mains dans les poches de sa veste pour chercher la fiche d’information que l’Académie lui avait donné.

Le recto de la feuille informe les participants sur les différents bienfaits de la nature et en quoi cette sortie d’intégration va changer leur vie. Elle survole les paragraphes sur l’importance de l’amitié et de l’entraide dans la vie de chacun (qu’elle trouve d’ailleurs très niais) pour s’attarder sur celui qui récapitule les objectifs de cette randonné. Partir à la découverte du monde c’est une chose, mais ce qui fait rire l’adolescente c’est que ce dernier est ici qualifié de « sauvage », alors qu’il ne s’agit que d’une simple randonnée en forêt. Certes il ne n’est pas question d’une balade au zoo mais on est loin d’être « Into the wild ». Blablabla, remplir un questionnaire qui sera remis au chef du groupe, blabla, encore des choses sur le travail d’équipe, rencontrer de nouvelles têtes… Charlotte a envie de voir à qui appartient les noms listés au verso de la feuille mais elle est sceptique quant a l’ambiance de franche camaraderie que veut encourager les organisateurs de la sortie. Bien sûr, elle veut rencontrer de nouvelles personnes et faire connaissance mais encore une fois elle n’est pas certaine qu’une simple ballade en forêt puisse être aussi « sensationneeeeel !!! » et « in-ou-bli-able !! » que le prétend la fiche d’information. Elle met ses doutes de côté et se pare d’un sourire digne de cette belle journée ensoleillé. Non, elle refuse d’être « l’acariâtre » du groupe.

Tout en descendant du bus, Charlotte jette un dernier coup d’œil à la feuille pour vérifier le lieu exact où elle doit retrouver les membres de son équipe. Chose aussi facile à dire qu’à faire car une série de panneaux « trie » les différents participants en fonction de leur équipe. Le point de départ de l’équipe n°4, la sienne, se trouve non loin d’un vendeur de bouteilles d’eau et de gâteaux pour les étourdis qui auraient oublié ces deux choses vitales.

« Il faut tout de même avouer que l’Académie ne fait pas les choses à moitié pour encadrer l’événement. »

Charlotte s’est renseignée : il y a en tout une dizaine d’équipes et deux parcours différents pour faire cette balade en forêt. Pour éviter que les équipes ne se suivent à quelques mètres d’intervalle les organisateurs font partir toutes les vingt minutes, deux équipes qui ne prennent pas le même chemin. Les deux premiers groupes sont déjà partis, bientôt c’est le tour de l’équipe n°4.


Spoiler:
 


Dernière édition par Charlotte Hamilton le Dim 18 Aoû - 16:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Mar 13 Aoû - 16:08


    Il faisait si beau. Lucja adorait cette chaleur, l'agréable sensation du soleil chatouillant ses épaules nues, les allées ombragée mouchetées de tâches claires. Il ferait chaud, sans doute, mais ils seraient abrités de ce ciel impeccablement dégagé par les arbres. En clair, ça devait être une bonne journée.
    Il est vrai que au début, elle n'était pas bien emballée par l'idée d'aller marcher dans la « nature ». Elle préférait les distractions un peu moins... paisibles que celles-ci. Et elle n'était pas non plus sportive ! Mais soit, elle s'était finalement laissé tenter. Elle n'avait rien de mieux à faire, rien d'autre de prévu, pas de travail en retard... Et c'était une occasion comme une autre de rencontrer des gens et elle adorait ça, asticoter de parfaits inconnus !

    Ainsi, Luce s'était levée tôt, avait enfilé de ce qu'elle avait trouvé de plus confortable – et de plus léger, vu le splendide soleil qu'elle voyait à travers sa fenêtre – et avait foncé sur son vélo. Elle n'avait qu'une notion très vague de l'endroit où ils étaient censés se retrouver, mais parvint tout de même à destination après bien une heure d'errance... Et pourtant, avec de l'avance. L'endroit semblait tranquille, à quelques mètres des premiers arbres. A part le groupe d'étudiants, il n'y avait qu'un vendeur solitaire qui s'ennuyait visiblement à mourir au bord de la route déserte. On se serait presque crus à la campagne ! Sur place, elle trouva un petit groupe d'étudiants plus ou moins enthousiasmés, plus ou moins bien équipés, prêts à un départ imminent ! Probablement le groupe qui précédait le sien ?...
    Du moins, c'est ce qu'elle comprit en lisant plus attentivement la petite fiche qui leur avait été distribuée et en étudiant plus soigneusement l'heure. Enfin, mieux valait avoir trop d'avance que trop de retard, n'est-ce-pas ? La jeune fille alla se poser sur le bord du chemin, assise en tailleur à l'ombre, et examina la dite fiche. Le premier paragraphe était un tissu de bêtises dégoulinant de bons sentiments qui l'amusèrent plus qu'autre chose, mais la suite présentait plus d'intérêt à ses yeux.
    Tout d'abord, la liste de ses joyeux compagnons ! Certains noms lui étaient familiers, d'autres lui étaient parfaitement inconnus. Néanmoins, il n'y avait plus personne dans les parages, le groupe précédent partit. Ça ne devrait pas être trop dur de tous les retrouver... Ensuite, elle repéra une petite mention conseillant d'acheter boissons et nourritures – ce à quoi, tête en l'air comme elle pouvait l'être, ne lui avait pas même traversé l'esprit. Dans son sac, visiblement neuf – la randonnée n'était pas sa tasse de thé en temps normal – elle n'avait prit que son carnet à croquis et un appareil photo. De quoi ramener des références de forêts prétendument sauvages ! Et peut-être quelques photos amusantes d'étudiants... Qui sait.
    Elle alla donc agrémenter le tout de bouteilles d'eau, vu que c'était visiblement sa tâche et sa responsabilité – oh grand dieux, qu'elle se sentait honorée d'une telle confiance ! Tu te rend compte ma Lulu' ? Tu as la permission de porter l'eau ! Ricanant toute seule, elle remercia le vendeur qui lui rendit un regard morose et alla attendre les autres.

    La première arrivée fut une jeune fille qu'elle ne connaissait pas, arrivée par bus. Sans doute Charlotte, donc, se dit-elle en jetant un coup d’œil à son papier. Elle lui adressa un sourire radieux et un grand geste de la main, comme si elles étaient amies de longue date... Puis songea qu'elle devait avoir l'air à la fois niaise et stupide. Enfin soit. Pas que ça la dérange vraiment. Se levant, elle alla la saluer et se présenter – autant bien faire les choses.

    - 'Jour ! Je suis Lucja, il me semble que nous sommes dans les même groupe. Enfin... Bref regard à sa feuille, maintenant bien chiffonnée. Je crois.

    Petit sourire. Luce observait discrètement l'inconnue. Elle n'avait pas l'air méchante et elle était plutôt mignonne. De quoi faire des câlins et quelques croquis peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Mar 13 Aoû - 17:44



pendant que le loup n'y est pas ~ ♪
feat charlotte ; lucja ; blue & haru

« Quelle magnifique journée ! »C'est sûrement ce que j'aurais dis s'il faisait pas aussi chaud, si j'avais été du genre à le dire comme les filles et surtout, surtout, si j'avais pas été forcé de me lever à cause de mon magnifique -ironie bien sûr- réveil pour une randonnée ou je sais pas quoi d'autre de semblable. J'ai beau avoir lu et relu le papier, je vois pas du tout pourquoi ils s'enthousiasment autant à dire que ce sera dur et que 'faudra faire preuve d'un esprit d'équipe avec les autres alors qu'on serait dans la forêt quoi ... J'ai baillé en mettant ma main devant ma bouche. Bah, on verra bien.

Peu motivé, j'ai pris une trentaine de minutes pour me préparer vu que j'arrivais pas à ne pas m'empêcher de dormir n'importe où. Même dans mon armoire, si si, ce qui prouve que j'étais vraiment out. Du coup, bah ... on peut dire que j'ai dû courir à fond pour arriver à l'arrêt de bus à temps. Autant dire que j'étais déjà crevé dès les premiers mètres alors mieux valait ne pas imaginer la suite. Le chauffeur avait dû être surpris de voir que je respirais si vite et surtout, que je transpirais. Je me demandais réellement ce qu'on allait faire là-bas, parce que si j'étais déjà épuisé à la suite d'une petite course contre la montre, j'allais crever à coup sûr. J'ai soupiré tout en me dirigeant vers un siège qui n'était pas occupé, ce qui était visiblement le cas de celui que j'avais choisis. C'était confortable ! Quelle blague sérieusement, en plus j'étais même pas à côté des fenêtres ... Je sentais bien que la journée commençait bien. 

Et ce que j'avais pensé plus tôt s'avéra vrai. En regardant le tas de feuille qu'ils avaient agrafé ensemble, je me suis rendu compte que dans le petit paquet de noms qu'ils avaient mis pour les équipes, je n'en connaissais aucun. J'ai sauté les gros pavés de mots qui ne me semblait pas nécessaires et à vrai dire ... Je dirais qu'il n'y avait rien de nécessaire dedans à part ce qu'il fallait emmener et le nom des participants.

Soupirant d'exaspération en imaginant ce qui pouvait bien attendre, j'ai mis le sac à dos que j'avais préparé à la rapidos ce matin puisque j'allais être en retard avant d'essayer de trouver une bonne position pour m'endormir. De quoi récupérer mes heures de sommeils perdus ce matin. Sauf que. Un virage sur le côté m'a fait me faire mal contre mon voisin qui s'était pris la fenêtre ( et j'avais bien ri intérieurement ). J'avais trop mal à la mâchoire vu qu'elle était aller se cogner contre son épaule, et à mon plus grand bonheur, elle était vraiment solide ( ceci était bien de l'ironie ).Raaah, c'était fichu pour dormir maintenant. Hors de question que je m'endorme si je devais retomber sur son épaule. De un, ça me ferait deux fois plus mal que ça ne l'est déjà et de deux, ça ferait assez ... bizarre alors que je suis censé ne pas connaître le gars assis à côté. je crois. j'ai mis mon coude sur l'accoudoir situé près de l'allée avant d'enfouir mon menton dans le creux de ma main. Et ce, durant tout le voyage.

Une fois arrivé à destination, j'étais assez pressé de sortir puisque j'ai, en quelque sorte, le mal des transports, du coup, je tirais une tête assez étrange pendant le trajet. Je pense hein, je suis pas sûr mais bon.  Dès que j'ai pointé le nez dehors, j'étais redevenu un petit excité. Pas pour la randonnée mais pour l'air libre.
Mais bon, maintenant, j'espérais trouver le point de rendez-vous et je redoutais ce moment depuis le début vu le sens de l'orientation déplorable que je possédais. Heureusement pour moi, il y avait des panneaux qui indiquaient les différents endroits dans lesquels on devait partir pour le départ. Yeees, j'aurai pas à réfléchir.

A demi-motivé ( parce que ça motive de trouver le bon chemin quand même ! ), je les ai simplement suivi avant d'arriver près d'un stand de nourriture et de boissons. Ah, c'était pas bête tout ça ... Et bien et bien, finalement, j'en avais de la chance. Enfin, encore faut il que je ne me sois pas trompé de point de départ, haha. Même si passer pour un idiot était devenu une habitude ...

J'ai de nouveau soupiré avant de me diriger vers les deux filles qui semblaient être dans la même équipe. D'abord, une petite salutation avec un sourire pour faire le gentil et zou, tranquille, plus rien.

« Yop ! Je suis Iroai. On est dans la même équipe d'après le papier ~. »

Ou comment passer pour un abruti parfait dès la première rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Mer 14 Aoû - 9:49

Pendant que le loup n'y est pas.
Charlotte & Lucja & Iroai & Blue & Haru

► La randonnée scolaire.
Le calme s'entendait, le vent soufflait sur le paysage magnifique de la plage. Parcourant les marches vers la mer qui lui semblait familier, elle regardait la scène. Elle vit son propre reflet se baladant avec ses parents et de ses anciens amis. Elle comprenait vite que c'était ce jour, le jour où tout avait basculé. Elle revit la scène. L'atmosphère joyeuse de ce jour avant que tempête arrive. Celle-ci n'avait pas tarder d'ailleurs. Le vent se changeait, elle ressemblait à un aura de mauvais sort. De la pluie sombre tombait. Les vagues s'agitait, les touristes couraient à l'abri de l'eau. Tout en laissant de malheureux enfants attendant que son ami revienne. Celle-ci cherchait son ballon, cette fille... C'était elle. Elle fut engloutit dans l'eau, jusqu'à ne plus voir respirer.
Si elle n'était un "monstre", elle aurait déjà mis un terme à son existence...

À cause d'un freinage brutale du chauffeur, Blue mit un terme à ses rêves en se cognant à l'avant. La douleur se sentait. Elle maudissait le chauffeur de l'avoir réveillé de son sommeil ce qui mettait un terme à son envie de dormir. Le bruit qui se trouvait dans ce transport était tellement bruyante que celle-ci ne pouvait rattraper ses heures de sommeil. Effectivement, l'actrice n'était pas en forme pour cette journée de randonnée scolaire. Elle avait eu beaucoup de travail ses derniers temps. Elle espère juste qu'elle ne va pas faire un malaise pendant la marche. Elle n'avait pas mangé le matin, ce qui lui donnait vraiment très peu d'énergie pour ce jour.
Un jour que lui a accordé son manager, comme jour de repos, mais Blue ne le voyait pas comme cela. Elle savait que son manager lui a donné ce jour, seulement pour son image. Il voulait que Blue se montre très amicale avec ses camarades de classe tout en faisant connaissance. Ce qui énervait bien la jeune fille. Elle n'aimait en aucun cas qu'on lui force à aller quelque part tout sur contrainte. Elle était bien seule tout en montrant ce visage. Le fait d'être entouré et se faire des amis la dégoutait.
Cependant, l'idée de la randonnée en foret lui était une bonne idée. Elle aimait les endroits isolées et l'air des arbres étaient tellement fraiche. Pas comme en ville, où en ce moment, ils doivent crevé de chaud là-bas. Vu la canicule que traversait le car.

Le ciel était beau, mais chaud suite à ce soleil d'été qui était tout en haut de la ville. Blue ne faisait pas attention à la chaleur, elle devait s'habituer dans toutes les situations, de tout façon. Quelques minutes plus tard,  le ciel s'assombrit à cause des arbres qui nous entourait, il fut facile de deviner que nous allions bientôt arriver à destination.

Blue, pendant ce temps, sortait de son sac posé par terre, les fiches qu'on lui avait donné. Les instructions de la randonnée, l'équipe ou elle faisait partie et tout un tralala qui ne servait strictement à rien. Elle lisait tout simplement ce qu'elle était sensé faire dans l'équipe, porter de la nourriture. Ce qui explique pourquoi son manager lui a demander de faire autant à manger la veille. Espérons juste qu'ils apprécieront sa cuisine. Elle n'en fait pas souvent, mais ce n'est pas comme si elle ne s'y connait rien.  
En parcourant ses feuilles, elle regardait aussi les noms des personnes de son équipe. Certains lui semblait familier d'autre non. Il tomba sur le nom d'Haru Uchiha, le jeune homme qu'elle avait rencontré près de la fontaine, il y a quelques jours. Elle se sentait nerveuse de voir que ce chat était dans la même équipe que lui et qu'elle priait à tout prix, qu'il ne la reconnaisse pas. Il lui avait un peu montré son vrai caractère, ce jour-là. Aujourd'hui, elle va le regretter amèrement ou pas.

Le bus se stoppa, ce qui faisait signe que c'était le terminus. Certains se levaient précipitamment du bus, d'autres prenait tout leur temps. Blue attendait qu'on lui laisse le passage sans attendre avant de prendre son sac, de se lever et de sortir. Comme elle l'avait prédit, la jeune fille sentait l'air pure de la foret, ce qui lui donnait un bien fou. Elle aimait ce genre d'endroit.
Cependant, à peine arriver, elle remarquait quelque chose qui lui enlevait tout ce plaisir. L'erreur humaine qui donne place à la destruction de l'environnement. Blue n'est pas écologiste, mais en voyant une personne qui jette sa canette vide dans une flaque d'eau. La jeune fille voulait étriper cette homme dégueulasse. Sans qu'on la remarque, elle bougeait ses mains afin de manipuler l'eau de la flaque était presque boueuse qui se jeta en vitesse sur la tête du jeune homme. Elle ne faisait mine de rien et s'en alla.
"Bien fait pour lui" se disait-elle avant de partir. Elle cherchait l'endroit du rendez-vous de l'équipe, bien qu'elle n'était pas du tout enthousiaste. Il vaut mieux suivre le plan du manager, comme ça plus vite c'est fini, plus vite, elle pourra se détendre.

Elle regarde sur les feuilles qu'elle avait sorti avant d'arriver. La direction était plutôt simple à trouver. C'était tout juste à côté du marchand de gâteaux et de boissons. Blue fut surprise que quelqu'un vendait cela dans un endroit aussi désert d'habitude. Si elle avait su, elle n'aurait pas préparer autant. Curieuse, elle allait le voir, regardant ce qu'il vendait. Elle avait tout de même pitié de lui qui était seul avec tous ses produits dans un endroit pareille. Blue décida d'acheter quelques uns des mochis qu'ils y avaient. Il ne faut pas trop non plus acheter puisque son panier était déjà plein et Blue espère qu'un des personnes de son équipe l'aidera à porter son panier. Non, elle espère que quelqu'un lui porte son panier entier, afin qu'elle ne porte rien, mais il ne faut pas rêver non plus.

Suite à ses achats, elle regardait autour d'elle et vit un groupe de trois qui semblait attendre. Cela devait être son groupe, mais n'étant pas sur puisqu'elle ne vit pas le seul qu'elle connaissait, elle demanda d'abord. Dans ce groupe de trois, il y avait deux filles, une qui semblait très câline et l'autre... qui semblait déjà plus sérieuse. Il y avait aussi un garçon qui ne lui était pas inconnu. Peut-etre qu'il était dans sa classe... Qu'importe la jeune fille ne faisait pas trop attention.
Elle se mit à faire un sourire aisément avant de se présenter.

« Excusez-moi, vous etes bien l'équipe 4 je présume. Enchantée, je suis Blue, je suis ravie de faire équipe avec vous. »

C'était trop polie, mais qu'importe. Du moins, ça c'était fait et la suite n'est plus qu'à attendre.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Lun 19 Aoû - 20:50


Croyez-vous au destin ? A la fatalité ? Non ? Moi non plus. Pourtant, à cet instant où les lettres défilent devant mes yeux, j’y crois presque. Je relis du début la fiche que m’a donnée le professeur en charge de la randonnée, et y vois toujours la même chose. Toujours dans l’équipe n°4. Toujours avec les mêmes coéquipiers. Dont la chère Blue. Je soupire longuement en me laissant aller contre le dossier de mon siège. Je pose la fiche de renseignement sur mes genoux et porte ma main à mon visage, la passant dessus et tirant en arrière mes cheveux par la même occasion. Toujours dans le bus, et j’ai déjà chaud. Qu’est-ce que je donnerais pour pouvoir me déshabiller et profiter de la nature comme l’animal que je suis. Un second soupir s’échappe de mes lèvres. Pour dire vrai, je la sens mal cette sortie. Vraiment très mal.

Je pose ma tête contre la vitre et regarde l’extérieur, pour le peu que j’arrive à en voir, ce n’est pas comme si le bus allait lentement quoi. Je finis par fermer les yeux, avant d’avoir un haut-le-cœur à cause du paysage défilant trop vite à mon goût. J’en profite pour me remémorer le pourquoi du comment j’en suis arrivé là. Les affiches sur le panneau d’administration. Je n’ai pas résisté à y inscrire mon nom puis après en avoir discuté avec les professeurs, il fut décidé que je serais le chef de mon équipe, c’est-à-dire la numéro quatre. Pourquoi, maintenant, rechigner sur mes coéquipiers ? Pour la simple et bonne raison que l’une d’entre eux s’est amusée à jeter de l’eau sur ma figure. A moi. Un chat. Miaou quoi ! Si je sais qu’il s’agit d’elle, c’est à cause de son odeur. Non, elle ne sent pas mauvais.

Enfin, vu comment elle était vêtue ce jour-là, j’imagine qu’elle ne voulait pas se faire remarquer. Je secoue la tête en ayant un sourire aux lèvres. Très bien, je ferais comme si je ne la connaissais pas. J’ai un atout majeur ! Eh bien oui, je suis amnésique. Je me tape le front avec ma paume en me traitant d’idiot. J’imagine que c’est mieux d’en rire que d’en pleurer. Je jette un coup d’œil autour de moi et soupire de soulagement en remarquant que je n’ai pas attiré des regards sur mon comportement étrange. Il n’y a que moi pour ne pas me tenir tranquille dans un bus. Je reporte mon regard vers le paysage, tirant un peu sur mon t-shirt gris de peur qu’il se colle à ma peau. Le bus commence à ralentir, cela veut dire que nous sommes presque arrivés à destination, ce qui me réjouit assez.

Je descends du bus – en faisant attention à la marche, car l’air de rien je suis plutôt maladroit – et fais quelque pas en balayant le lieu du regard, cherchant un point de repère puis m’autorise un sourire en voyant un professeur qui m’est plutôt familier. Je m’approche et une fois à son niveau, il me dit tout ce que j’ai à faire, le chemin que l’on a à faire, bref tout ce que le chef d’équipe doit savoir pour mener à bien son équipe et la ramener saine et sauve. D’un côté, je suis impatient que ce soit notre tour, d’un autre, je suis un peu effrayé, car je sens d’avance le danger qui nous guette, mais reporte ça sur mon manque de sommeil. Je n’aurais peut-être pas dû faire mumuse cette nuit, vu ce qu’il m’attend à présent. Le professeur s’en va, laissant seul son élève un peu déstabilisé.

Je secoue la tête et cherche mon équipe dans le tas de personnes réunis ici présent. Dis comme ça, on dirait un mariage. Enfin bref, je tente de trouver une tête familière, puis tombe sur des cheveux bleus, des cheveux bruns, des cheveux roux et des cheveux blancs. Je pense les avoir trouvé. L’équipe multicolore qu’on devrait s’appeler, sérieusement. Je ne veux même pas savoir d’où ils viennent avec les noms qu’ils ont. Dans le lot, qu’un seul japonais, sans me compter. Va savoir s’il est au Japon depuis un moment ou non, moi je sais que ce n’est pas mon cas. Tout du moins je le pense fortement, après, n’ayant aucun souvenir et aucune information me concernant, je ne peux pas être exact sur une simple intuition. Je me contente donc de ce que je sais. Je ne suis qu’à moitié japonais, je suis un chat-humain et c’est tout.

Pendant le court laps de temps de marche qui me sépare d’eux, je les observe un à un, les examine et les détails, m’en faisant un portrait mental. Je pose mon regard sur le seul garçon de la bande. Il est fin, ce qui lui donne un air de grandeur, mais il ne me semble pas être beaucoup plus grand que moi. Je m’attarde sur son expression qui me laisse un sourire. Lui aussi, il sourit, mais il a l’air aussi sincère que les serveurs. Pour faire simple, il a l’air d’un abruti fini, là tout de suite. Et je dois avouer que je trouve cela plutôt amusant. Il souhaite sûrement faire bonne impression, faire en sorte que la randonnée se passe bien, et pourtant il ne m’a pas l’air très motivé. Je dois me faire des idées. Même si rien n’est très sûr. Bien, passons au suivant coéquipier maintenant.

C’est sur la petite fleur blanche que mon attention se porte cette fois-ci. Contrairement à l’autre zigoto, elle n’a pas l’air fausse, elle semble même motivée et prête pour l’aventure. Voilà que déjà, je l’apprécie bien que je ne la connais pas encore, mais cela ne saurait tarder. Sa chevelure blanchâtre m’intrigue quelque peu, car ce n’est tout de même pas très commun, mais peu importe. Ça peut être une teinture, un contrecoup de son pouvoir, ou une maladie que cela ne m’importerait que très peu. Chacun sa vie, et déjà que je ne connais pas l’entièreté de la mienne, je ne vais pas m’immiscer dans celle des autres, je l’ai suffisamment fait avec Hiroki. Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que mes pensées vont droit à mon ancien foyer, me demandant par la même ce qu’il peut bien fabriquer en ce moment-même. Sûrement de la peinture. Assurément.

Il me reste encore dix mètres à parcourir pour arriver à eux et dix minutes avant que notre équipe doive partir à l’aventure. Sortant de mes pensées, je me focalise sur le roux que mes yeux perçoivent non loin. Elle gigote un peu, et me parait donc comme étant une personne plutôt énergique, malgré son côté plutôt… Je ne sais comment nommer ça. Fifille ? Non. Quoique. Ce doit être quelque chose s’en rapprochant. Son visage doux et son sourire radieux en disent long sur elle, et assez peu en même temps. Qu’elle soit en réalité une personne très seule ne m’étonnerait pas plus que cela, je l’avoue. Pour le peu qui puisse encore m’étonner à ce jour. J’ai encore cette impression de faux. Elle donne trop d’elle. C’est louche. Ou bien je suis devenu paranoïaque et je vois le mal partout. L’un comme l’autre ne change rien pour moi.

Cinq mètres et je m’arrête. Mon regard s’est posé sur Blue. Je sais que c’est elle. La même personne qui m’a embêté près de la fontaine alors que j’étais en total admiration devant les poissons. Remarque, si elle ne l’avait pas fait, je me serais sans doute transformé devant tout le monde et aurais tenté de chopper les poissons pour en faire mon diner. Mais ce n’est pas une raison. Elle est là, avec son sourire indubitablement faux qui trompe peut-être les autres mais pas moi, et je dois l’avouer, même si elle porte un masque trop parfait pour elle, elle est d’une beauté époustouflante. Je pousse un soupir, assez bas pour ne pas avoir de yeux braqués sur moi, me maudissant intérieurement d’avoir songé que cette fille pouvait se révéler être jolie. Ce doit être le manque de sommeil, je ne vois pas autre chose. Enfin bref. Je m’approche.

« Vous êtes l’équipe numéro 4 ? Préparez-vous, on part dans dix minutes. (Je croise les bras et les regarde un à un.) Je suis Haru Uchiha, le chef d’équipe. »

Désagréable ? Moi ? Pas du tout. J’ai simplement du mal à supporter les gens qui jouent les hypocrites de cette façon. Je suis sûrement un peu déstabilisé par la présence de Blue qui m’agace légèrement par son simple pouvoir qui me terrifie, moi, le chat. Miaou. La seule ici présente qui ne m’énervera pas je pense, est celle aux cheveux blancs. Elle est mignonne et authentique. Enfin, si l’on ne compte pas sa coloration. Naturelle ou non. Comme je l’ai déjà dit, ça ne me regarde pas, elle fait ce qu’elle veut de sa vie tant qu’elle ne tue pas des gens pour le plaisir de les regarder souffrir. Ce qui n’a pas l’air d’être le cas. Paranoïaque ? Moi ? Jamais. Bon peut-être un peu. Mais j’aime m’inventer des histoires idiotes et sans le moindre sens. Ça m’occupe l’esprit et je ne cherche pas à tester les gens, à me tester moi-même, ou à tenter de recouvrer la mémoire, en faisant des efforts inutiles. Frustré, je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis
Sportive
avatarMessages : 21
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23
Localisation : Candy Mountain

+ d'infos :
Âge: 18
Métier: éboueuse
Infos:
Sportive

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   Ven 23 Aoû - 17:05

Charlotte n’a pas une bonne mémoire lorsqu’il est question d’associer un visage à un prénom et vice versa. C’est donc sans surprise qu’après plusieurs lectures, elle demeure toujours dans l’incapacité de savoir si elle connaît ou non les autres membres de l’équipe n°4. Le mystère se dissipe rapidement puisque l’un après l’autre ses coéquipiers arrivent au point de rendez-vous. Quand le chef d’équipe se présente il n’y a plus de doute : elle va faire une gentille randonné avec une bande d’inconnus, wouhou. Rien de très surprenant, non ? Si la sortie à pour but de créer des liens et de forger un esprit de camaraderie entre les adolescents, il est logique de grouper de parfaits inconnus ensembles.
L’idée ne la dérange pas vraiment puisqu’il est peu probable que la randonnée aboutisse à un  bain de sang. Sa balader dans les bois, sauf si vous croisez le chemin d’un ours en colère, c’est simple comme bonjour. S’il s’avère que la menace vienne du groupe, les choses seront un peu plus difficiles à gérer mais Charlotte n’a pas peur. Elle connaît sa force : ses compétences physiques lui donnent un avantage s’il faut se défendre ou fuir ; elle a aussi passé beaucoup de temps dans les bois avec ses cousins : grimper aux arbres est un peu comme une seconde nature pour la jeune fille. Enfin, elle a son sac à dos qui contient plusieurs bouteilles d’eau, une chose des plus importante si l’on doit survivre plusieurs jours perdu en forêt. Pour rigoler, Charlotte à bien envie d’accueillir ses coéquipiers par un « Happy Hunger Games ! » mais elle se retient de peur d’effrayer les autres.

Trois filles et deux garçons forment donc l’équipe n°4. Tous, ou presque, se sont présentés le sourire au lèvres et a chacun deux elle a répondu quelque chose comme : « Salut, moi c’est Charlotte, on est bien dans la même équipe » . On est loin de l’ambiance de délire vantée par la fiche d’information, mais si elle se refuse de faire sa référence à Effie Trinket elle s’imagine encore moins sauter au coup de chacun et leur donner de grandes tapes dans le dos. Pour se faire pardonner de cet accueil qu’elle trouve trop distant, elle tente d’engager rapidement la conversation avec des sujets, pas des plus intéressants mais qui peuvent tenir le groupe en halène au moins jusqu’au départ. C’est aussi un moyen d’éviter les blancs qui pourraient mettre quelqu’un mal à l’aise, elle la première. Elle ne raconte pas sa vie et garde les questions plus personnelles pour la randonné. Pour le moment elle en reste aux  « Il fait beau hein ? C’est cool… » et autres « Je suis arrivée en bus, et vous ? ». À trop vouloir bien faire, on peut alors lui reprocher de parler... de beaucoup parler. Elle est consciente qu’elle en fait de trop mais si Charlotte a peur du silence, elle craint encore plus les télépathes. Elle ne connaît pas les dons de ses coéquipiers, il est donc possible que l’un d’entre eux puisse lire ses pensées, et pour briser la glace : « j’ai plus de chance de survivre que vous si on participe aux Hunger Games », ça laisse à désirer.

Le temps passe vite quand on parle alors que l’on a rien à dire. Juste avant « l’heure H » un professeurs arrive pour les prévenir que l’équipe peut partir dès que l’appel sera terminé. Certes, il est facile de voir s’il y a des absents quand il n’y a que cinq personnes à compter, cependant d’après le professeur cette mesure est « nécessaire » pour l’administration, de plus, elle a déjà permis à quelques élèves de se rendre compte qu’ils s’étaient trompés d’équipe. Il appelle donc les participants un à un en commençant par le chef d’équipe qui, paradoxalement, et celui qui est arrivé le dernier. Charlotte se retourne discrètement vers Haru. Il n’a pas été des plus chaleureux à son arrivée mais elle ne lui en veut pas, elle aussi n’est pas de bonne humeur lorsqu’il faut se lever tôt et comme lui, elle n’a pas été la plus amicale, malgré elle, dans sa manière de recevoir les autres. Blue est la seconde personne à être appelée. À l’inverse d’Haru, elle a été très aimable d’en sa façon de se présenter et c’est sûrement bête mais Charlotte l’admire un peu pour ça car elle en a été incapable. Vient le tour de Charlotte tour puis celui de Lucja, dont Charlotte répète le nom inlassablement dans sa tête pour en retenir la bonne prononciation. Elle est curieuse quant aux origines de cette jeune fille et qui sait, la balade lui permettra peut-être d’en apprendre un peu plus. Le second garçon du groupe, Iroai, est appelé en dernier. Charlotte sourit en prenant conscience que les deux Japonais du groupe sont aussi les deux garçons.

Tout le monde étant présent, l’équipe va pouvoir partir. Quelques conseils sont rappelés par l’enseignant qui indique aussi la marche à suivre (d’ailleurs très simple) en cas de problème: ne pas bouger en attendant les secours. Charlotte a dû mal à voir comment des adolescents avec un gros problème auraient assez de self-control pour attendre bien sagement les secours mais soit, elle hoche la tête pour montrer qu’elle a entendue l’information. Avec un « bonne balade les jeunes ! » le professeur se pousse pour laisser la place à l’équipe n°4 qui prend le chemin qui s’enfonce dans la forêt. Sans faire attention, Charlotte se place en tête du groupe et marche assez rapidement. Non pas qu’elle remette en cause l’autorité du chef d’équipe, pour elle la priorité c’est de s’éloigner le plus vite de toute « civilisation » pour vraiment profiter de cette sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pendant que le loup n'y est pas - [PV "Charlotte - Lucja - Iroai - Blue - Haru"]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas... || Haïne - Jerenn ||
» [Terminé]Entraînons-nous sur la plage, pendant que le loup n'y est pas!
» Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas... || PV Legolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Hōtōna :: Salle d'attente :: Corbeille :: Les RPs-